Il est bleu, il est gros, il est costaud. Le Ford Ranger Raptor arrive en France et promet de tout déménager, dans tous les sens du terme.

Les pick ups, nous en avons essayé pas mal sur le blog. Et si il vrai que c’est un genre encore peu courant en France, l’offre se fait de plus en plus variée. Si nous connaissons déjà le Ranger (relire ici notre essai), Ford annonce la commercialisation prochaine de la démonstrative version Raptor. Ce nom ne vous est pas inconnu, mais on l’accole plus volontiers à l’imposant et performant F150 (relire là aussi notre essai). Non commercialisé officiellement en France, le F150 Raptor est un monstre de puissance gavé par un V6 biturbo de 450 ch. Hors gabarit et quasi invendable chez nous. Ford a donc trouvé un succédané sur la base du plus compact Ranger (5,36 m de long quand même).

Oubliez les moteurs surpuissants le Ranger Raptor devra se contente d’un 4 cylindres diesel de 213 ch, ayant quand même le bon ton de développer 500 Nm de couple. Le Ranger Raptor ne sera donc pas, et de loin, le pick up le plus puissant du marché, un VW Amarok ou un Mercedes X ayant tous deux des V6 diesel de 258 ch. Le moteur le plus performant du Ranger était jusqu’à présent le 3.2 TDCi de 200 ch de la version Wildtrak. 213 ch, pour un engin à tendance sportive dont le poids doit avoisiner les 2 tonnes, ça fait peut être un peu léger non ?

Le Ranger Raptor va cependant se distinguer par un certain nombre de modifications dédiées à la pratique du tout terrain, du hors piste à la pur et dur : pneus tout terrain BF Goodrich en 285/70 R17, amortisseurs Fox Racing, protection des bas de caisse, châssis renforcé. Et surtout, certaines nouveautés mécaniques font leur apparition comme la boîte automatique 10 rapports issue de la Ford Mustang, ou des modes de conduite spécifiques neige, boue ou même Baja (du nom des fameuses courses hors piste Baja California).

L’esthétique du Raptor a également été revue, dans la lignée du F150, tout en discrétion et subtilité. La calandre est remplacée par un gigantesque insert FORD, les marchepieds et élargisseurs d’aile ont pris du volume et une belle peinture bleue habille le tout. Dans l’habitacle, quelques modifications de détails : des sièges baquets en cuir à logo “Raptor”, et un volant à repère rouge.

Le terrain de jeu du Raptor est clairement défini : ce ne sera pas une routière, mais un vrai 4×4 capable d’aller vite, voire très vite, en tout terrain et sur pistes. Reste à lui trouver un terrain de jeu à la mesure de ses possibilités, ce qui ne sera peut être pas le plus facile en France. Le Ranger Raptor est attendu pour mi 2019, pour un tarif encore inconnu. Mais n’oubliez pas que, sauf modification de la fiscalité, les pick ups sont exonérés du malus écologique (et également de la TVS).

Crédite photos : Ford