Jeudi 30 Janvier, après une courte nuit passée dans un hôtel Parisien, me voila sur les quais de la gare Saint-Lazare. Notre destination aujourd’hui ? Le Cotentin ! Je saute donc dans le premier train venu direction Caen. Nous avons le privilège d’être accompagnés par Christophe DECULCOT (Directeur Général de Honda France).

Nous ne sommes pas là par hasard… nous sommes là pour l’essai de la nouvelle Civic Tourer. Pour info, la première Civic fut créée en 1972 et en est aujourd’hui à sa 9ème génération !

Les conditions sont très clémentes, le soleil pointera même le bout de son nez. A peine arrivé en gare que nous sommes accueillis par la « DreamTeam Honda » et emmenés vers les voitures. Les affaires chargées dans le coffre, je saute dans le siège conducteur. Le modèle que j’ai entre les mains s’avère être motorisé du nouveau 1.6 i-DTEC en boite manuelle 6 vitesses.

Un Road-Book au petits oignons nous a été concocté. Au programme, les plages du débarquement, Cherbourg et sa Cité de La Mer, Port Racine (plus petit port de France), La Hague (usine de traitement des déchets nucléaires), la Centrale Nucléaire de Flamanville et notre terminus : Barneville-Carteret.

L’extérieur

Sur cette nouvelle déclinaison break, la face avant est identique à celle de la berline. Cependant, comme vous pouvez le deviner, tout va se jouer à l’arrière : +23,5cm en longueur et +1cm en hauteur. Malgré cette longueur supplémentaire, ce break semble garder un air de petite sportive, surement grâce à ce design arrière et au large bandeau intégrant les feux. On remarquera aussi les poignées de portes intégrées dans les montants, ce qui appuie son look sportif.

L’intérieur

A peine installé qu’on se sent à l’aise dans cette sellerie tissu/alcantara. On saisi le volant et la tout tombe sous la main, l’utilisation des commandes est d’une facilité déconcertante. Globalement l’intérieur est très convaincant, même si on pourrait reprocher à Honda la finition des plastiques et des comodos…

Face au volant, on se retrouve devant 3 cadrans (t° d’eau / compte-tours / jauge d’essence), un affichage tête haute de la vitesse ainsi que le système de navigation multimédia. Au niveau de la console centrale, on retrouve l’interface audio ainsi que l’interface de contrôle de climatisation. Il reste 3 petits boutons sur le bas de la console… 2 pour chauffer nos petites fesses et celles du passager mais aussi un bouton pour choisir son réglage de suspension (qui sera évoqué plus loin dans ce test).

Je passe à l’arrière et la je n’ai aucun problème pour m’installer confortablement avec mes 1m85. Cependant, on devine que si 3 personnes prennent place à l’arrière ce ne sera plus la même histoire.

Pour moi, la plus belle réussite de cette nouvelle Civic Tourer est son espace. Le break dispose d’une capacité de chargement impressionnante (la meilleure de sa catégorie) avec 624 litres ! Une fois la banquette arrière rabattue, on se retrouve avec un espace de 1668 litres… impressionnant non ? Honda a même pensé au petit espace de rangement pour le couvre bagages.

La conduite

Au volant du 1.6 i-DTEc (120cv / 300Nm), on retrouve un moteur très souple avec des accélérations nerveuses  et de très bonnes reprises. La consommation quant à elle est très acceptable, en roulant de manière très active sur les routes du Cotentin, il fut impossible pour moi de passer au dessus des 5.1l/100km en cycle mixte et équipé des jantes 18″(pour info, Honda annonce 3.8l/100km en jantes 16″). Ce moteur m’a aussi impressionné par son silence, peut-être dû à la bonne isolation du véhicule.

La maniabilité de l’auto est impressionnante aussi. A faible vitesse la direction est très molle, cependant, dès qu’on prend un peu de vitesse, la direction se raffermit pour offrir plus de précision. Cette nouvelle Civic se dote d’une nouvelle suspension arrière adaptative. On retrouve 3 modes de fonctionnement pour cette suspension : Confort (sensation de confort améliorée), Normal (le meilleur compromis dans toutes les situations) et Dynamique (conduite dynamique). Des réglages spécifiques des combinés ressorts/amortisseurs ont donc été mis en place pour optimiser le comportement routier de la voiture.

Deuxième jour, passage sur le 1.8 i-VTEC (142cv / 174Nm) en BVM6. Pour moi, c’est une quasi-déception, je me retrouve face à un moteur creux à bas régime. « Normal, sur un essence il faut prendre des tours ! » vous me direz ? Oui, mais l’envie de passer les 5.000trs/min m’a vite abandonnée du fait qu’à partir de 4.000trs/min on se retrouve avec un moteur ultra-bruyant… La consommation quant a elle n’est jamais descendue en dessous des 7.5l/100km (pour 6.4l/100km annoncé).

Les Gammes / Tarifs et Options

Voici les tarifs TTC au 02/01/2014 pour toutes les versions / motorisations de la nouvelle Civic Tourer :

La finition haut de gamme « Innova » est la seule à hériter du Pack ADAS (système avancé d’assistance au conducteur) dont les systèmes de sécurité sont :

  • Un système de prévention de collision frontale. (via caméra frontale multifonction)
  • Un système de prévention de franchissement de file.
  • Un système de feux de route actifs.
  • Un système de reconnaissance de signalisation.
  • Un système de freinage urbain actif. (via Lidar (radar laser) à faible portée)
  • Un système d’information sur les angles morts.
  • Un système d’assistance aux intersections. (via des radars de recul multifonction)

Les couleurs disponibles :

Les options disponibles :

  • Peinture métallisée : 560€
  • Pack Energy : 1870€ à partir d’Executive / 1960 à partir d’Exclusive Navy

Ce Pack Energy comprend le pare-chocs avant aéro ainsi que des roues complètes en 18″ nommées Hydrogen (pneumatiques en 225/40 R18).

Avec une ambition de ventes de 1000 unités pour l’année 2014, une motorisation diesel idéale et un break offrant un très gros volume, je pense que ça sera une réussite.

En conclusion, j’ai beaucoup apprécié cette Civic Tourer mais seulement dans sa version diesel i-DTEC 120cv. Une voiture souple, précise et spacieuse qui comblera un bon nombre de familles.

Date de commercialisation officielle : 20 Février 2014.

 Mes remerciements à Honda pour l’invitation à cet essai.

Crédit photo : Emeric CADART.