KBALe KBA (Kraftfahrt-Bundesam), le très sérieux et très rigide organisme officiel allemand qui a notamment la charge de l’homologation des nouvelles voitures en Allemagne vient de rendre ses premières conclusions au sujet des risques liés à l’utilisation du gaz HFO-1234yf. Et à la surprise générale, celles ci ne vont pas dans le sens du constructeur stuttgartois.

Après avoir mené de nouveaux crash tests sur différents modèles, des tests divers et variés dans ses bureaux d’études et d’analyses menés selon le protocole d’essai mis au point par le très respecté TÜV Rheinland, le KBA déclare :«  Des séries de tests comparatifs avec l’ancien gaz réfrigérant R134a n’ont conduit à aucun scénario à risque ou avec du danger pour les automobilistes. Il n’y a aucune preuve nouvelle et suffisante d’un danger grave au sens de la allemande dite Loi de Sécurité des Produits. Seul le cas particulier d’embrasement va demander quelques tests et essais car quelques traces de fluorure ont été découvertes. »

L’organisme officiel allemand demande toutefois à l’UE de mener une nouvelle batterie de tests sur le gaz HFO-1234yf en question afin de valider les différents travaux réalisés sur le sujet en Allemagne mais aussi dans les pays de l’Union. Le KBA rendra son avis définitif en début d’automne prochain mais assure pour le moment, n’avoir trouvé aucun risque trouvé de risque dans l’usage du gaz HFO-1234yf  que Mercedes Benz ne veut pas utiliser sur certaines de ses voitures.

Reste deux options à Mercedes :

– soit perdurer dans sa position et sa forte tête en prenant le risque de voir l’interdiction de ses modèles s’étendre à d’autres pays de l’Union Européenne. Ce serait se priver de plusieurs dizaines de milliers de ventes (notamment Classe A, B et CLA) et pas forcément bon pour l’image de la marque à l’étoile.
– soit acter la décision européenne (et donc française), celle du KBA et relancer l’homologation de ses autos et pas là même ses ventes dans l’Hexagone.

De son coté, la société américaine Honeywell (en partenariat avec Dupont) qui a mis au point ce gaz HFO-1234yf lance une campagne de communication en Europe destinée à convaincre de la sureté de son nouveau produit. Chez Honeywell, on monte donc aux créneaux et par la voix du directeur des affaires réglementaires, Tim Vink, on explique que jusqu’à une température de 700°C, il n’y a pas de risque d’inflammation même si toutes les conditions idéales sont réunies. Du coté de Mercedes, on maintient qu’à partir de 650°C ce nouveau gaz de climatisation s’enflamme. le fabricant américain va même plus loin et dit : » Mercedes Benz aurait pu ne pas utiliser ce gaz HFO-1234yf mais l’a pourtant choisi il y a quelques années et ce sans aucune pression car la directive européenne explique que les constructeurs ne doivent pas utiliser un gaz réfrigérant dont le potentiel de réchauffement planétaire est supérieur à 150 mais en aucun cas il n’est dit que tous doivent utiliser le HFO 1234 yf produit par notre compagnie. »

Il y a fort à parier que l’on connaisse par avance la décision de Mercedes Benz mais l’on suivra les futurs développements de cette affaire dans les prochains jours ou prochaines semaines.

Via KBA, AP, Autochannel, L’ArgusPro.