Le salut et la fortune des constructeurs de voiture de sport est sans nul doute dans les versions ultra personnalisées et les modèles uniques. Pour la première fois, Lamborghini cède à ce juteux marché par le biais de sa division compétition Squadra Corse.

La SC18 (pour Squadra Corse 2018 ?) est basée sur une “simple” Aventador qui, à la demande spécifique d’un client, a été transformée en pistarde ultime. Bénéficiant de l’expertise de la compétition, la SC18 voit son aérodynamique fortement modifiée en s’inspirant des Huracán GT3 EVO pour ce qui est des prises d’air de capot ou des Huracán Super Trofeo EVO pour la partie arrière. Un imposant aileron réglable en fibre de carbone trouve sa place sur la poupe de l’engin, achevant de transformer la supercar en batmobile ultime. Il faut espérer que tout cet arsenal permette de réellement gagner en efficacité sur piste, car l’esthétique y a perdu beaucoup. La SC18 se rapproche ainsi des déjà très chargées Centenario ou autres Veneno.

Sous le capot, on retrouve bien sûr le V12 de 6,5 litres, dans sa définition de 770 ch déjà vue sur l’Aventador SVJ. Le couple maximum est de 720 Nm à 6750 trs/min. La transmission est assurée par une boîte à 7 rapports optimisée. Aucune indication quant au poids de l’engin mais, au vu de l’utilisation massive de carbone, on peut l’imaginer très inférieur à celui d’une Aventador de base.

Faite sur mesure pour son propriétaire (dont l’identité n’a pas été dévoilée), la SC18 est peinte en Grigio Daytona avec bon nombre de détails peints en rouge (c’est connu, le rouge ça va plus vite). L’habitacle est quant à lui revêtu d’Alcantara noir à surpiqûres rouges pour habiller les baquets en carbone.

Evidemment, aucun tarif de cet exemplaire unique n’a été annoncé. Pour mémoire, une Aventador SVJ est à 420 000 € TTC, hors option et hors taxe carbone. Le million d’Euros, a minima, me semble parfaitement envisageable. De quoi donner des idées à Lamborghini et Squadra Corse pour de prochaines et lucratives nouvelles versions.

Quel sera le devenir de cette voiture ? Aucune compétition officielle, une pure voiture plaisir. Il faut en tous cas espérer que son propriétaire ne trouvera pas préférable de la conserver bien à l’abri dans un garage chauffé, mais qu’il ira se dégourdir les roues de temps à autre ! Et si il se débrouille bien, il peut même arriver à la faire immatriculer en Angleterre…

Crédits photo : Lamborghini

P. S. : ah si, il y a eu au moins un autre one-off chez Lamborghini, l’Aventador J !