Et sur ce coup, on ne peut que leur donner raison !

« 71 % des Français se font enfumer par le Diesel » explique le journal qui se base sur le coût d’achat mais aussi sur le coût d’entretien et la diminution de la revalorisation d’une voiture diesel au moment de sa revente (il y’en a des millions à vendre sur le marché de l’occasion).

Ainsi après avoir réalisé un sondage auprès des automobilistes français, l’organisme des consommateurs demande la fin du différentiel de taxation entre le gasoil et l’essence. Pour cela l’UFC Que choisir fait trois propositions :

– La mise en place une information normalisée concernant le coût kilométrique moyen pour chaque véhicule qui prennent en compte le prix d’achat, le coût réel d’entretien et la consommation.
– La suppression progressive mais assez rapide tout de même du différentiel de taxation entre l’essence et le gasoil.
– Le suivi de l’avis de l’Autorité de la Concurrence pour la libéralisation du marché des pièces détachées et un vrai renforcement de la concurrence sur le marché de l’entretien automobile en offrant aux conducteurs différents choix.

Dans l’enquête réalisée par l’UFC auprès d’un échantillon représentatif de 1048 personnes, le critère primordial et de très loin au moment de l’achat d’une voiture est… le prix à la pompe du carburant. Ce critère est cité comme Numéro 1 par plus de 84% des sondés alors que les critères comme la fiabilité, le coût d’entretien, la valeur de revente ne viennent que très loin dérrière. L’UFC explique aussi que seulement 29% des acheteurs de voitures diesel font plus de 20.000 km/an et ils plus qu’une poignée à passer le cap des 30.000 kilomètres annuels. L’organisme explique ainsi que pour un conducteur qui fait entre 14.500 et 15.000 km/an (moyenne nationale en 2011 : 11.755 km/an) qui fait l’achat d’une auto « commune » en France, genre 208 HDI ou Clio dCi, il faudra plus de onze ans pour rentabiliser l’achat par rapport à la même auto à moteur essence. L’UFC Que choisir poursuit en expliquant que si l’on supprimait différentiel de taxation entre les deux carburants, il faudrait plus d’un cinquième de siècle (20 ans) pour que la voiture à moteur diesel devienne rentable.

Afin de rééquilibrer le marché automobile (pour le budget des consommateurs, on attendra un peu), l’UFC-Que choisir demande donc l’égalité réelle de la taxation entre le gasoil et l’essence dans les prochaines années. Cette proposition de l’union des consommateur semble par ailleurs aller dans le sens du fameux rapport sur le compétitivité que Louis Gallois remettra au gouvernement dans 8 jours, le lundi 5 novembre. On découvre ainsi qu’un alignement de la taxation du gasoil rapporterait à l’état quelques 9 milliards d’euros/an tout en participant un peu à la relance du marché automobile.

Pour ceux qui voudrait en savoir un peu plus, sachez que la TICPE ex TIPP est de 42.84 cts pour chaque litre de gasoil et de 60.69 cts pour chaque litre de SP95 ou SP98. Néanmoins, il n’est pas sur que l’état avance dans ce sens sachant que depuis plusieurs décennies, les différents dirigeants français ont toujours oeuvré pour la mise en avant du diesel au détriment de l’essence. Des constructeurs comme Renault ou PSA pourraient une fois de plus mettre en avant le danger pour l’emploi en France de vendre moins de diesel (petits essentiellement). Il faut aussi dire que dans un premier temps l’état pourrait, en se basant sur le dossier gallois, couper la poire en deux entre rien et tout ce qui permettrait à l’état de faire rentrer facilement plus de 4 milliards d’euros par an dans ses caisses.

Mais quand on regarde  la grille 2013 du Bonus/Malus écologique prévue par la loi de Finances en cours de discussion, on constate qu’elle favorise et conforte comme jamais les motorisation diesel et notamment celles de petites cylindrées que vendent majoritairement les deux groupes automobiles français. On est aussi un peu interloqué par le choix de l’UFC Que choisir de demander une hausse des taxes sur le gasoil plutôt qu’une baisse de celle qui touche le Super. Surement qu’à l’UFC on a quelques relents écolos ou on pense aux poumons de ceux qui vivent en ville… Reste enfin un énorme problème, comment faire passer une telle mesure de hausse sans risquer une crise ou une scission avec la population qui est conditionnée pour le gasoil et dont le parc auto total est composé à plus de 60% de diesel. On pourra aussi mettre en avant la distribution automobile qui verrait surement cela (au moins pendant un temps) d’un assez mauvais oeil en se privant de certaines ventes voire même en mettant en danger certains constructeurs qui n’existent chez nous que parce qu’ils ont du diesel à tous les étages de leurs gammes.

Une affaire pas évidente, un beau lièvre qui fait parler et courir et qui permet aussi de rappeler que grâce à l’évolution des technologies, les dernières générations de moteurs essence sont extrêmement performantes dans tous les domaines y compris celui de la consommation. Un dossier à suivre.

Via UFC Que choisir.