Mercedes Classe E 0216 - Gonzague-4

2016 marque le renouveau de la Classe E de Mercedes-Benz, le modèle que l’on connait bien car très apprécié des taxis et des gens qui font beaucoup de kilomètres.

Cette dernière mouture semble tout droit sortie d’un clone de la Classe S qui aurait perdu quelques kilos, réduit en dimensions et avalé des kilos de circuits imprimés.

Mercedes Classe E 0216 - Gonzague-6

Avant la « mini Classe S » c’était la Classe C. Cette ère est révolue avec l’arrivée de la Classe E version K-2000.

Mercedes Benz Classe E - Evolution

La Classe E à travers les époques, même quand on n’était pas nés.

Le gros du changement n’est pas dehors mais dedans : une nouvelle motorisation (le moteur 220 Diesel), une autre qui disparait et surtout de la technologie à gogo, ce sur quoi je me concentrerai dans cet article.  L’insistance de Mercedes sur le sujet pendant la présentation presse me fait penser que c’est leur stratégie de com « technologie » pour reprendre le dessus sur l’omniprésence médiatique récente de Tesla avec son « Auto Pilot ». Stratégie qui aura peut être manqué de prévoir l’annonce de la Model 3 qui a éclipsé toute marque concurrente pour un bon bout de temps.

Mercedes Classe E 0216 - Gonzague-25

En effet, qui n’a pas vu ou entendu parler de la Tesla « qui se conduit toute seule« . Les vidéos sont innombrables sur Youtube. Le groupe Daimler avait déjà présenté quelque chose de similaire mais pas aussi abouti à l’époque de la Classe S. Avec la E, on a maintenant ce qui s’appelle Drive Pilot: un autopilote capable de changer de file sur l’autoroute (sur demande du conducteur) :

Les deux différences clés entre le Drive Pilot et le système de Tesla :

  • Chez Mercedes, l’utilisation de cette fonction nécessite de toucher le volant régulièrement pour montrer qu’on est toujours en train de « conduire ». En effet ce n’est pas une voiture autonome et légalement, les choses ne sont pas prêtes dans le monde pour les véhicules autonomes. Drive Pilot est une assistance à la conduite. Si on arrête de toucher le volant, une alerte visuelle et auditive se produit, après quelques temps sans y réagir le véhicule met ses warnings et commence à décélérer pour s’arrêter totalement, au cas où le conducteur se serait endormi par exemple. Dans une situation de bouchons (de mémoire moins de 30 km/h) il n’y a pas besoin de toucher le volant, la voiture roule, accélère, stoppe, réaccélère en suivant le véhicule de devant.
  • Les Tesla semblent « apprendre » et s’améliorer avec le temps en envoyant pas mal de données sur la conduite autonome à Tesla ce qui permettrait dans le temps d’améliorer tous les véhicules, je ne crois pas que ça soit le cas chez Mercedes-Benz.

Mon expérience du Drive Pilot utilisé sur ce que j’estime à plus de 50 kilomètres: globalement fiable sauf dans certains très gros virages où il faut vraiment garder un oeil sur le volant pour ne pas craindre de monter sur le bord de l’autoroute. Dans tous les cas même si on s’habitue à laisser la voiture faire, il faut garder les mains près du volant.. ce n’est pas prévu pour qu’on s’installe sur la banquette arrière et qu’on se fasse un Uno. Dans les bouchons, c’est le bonheur total. Enfin mis à part le fait d’être pris dans des bouchons.

A défaut d’envoyer aux serveurs Mercedes comment son autopilote pourrait s’améliorer, les Classe E bénéficient de ce qu’on appelle « Car-To-X » ce qui ne sera pas sans vous rappeler ce que fait Waze :

Mercedes-Benz Car-To-XSi une voiture équipée de la communication Internet a un accident, elle « prévient » Mercedes ce qui prévient à son tour les véhicules environnants. Un conducteur peut également manuellement prévenir d’un danger (par exemple un véhicule accidenté). Le futur de ce truc ce serait tout de même que cela marche quelque soit la marque de la voiture..

Super geek car

Le tableau de bord très épuré de la voiture

L’autre nouveauté à bord de cette Classe E c’est l’option d’avoir deux immenses écrans côté à côté, comme dans la Classe S :

Pardon, mauvaise photo, voici la bonne :

Mercedes Classe E 0216 - Gonzague-15Ces deux écrans font chacun 12 pouces et ont une résolution de 1920 x 720 pixels. Oui, le langage informatique s’invite vraiment dans les voitures. On parle des logiciels de la firme de Elon Musk en « versions » après tout. Ces écrans ont une résolution plus élevée que ceux de la Classe S et c’est « choquant » de passer d’un modèle à l’autre… ce qui sera corrigé dans le prochain facelift de la S.. car oui ça ne le fait pas trop que le vaisseau amiral soit en retard sur les modèles inférieurs.

L’affichage est très clair et j’ai essayé de le présenter rapidement en vidéo même si je sens avoir oublié plein de choses :

Ce qu’il faut retenir de ce nouvel ensemble:

  • 3 thèmes pour l’écran de gauche (Classique / Sport / Progressif)
  • Personnalisation du contenu affiché sur l’écran de gauche entre la navigation, l’ordinateur de bord, les systèmes d’assistance etc
  • Gestion avec un petit pavé tactile situé sur la gauche du volant
  • Compatibilité Apple CarPlay et Android Auto
  • Sur l’écran de droite plutôt que d’avoir des menus en haut et en bas, ce qui n’était pas très clair, tout est maintenant situé à droite
  • On peut sauvegarder des profils utilisateur, comme ça à chacun ses réglages
  • Aussi surprenant que ça soit, cela fonctionne sous Windows Embedded Automotive. Oui, c’est stable (au moins en apparence)

Ce que moi j’en pense : la qualité de l’intégration est vraiment bonne, les menus ont désormais une organisation qui a plus de sens et ces écrans ne font pas trop regretter les vieilles aiguilles (cela dit.. comme c’est une option, les aiguilles seront quand même encore là quelques temps).

Mercedes Classe E 0216 - Gonzague-16

Il faut cependant bien organiser tous les écrans qu’on a puisqu’il y a de multiples zones d’affichage et la possibilité d’afficher plusieurs fois la même information.. (ou presque) ce qui est déroutant dans le cas de la navigation. D’autre part je trouve à l’heure actuelle CarPlay et Android Auto proches de l’inutilité, leur affichage est certes élégant mais leur intégration est mauvaise: une fois entré dans ces modes, on ne peut plus se servir des applications du constructeur de la voiture.

Ce n’est pas vraiment la faute de Mercedes puisque cela répond aux spécifications d’Apple & de Google.. mais parfois ne vaut mieux-t’il pas ne rien faire que mal faire juste pour le faire (si vous avez lu ça trois fois, c’est normal.)

En tout cas la Classe E n’a pas à rougir devant les plus technologiques des voitures, Tesla inclus.

Côté personnalisation, comme dans pas mal de voitures récentes de la marque, on peut changer la couleur  de l’éclairage à bord. En photo ça ne sera pas sans vous rappeler « I’m blue » :

Des capteurs. Partout.

Du côté de la sécurité aussi il y a de la technologie et on partage les capteurs utilisés pour le Drive Pilot.. :

Capteurs dans la Classe E 2016

Les capteurs embarqués sont du même type que ceux de la Classe S, mais en mieux. A bord : un radar multimode à l’arrière, une caméra stéréo à l’avant (soit en fait.. deux caméras), des capteurs ultrasons, et un radar longue distance à l’avant. Cet ensemble permet à la voiture de « voir » ce qui se passe jusqu’à 500 mètres de distance, c’est plutôt considérable.

Tout ce barda de détecteurs permet de contribuer aux fonctions de Drive Pilot (utilisant de son côté le lecteur d’informations sur les panneaux de vitesses, le Distance Pilot avec Distronic, l’aide au maintien de voie..), du Parking Pilot (assistance au stationnement et au garage de la voiture), les détecteurs d’angles morts, le Adaptive High Beam Assist (les phares de la voiture s’adaptent aux conditions de route).. bref, c’est un joli monde de coopération. Si ça ne tombe pas en panne.

Pourquoi se garer.. quand la voiture peut le faire pour vous 

Toujours dans un discours empli de « regardez cette voiture fait tout toute seule », on nous a montré les systèmes de stationnement automatique et d’entrée / sortie d’un garage :

Sur un ton plus corporate, la vidéo ci-dessous :

Plusieurs façons de stationner donc qui commencent à bord de la voiture et peuvent être complétés via un smartphone (par Bluetooth. Oui oui.. si on avait imaginé un jour faire ça..)

Papillon de lumière : Le Multibeam 

Les phares de la Classe E contiennent chacun 85 LED et sont pilotés électroniquement et ainsi chaque diode peut être allumée / éteinte / changer d’intensité pour adapter l’éclairage de la route aux conditions de circulation.

Démo ici..  :

Sur autoroute, le côté gauche de la voiture sera moins éclairé et pas en hauteur pour ne pas aveugler les camions, quand on suit un véhicule, l’éclairage est découpé pour ne pas éblouir les personnes qui vous précédent etc. Ca ne vaut pas encore les shows de Etienne de Crecy mais on s’en rapproche..

Passera.. passera pas…

Dans ses innombrables talents (je fais dans le sarcasme, mais bon .. il y a un fond de vérité, beaucoup de fonctions bien fichues), la Classe E améliore un système existant: certaines voitures savaient déjà détecter un autre véhicule arrivant de côté… mais avaient pour effet négatif de s’arrêter même si la situation ne le nécessite pas.

C’est désormais amélioré : si le système calcule qu’il n’y aura pas de collision, il ne force pas l’arrêt.

A vivre c’est assez bluffant et bizarre puisqu’on aurait pour réflexe de piler, mais en fait .. ça passe!

Pour conclure

Comme je crois qu’on le voit bien ci-dessus, la technologie prend de plus en plus d’ampleur dans les voitures. Cela ne date pas d’hier, c’est le résultat d’années d’évolution même si ces dernières années, le côté « visible » de ces changements les ont rendu plus évidents à travers les écrans.

En effet, les systèmes ABS, ESP, anti-collisions etc se sont plutôt discrets au quotidien mais qui peut rater de gigantesques écrans, les boutons et autres moyens d’interaction avec les systèmes de bord.

Les nostalgiques de la conduite telle qu’on a pu la connaître, sans la moindre aide, pas même la direction assistée, n’apprécient pas toujours ces changements et si je peux les comprendre il faut quand même en voir le bon côté : l’humain est par nature assez distrait et inattentif, nous sommes sujets aux tonnes de notifications que nous nous imposons quotidiennement via nos smartphones.. qui pendant les 2 secondes de trop détournent nos regards de la route .. alors si la voiture peut « assister » à éviter les blessés & morts que notre égoïsme génère. Car on ne peut pas tellement compter sur l’intelligence et le bon sens de tous ..

Loin de moi l’idée de faire l’apologie du « text and drive » , la manie que les gens ont de téléphoner/utiliser Facebook en conduisant cela dit. Qui ne préfère pas des conducteurs attentifs à des zombies rivés à leur téléphone, certains que leur auto fera ce qu’il faut.

Il n’en est pas moins que ces évolutions pointent encore et toujours vers un futur où on ne conduira plus. Où les voitures seront plutôt des salons ou bureaux roulants.

C’est assez excitant donc d’avoir un petit aperçu du futur avec des véhicules disponibles aujourd’hui.