press05_autopilot

C’est lors d’une conférence hier soir qu’Elon Musk, CEO de Tesla Motors, a présenté la mise à jour « V7.0 » du software de sa Model S. Au programme : une grosse avancée au niveau de la conduite autonome…

Cette fois-ci, pas de show extravagant ou de retransmission en direct. C’est dans l’intimité qu’Elon Musk a présenté les innovations contenues dans la dernière mise à jour disponible pour la Model S (et qui sera, bien entendu, disponible sur le Model X dès sa commercialisation en début d’année prochaine). Une mise à jour qui, comme d’habitude chez Tesla, sera envoyée directement aux voitures à partir de ce soir même. Une seule condition pour en bénéficier : posséder un exemplaire fabriqué à partir de septembre dernier…et avoir coché l’option « Pilote Automatique » lors de la commande.

Car oui, cette « V7.0 » se concentre sur un seul point : la conduite autonome. Les derniers exemplaires arrivés sur la route sont déjà équipés d’une batterie de capteurs (caméra, radar frontal, capteurs à ultrasons…), mais ceux-ci n’étaient utilisés que pour des tâches « basiques », comme le régulateur adaptatif ou la lecture de panneaux de vitesse. Avec cette nouvelle version du software de la voiture, le conducteur pourra laisser à sa Model S le contrôle de la vitesse et de la direction. Les conditions d’activation sont encore floues, mais tout laisse à croire que les fonctions présentées ci-dessous ne seront actives que sur autoroute.

press01_autopilot_dash (1)

Seront donc présents à partir de cette nuit sur les Model S compatibles :

  • L’Autosteer, qui vient épauler le régulateur adaptatif. Quand ce dernier se « contente » de réguler la vitesse par rapport au véhicule de devant, l’Autosteer prend en charge la direction pour permettre de garder la voiture dans sa voie. Cependant, Tesla a beaucoup insisté sur le fait que cette fonction n’était encore qu’en Bêta, et oblige ainsi le conducteur à garder ses mains sur le volant en toutes circonstances.
  • L’Auto Lane Change. Votre Tesla est en mode autonome, mais vous décidez de doubler la voiture de devant ? Une simple pression sur le clignotant et la voiture, après avoir scanné son environnement immédiat, prendra en charge direction & accélération pour se déporter et dépasser la vilaine voiture qui vous ralentissait. Une fois la manœuvre terminée, une seconde impulsion sur le clignotant et la Model S se remettra sagement sur sa voie d’origine.
  • L’Automatic Emergency Steering & Side Collision Warning [braquage automatique d’urgence & avertisseur de collision latérale]. Grâce aux capteurs implantés un peu partout autour de sa carrosserie, la Model S analyse en continu ce qui se passe autour d’elle. Ainsi, si le conducteur se déporte vers un obstacle (voiture, rail de sécurité), une série d’avertisseurs sonores et visuels apparaîtra sur le combiné d’instruments, tandis que la direction se fera de plus en plus lourde.
  • L’Autopark. Bon, là, rien de transcendant, puisqu’il s’agit simplement d’un assistant de parking, capable de gérer la direction lors d’un créneau. Peugeot propose un système similaire depuis déjà quelques années sur sa 208, Opel va plus loin sur son Adam en proposant un stationnement assisté en bataille et BMW propose sur plusieurs modèles (dont son i3) un créneau 100% automatisé, prenant tous les paramètres en main (vitesse, freins, rapport, direction). Ceci n’est pas une révolution.

C’est un peu tout ce qu’on pouvait dire sur cette mise à jour. Un pas supplémentaire vers la conduite 100% autonome, promise par E. Musk dans les trois ans à venir. D’ici là, de nombreuses améliorations auront perfectionné le système : Tesla parlé déjà d’une évolution future, permettant à la voiture de détecter les feux rouges et les panneaux Stop. Il n’y a plus qu’à découvrir ça en vrai 🙂

Via Tesla.