L’affaire avait été engagée par le constructeur stuttgartois et l’état algérien au printemps 2012 et elle a trouvé son aboutissement dimanche dernier avec l’inauguration officielle de l’usine SAFAV-MB (Société algérienne pour la fabrication des véhicules Mercedes Benz) située à Aïn Bouchekif, dans la Wilaya de Tiaret (sud est d’Oran). L’usine est bâtie sur un terrain d’une surface totale de 105 hectares dont 44 en bâtiments.

Mercedes Benz fabrique en Algérie -  credit photo Allégrie Presse Service com

Si l’affaire peut paraitre anodine, elle l’est moins quand on sait que cette nouvelle usine fait partie d’un vaste programme étatique qui vise à l’industrialisation du pays et à la mise en place d’une industrie automobile algérienne. L’usine a été officielle inaugurée par a été inaugurée par le général de Corps d’Armée Ahmed Gaîd Salah, vice-ministre de la Défense nationale et Chef d’Etat-major de l’ANP. Le général-vice ministre a ainsi pu assister à la sortie de chaîne de fabrication des premières Mercedes Benz construites en Algérie. Il s’agit de deux Classe G Utilitaires destinés à l’armée algérienne.

safav-mb par APS.1

Avec l’ouverture de cette usine, on  apprend que 51% des actionnaires de la SAFAV-MB sont des entreprises algériennes. En fait deux entreprises :

– l’entreprise de développement de l’industrie automobile (EDIV) relevant du Ministère de la Défense (34 %)
– la SNVI (17 %)
– le reste des invetissements est financé par le fonds Emirati Aabar (49 %)

Daimler AG n’est pas un investisseur dans le projet, seulement le partenaire technique, mécanique et technologique. Le directeur de la société a indiqué que dans une première étape et durant les premières années, l’usine fabriquera différents types de véhicules utilitaires et 4×4 destinés à un usage civil… mais aussi militaire.
La production annuelle de ce site algérien est de 6.000 véhicules de type Sprinter destinés à tous les usages et 2.000 véhicules 4×4 de type Classe G. Ces Classe G n’auront pas vocation, durant les prochaines années, à être autre chose que des 4×4 destinés à un usage militaire, paramilitaire ou utilitaire pour l’armée. Il n’y aura donc pas de Classe G VUL ou VP produit en terre algérienne.

Le représentant officiel de Daimler a évoqué, pour sa part, le fait que la technologie de fabrication des véhicules dans cette usine est la même que celle utilisée en Allemagne et en Autriche pour les G que nous connaissons tous. Il a également insisté sur le transfert de cette technologie afin qu’elle puisse être adoptée par la main d’œuvre algérienne qui va être formée dans les prochains mois et prochaines années aux technologies industrielles européennes ainsi qu’aux mêmes normes de qualité et de fiabilité. C’est Mercedes Benz qui se charge de la formation des 16 ingénieurs algériens qui sont destinés à superviser les salariés et la bonne marche de cette nouvelle usine.

A suivre.

Via Daimler AG, ElWatan, AlgeriePresseService, RadioAlgérie, Agenceecofin, AlgerieFocus.
Crédit photo : AlgeriePresseService.