Si tout le monde connaît le dicton, Audi l’applique sans doute mieux que quiconque, et ne dérogera pas à la règle avec sa prochaine A4. Codée B9, la familiale d’Ingolstadt saura rester classique, avec un design sans fioritures et l’utilisation de motorisations éprouvées. Explications.

Commercialisée depuis l’automne 2007, et restylée fin 2011, l’actuelle A4 aura fait son bonhomme de chemin. Mais aujourd’hui, ses concurrentes directes, BMW Série 3 et Mercedes Classe C en tête, renouvelées respectivement en 2012 et 2014, lui mènent la vie dure : un changement de génération s’impose. Et la relève approche puisque après avoir pris un peu de retard dans son développement (pour être «davantage technologique»; c’est en tout cas ce qu’avançait Audi en début d’année), la nouvelle A4 (nom de code B9) prendra le relais au premier semestre 2015.

A4

Et si des mulets, destinés à parfaire le châssis de la voiture, avaient été aperçus ces derniers mois, aucun prototype doté d’une carrosserie définitive n’avait encore été surpris par les chasseurs de scoops. Voilà qui est réparé puisque des spyshots, pris aux abords de l’usine Audi d’Ingolstadt, pullulent sur la toile depuis quelques jours.
Encore bien camouflée, l’A4 cru 2015 nous fait cependant partager sa silhouette, classique et similaire à l’actuelle génération. Le vitrage latéral semble également regarder du côté de l’A4 B8. Mais les nervures marquées du capot, ainsi que les phares qui paraissent très géométriques, seront là pour rendre le tout plus agressif.

L’intérieur devrait être davantage chamboulé : il y a de fortes chances pour que la familiale reprenne (au moins en option) le «cockpit virtuel» de la dernière TT : les compteurs disparaissent au profit d’une instrumentation digitale, affichée sur un écran de 12,3 pouces qui regroupe des informations allant de la navigation à la recherche de services, en passant par la musique, et bien sûr, les informations liées à la vitesse et à la consommation. Cependant, comme sur la nouvelle Volkswagen Passat, un écran devrait être implanté au centre de la planche de bord.

La Passat VIII qui d’ailleurs, devrait se poser comme la meilleure ennemie de cette A4, tant elle s’est embourgeoisée : affichage tête haute, lecture des panneaux, aide au stationnement et à la vision nocturne, alerte de collision qui détecte les piétons, ou encore routeur wifi font partie de l’arsenal technologique pouvant être proposé sur la Passat. Nul doute que la familiale Audi fera aussi bien, voire même mieux afin de conserver son monopole de berline premium de la galaxie VAG.

La nouvelle A4 sera construite sur la base de la dernière évolution de la plate-forme modulaire MLB, que l’on verra d’abord sur le prochain Q7. De nouveaux soubassements qu iront de paire avec un poids en baisse, chargé de réduire les émissions de CO2 et les consommations de la voiture qui se dotera, comme actuellement, d’une très large gamme de motorisations, toutes éprouvées. Une gamme qui devrait se calquer sur celle…de la Passat :

Essences :
– 1.4 L TSI 122 ch
– 1.4 L TSI ACT (désactivation de cylindres) 150 ch
– 1.8 L TSI 180 ch
– 2.0 L TSI 220 ch

Diesels :
1.6 L TDI 120 ch
– 2.0 L TDI 150 ch
– 2.0 L TDI 190 ch
– 2.0 L TDI Biturbo 240 ch

Devraient s’ajouter à la liste un 2.0 TSI de 280 ch (qui arrivera dans quelques mois sur la Passat), une moteur hybride rechargeable (malgré l’échec commercial de l’A6 Hybrid), et bien sûr, des versions S4 et RS4 qui joueront les gros bras.
Attendue pour le salon de Genève (mars 2015), l’A4 B9 devrait débuter à un tarif de base avoisinant les 28000€, et sera reconduite en berline, break Avant et version baroudeuse Allroad. La très réussie A5, attendra quant à elle quelques mois de plus pour dévoiler le bout de son capot.

Ci-dessous, deux photos sensés représenter la future A4 :

Sources : L’argus.fr, Autoevolution
Crédits photos : Worldcarfans