Et de 3 ! Après les coupés Classe S et C, c’est au tour de la Classe E d’arborer une nouvelle silhouette 2 portes, très (trop ?) proche des autres modèles de la gamme.

On peut dire que quand Mercedes tient un bon design, il n’hésite pas à le décliner, au point parfois de brouiller un peu les cartes. Prenez les coupés par exemple. Le grand coupé Classe S (essayé ici) avait fait sensation avec des lignes élégantes, luxueuses et un brin sportive à la fois. Un dessin tellement réussi que Mercedes l’a adapté en plus petit sur sa classe C Coupé (essayée ici par votre serviteur). Et c’est encore une fois ce même profil presque élancé, presque fastback, qui est repris.

Difficile d’identifier les modèles rapidement à l’œil nu, mais la Classe E se différencie néanmoins par une malle de coffre légèrement plus proéminente et surtout par une vitre de custode partagée en deux, élément de style repris de la génération précédente. Le Coupé ne dispose pas de montant B, ce qui allège son profil et permettra de développer plus facilement le dérivé cabriolet à venir. Le Classe E Coupé (nommée C238 en interne) s’intercale de par ses dimensions entre le C et le S et gagne 12 cm par rapport au précédent modèle. Il atteint donc 4,82 m (contre 4,70 m pour le C et 5 m pour le S).

Pour ce qui est de l’habitacle, le coupé reprend l’instrumentation entièrement numérique sur deux grandes dalles vue sur la berline (essayée ici). Le dessin des aérateurs est par contre différent, plus « aéronautique ». L’habitabilité profite des centimètres supplémentaires et s’annonce plus généreuse, surtout à l’arrière (+ 74 mm pour l’espace aux jambes)

Pour ce qui est des motorisations, Mercedes a pris la (mauvaise ?) habitude de lancer ses produits avec des gammes réduites. En attendant les sportives version AMG E43 et E63 qui viendront courant 2017,  vous pourrez vous contenter des E200 et E300 de 184 et 245 ch (4 cylindres de 2 litres) et de la E400 équipée d’un V6 de 333 ch et d’une transmission intégrale 4Matic. Et pour les irréductibles ou gros rouleurs, il reste une version diesel, une seule : la E220d de 194 ch.

A voir prochainement au Salon de Détroit avant une arrivée en concession vers le printemps.

Crédits photos : Mercedes