michelin

700 + 600+ 460 = 1760 ! En 3 jours et 3 annonces, Michelin aura annoncé qu’il se séparait de 1760 salariés.

Après l’usine de Joué Les Tours, c’est au tour de l’usine de Bachdjarrah à Alger d’être concernée par le plan de restructuration de Michelin. Comme l’usine française, le site algérois de Michelin produit des pneumatiques pour camion. Dans le communiqué publié par Michelin et son partenaire algérien on apprend les modalités de la fermeture de l’usine et du devenir de ses 600 salariés. Le communiqué explique les éléments suivants : «  Michelin et Cevital viennent de signer un accord de partenariat prévoyant l’entrée de Cevital dans le capital de la société Michelin Algérie à hauteur de 67%. A la fin de l’année 2013 les 33% restants seront également cédés à Cevital qui deviendra l’unique actionnaire de l’usine dont la production de pneus de camion cessera alors. Il s’agit d’une décision industrielle prise dans un contexte de marché européen déprimé et extrêmement concurrentiel. L’usine Michelin d’Alger est située en ville et souffre d’un déséquilibre compétitif du fait de sa petite taille et de procédés industriels qui ne permettent pas de répondre à la demande actuelle des clients. » 

Cevital précise que chacun des 600 salariés de l’usine Michelin se verra proposer dans les prochains mois un emploi dans l’un des sites de Cevital qui est un important groupe industriel privé en Algérie. Cevital explique aussi qu’il continuera à distribuer les produits et les pneumatiques Michelin en Algérie. 

Après l’Algérie, on vient d’apprendre que c’est la Colombie qui est cette fois touchée par le plan Michelin. Le manufacturier a annoncé ce jour l’arrêt total de ses activités de production en Colombie via sa filiale Icollantas.
Icollantas comptait deux sites de productions colombien qui fabriquait des pneus VL et PL pour deux marques du groupe industriel français, à savoir Michelin et BF Goodrich. Ce sont 460 employés de Michelin qui sont concernés par la fermeture des usines de Cali (pneus VL) et Chusaca (pneus PL). L’arrêt de la production de pneumatiques est attendu pour cet été 2013 mais comme pour faire passer la pilule Michelin annonce qu’il va mettre en place dans les prochaines semaines un plan d’accompagnement socio-économique personnalisé pour aider chacun des salariés des deux sites industriels à retrouver un emploi.
Le manufacturier justifie sa décision de fermer les deux usines en expliquant que cette filiale colombienne perd de l’argent depuis le début des années 2000… et Michelin de poursuivre en détaillant des éléments comptables qui montrent que cette fermeture colombienne va coûter à l’entreprise plus de 100 millions d’euros de provision pour charges dans sa comptabilité 2013.

NDLA : Michelin compte plus 113.000 salariés dans le monde.

Via AP, LeMonde, Michelin, LesEchos.