logo Opel 2009

Le groupe automobile GM a annoncé jeudi dernier qu’il allait remettre de l’argent dans sa filiale européenne Opel/Vauxhall. Cela passera essentiellement par une nouvelle mise de fonds de plus de 500 millions d’euros destinés à soutenir l’offensive lancée par le constructeur de Rüsselsheim dans le développement de ces prochaines voitures et moteurs ainsi que dans la recherche de son « image perdue ».

La patronne de GM a confirmé l’arrivée d’un nouveau SUV dans les prochaines années sur les chaines de l’usine de Rüsselsheim. Mary Barra de dire :« Ce SUV sera le deuxième produit phare avec l’Insignia. » Nous apprenons par ailleurs que dans l’enveloppe globale de plusieurs milliards, 245 millions d’euros iront dans l’usine de Rüsselsheim qui fabrique déjà plusieurs versions de la berline Insignia et dès l’an prochain le monospace Zafira Tourer, pour un nouveau modèle qui sera, sans aucune surprise, un SUV.
Mary Barra a donc annoncé jeudi 20 novembre que cette généreuse enveloppe sera complétée de 500 millions d’euros supplémentaires destinés à aider et soutenir davantage la production de transmissions et de moteurs de nouvelle génération qui seront produits sur les sites de Rüsselsheim, Kaiserslautern (Allemagne) et Tychy (Pologne).
Par ailleurs, on apprend que l’usine d’Eisenach accueillera à partir de 2015 une troisième équipe de production afin de répondre à la demande pour l’Adam et la nouvelle Corsa.

« Opel a une grande importance stratégique pour GM […] Ces nouveaux investissements contribueront à renforcer le rayonnement de la marque et notre position en Europe et sur ses marchés » a fait savoir Mme Barra.

Malgré tout la marque est et reste déficitaire. Après avoir été mise à l’index au sein du groupe automobile américain depuis 6 ans environ (Opel était le mauvais exemple !), la marque à l’éclair profite depuis une année d’un retour d’affection des dirigeants de GM tellement fort que la direction a « viré » Chevrolet d’Europe et a engagé une grosse offensive produits qui prévoit 27 nouveaux modèles (restylage et vraie nouveauté) ainsi que 17 nouvelles motorisations attendues entre 2014 et 2018. Cette démarche industrielle s’accompagne d’un travail de fond lié à l’image, au marketing et à la qualité des services (et ça ne sera pas un luxe !) destiné à redorer l’image de la marque au blitz en Europe.

Reste que l’engagement de GM pour Opel se paye par, notamment, de la casse sociale mais il semble que cela soit la contrepartie demandée par la direction du groupe à Opel pour profiter de ce gros coup de pouce. On se rappelle tous de la fermeture de l’usine de Bochum qui va fermer à la fin de cette année et qui emploie encore quelques 3.300 personnes. Il faut désormais patienter pour voir si la nouvelle Corsa sera un succès, si l’Adam va reprendre du poil de la bête  hors d’Allemagne, si les nouveaux blocs Ecotec essence et diesel seront bien accueillis par la clientèle et si les futurs modèles (dont les Karl et prochaine Astra) auront des vrais atouts pour s’imposer sur les marchés de l’Union Européenne.
A suivre.

Via Opel, AFP, AP.