… qui bien sur viendront avant les Patinetlib’, les Segwaylib’, les Tricylib’, les NikeAirlib’ et bien sur pour l’été, les fameuses Tonglib’ pour se rendre à Paris Plage.

Motit Scootlib.1

La candidate socialiste à la mairie de Paris, Anne Hidalgo, promet en cas d’élection la mise en place de 700 stations Scootlib’ équipées de 3000 à 5000 scooters électriques mis à la disposition des parisiens. Selon A.Hidalgo, il s’agirait de faire comme aux USA et en Espagne et de mettre à la disposition des usagers des scooters en libre-service de la même façon que pour les Vélib’ et les Autolib’. Ces Scootlib’ seraient proposés à la location à des tarifs compris entre 3 et 10€/heure avec un abonnement mensuel obligatoire en supplément. La réservation s’effectuera par l’intermédiaire d’une application Smartphone qui indiquera où se trouve le Scootlib’ le plus proche.

Selon Jean Louis Missika adjoint à la campagne électorale en charge du projet, ces Scootlib’ parisiens seraient destinés à séduire en priorité les jeunes actifs citadins (de 14-16 ans à 35-40 ansqui ont déjà l’habitude de se déplacer en deux-roues (thermiques), en Vélib’, en bus ou en métro.

Avec Scootlib’, la prochaine équipe municipale veut faire bien mieux et bien plus que les 17 stations implantées à San Francisco et les quelques dizaines qui sont mises en place dans 7 quartiers de Barcelone (~250 scooters électriques Motit). Reste qu’implanter Scootlib’ dans Paris va poser quelques problèmes à commencer par l’aménagement des 700 stations qui entraineront la suppression de beaucoup de places de stationnement déjà en nombre insuffisant dans Paris.

Par ailleurs, plusieurs associations comme le Repaire de Motards font remarquer qu’en l’état actuel des choses,  la durée actuelle de rechargement d’un scooter électrique ne permet pas l’usage du deux roues électriques par plusieurs utilisateurs successifs puisqu’il semble que le temps de recharge des batteries d’un scooter soit d’environ trois bonnes heures. Les motards et quelques associations d’usagers et de sécurité routière font remarquer que l’utilisation de scooters en libre service permettra à des conducteurs inexpérimentés de conduire un deux-roues motorisé sans la moindre formation préalable. Enfin reste les problèmes des dégradations, des vols et de l’entretien mais du coté d’Anne Hidalgo on a tout prévu puisqu’on explique que les Scootlib’ seront équipés d’une balise GPS et d’un système intégré de géolocalisation. Pour l’entretien des scooters et des casques adaptables multitailles, on fait savoir que des équipes feront régulièrement la désinfection et le nettoyage du matériel.

Si l’on en croit les derniers éléments, les Scootlib’ parisiens pourraient être des scooters Motit conçus et développés par la société Going Green. Ils sont équipés d’une batterie lithium-ion de 1.5 kWh qui peut être changée en quelques secondes par les services de l’opérateur si il y en a un à toutes les stations (peu probable !). Ces scooters électriques peuvent rouler jusqu’à 65 km/h et disposent d’une autonomie comprise entre 40 et 60 km. Pour guider l’utilisateur, les scooters sont équipés d’un écran 7 pouces faisant office de GPS qui permet de trouver le bon trajet mais aussi les stations et ils disposent à l’avant d’un emplacement pour ranger le fameux casque « multi utilisateurs ».

Pour découvrir le service barcelonais c’est en vidéo et c’est par là.

Voilà où en est actuellement le projet mais il reste à connaitre son coût réel, sa rentabilité et surtout quel opérateur aura en charge la gestion de ce nouveau service parisien.

Via LeMonde, Avem, LeRepaireduMotard, Motit, Youtube.