Après l’annonce d’une co-entreprise signée avec Thaco en avril, la production des 408 made in Vietnam commence.

Peugeot s’implante au Vietnam

Pour s’assurer une présence confortable au Vietnam, dont le marché automobile émerge depuis déjà quelques années, Peugeot a choisi de créer une co-entreprise avec l’un des leaders locaux, Thaco (Truong Haï Auto Corporation). A cela un double avantage : une production locale qui ne souffre pas des taxes d’importation ; et une position d’industriel local qui permet à Peugeot d’obtenir quelques faveurs administratives pour accélérer les homologations et procédures d’importation pour d’autres produits made in Europe. Ainsi, au deuxième trimestre 2014, Peugeot pourra importer sur place des 208, 508, 5008 et RCZ, une gamme annoncée comme « sélective et haut de gamme » par le constructeur Sochalien.
L’usine PSA/Thaco se trouve à Chulai, dans la région de Danang. Elle produit pour l’heure des berlines 408, et ce n’est qu’en fin d’année 2014 qu’un second modèle local débarquera (a priori le crossover 2008). Le choix de la 408 est pragmatique : issue de la base technique dérive de l’ancienne 308, elle s’installe sur un marché où plus de 20 % du marché local est capté par les berlines à malle. On peut aussi dire que Peugeot, en choisissant un modèle intermédiaire, soigne son positionnement premium, démarche qui aurait été moins comprise si la production d’un modèle au format plus réduit ou moins bien fini avait été décidée. Après avoir été écoulée à plus de 250 000 exemplaires à travers le monde, les ventes attendues de la 408 sont de 10 000/an d’ici à 2017. Sous son capot, un 2.0 l de 143 chevaux essence alliée à une boîte automatique 6 vitesses.

Une distribution et des hommes

Outre l’implantation industrielle, Peugeot déploie un réseau commercial local pour écouler sa production en son nom. Pour l’instant, 5 concessions existent, fonctionnant comme toutes les concessions du Lion dans le monde (les fameuses blue box) dans les régions de Hanoï et Hô-Chi-Minh ville. L’objectif pour 2015 est d’avoir une quinzaine de lieux de vente au nom de Peugeot sur place, « un réseau réparti harmonieusement du Nord au Sud du pays » promet le constructeur. Ainsi armé, Peugeot escompte un mix de ventes 2/3 408 – 1/3 import pour 2020, à raison de 15 000 ventes annuelles, soit 5 % de part de marché. Un objectif modeste mais proportionnel au positionnement haut de gamme marginal revendiqué ; précisions qu’une seule autre marque européenne est présente au Vietnam, Mercedes Benz.

Le lancement de la production s’est fait devant des personnalités françaises et vietnamiennes, à savoir le Vice-ministre de l’Industrie M. Le Duong Quang, le Président de Thaco Tran Ba Duong, le Directeur de PSA en Asie Jean-Yves Dossal, ainsi que l’Ambassadeur de France au Vietnam Jean-Noël Poirier.

Et ensuite ?

Que Peugeot s’implante et l’on tirera des plans sur la commette plus tard. Le fait que le constructeur français s’implante là où la concurrence occidentale est moindre montre l’ambition du Lion à conquérir de nouveaux marchés, de quoi respecter son objectif de 50 % de vente hors Europe fixé pour 2015 (il en est à 43 % actuellement). Le Vietnam est un marché dont la croissance est attendue comme florissante pour les années à venir, et c’est dès maintenant qu’il faut s’assurer une base industrielle ainsi que de solides relations avec les autorités. Mais gare au syndrome chinois de PSA : s’implanter tôt ; s’y développer trop tard. A ceci, l’on peut dire que c’est peut-être déjà le cas, au sens où le Lion était déjà présent au Vietnam, mais c’était durant la période coloniale, jusqu’en 1954 !

Via Peugeot.