C’est après plusieurs mois de discussions et de négociations menées entre Renault et l’état algérie avec le concours de JP Raffarin, que les deux parties seraient proches d’un accord en vue de la construction d’une nouvelle usine Renault dans le Maghreb.

Ce nouveau projet industriel Renault pourrait permettre la création de 8000 emplois directs et près de 20.000 indirects en Algérie. Selon Monsieur Benmeradi, ministre algérien de l’industrie, le protocole serait en bonne voie de signature et ce ne serait plus qu’une affaire de quelques semaines avant que le protocole soit signé et on sait apprend que l’accord définitif interviendra dans quelques mois. Une fois l’accord entre l’état et Renault paraphé, il faudra passer à l’accord du pacte des actionnaires qui donneront l’accord définitif permettant le lancement du projet dans la réalité.

Cette nouvelle usine sera une sorte de joint venture entre la SNVI (Société Nationale des Véhicules Industriels) qui sera présente à hauteur de 16% dans l’affaire, le FNI (Fond National d’Investissement) pour 35% et Renault pour 49%. Cette unité de production devrait produire en début d’activité quelques 75.000 véhicules/an avant de monter à 150.000/an. Cette usine est construite en Algérie afin de permettre à Renault d’échapper aux taxes actuelles et à venir sur les voitures importées.

L’usine est prévue sur le site de Jijel, ville située à plus de 250 km à l’est d’Alger sur la cote méditerranéenne. Une délégation de cadres dirigeants de Renault a visité le site prévu la semaine passée. Le « monsieur Algérie » de l’état français, Jean Pierre Raffarin qui était présent en même temps s’est félicité de voir se développer un partenariat économique avec l’Algérie basé sur le respect des règles et de la souveraineté du pays. On n’en attendait pas moins ! Un dossier à suivre dans les prochains mois.

Via ElWatan, Maghrarebia.

Credits photos : Lyes Aflou, Wafa.