Algeria's Prime Minister Abdelmalek Sellal and Renault's Chief Executive Carlos Ghosn attend during the opening ceremony at Renault's new factory in Oran, west of Algiers

L’affaire se déroulait ce matin en présence bien sur de Carlos Ghosn, le patron de Renault mais aussi et surtout de Laurent Fabius (ministre des affaires étrangères), d’Emmanuel Macron (ministre de l’économie), d’Abdesselam Bouchouareb (ministre de l’industrie et des mines) et du premier ministre algérien Abdelmalek Sellal. Sans parler des cadres dirigeants de l’entreprise et des « huiles » locales. Tout cela devait donner une force symbolique, politique mais aussi un peu économique à l’inauguration de cette 19eme usine Renault dans le monde. 

Cette usine est le fruit d’un partenariat gagnant-gagnant a expliqué le premier ministre algérien et Laurent Fabius d’ajouter que cette nouvelle unité de production traduit « un partenariat algéro-français exemplaire et le triptyque action-ambition-amitié » qui devrait aider à renforcer notamment les coopérations dans les secteurs de l’industrie et du tourisme.

Cette usine automobile algérienne porte le nom de Renault Algérie Production. Elle est située à Oued Tlelat à l’ouest du pays et au sud est d’Oran. Cette usine va produire pour l’instant un seul modèle, la nouvelle Renault Symbol, qui est, si l’on en croit le constructeur, une auto reconnue et appréciée en Algérie.
Cette nouvelle structure comporte une ligne de production capable de fabriquer quelques 25.000 véhicules/an dans une première phase. Renault annonce qu’une deuxième phase d’aménagement permettra à moyen terme de construire 75.000 unités chaque année (2018-2019) et même 150.000 au delà de 2020. Cette extension du site industriel comportera notamment une plus grande intégration des fournisseurs ou sous traitants ainsi que des métiers liés à la carrosserie (tôlerie, peinture). La nouvelle usine algérienne de la firme au losange représente un investissement initial de 50 millions d’euros mais à terme (~2020/2021), ce sont quelques 800 millions que Renault devrait investir sur le site. Un investissement qui peut paraitre important de prim’abord mais qui peut se justifier quand on connait l’actuel développement de l’Algérie. N’oublions que le grand pays du Maghreb est le second marché automobile du continent africain et que Renault y tient 25% du marché.

Pour lancer cette nouvelle usine et sa production, Renault Algérie Production (RAP) a recruté depuis l’été quelques 350 salariés qui sont passés par le CFPA d’Oran où les intervenants venaient de Renault, des usines Renault-Nissan et de Roumanie (la Symbol est une variante de la Logan).
Vous le remarquerez surement dans les photos ci dessous mais RAP met en avant les femmes qui représentent 40% des salariés du site industriel.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Conformément à la législation algérienne qui n’autorise pas un partenaire étranger à détenir plus de 49% d’une société mixte, Renault Algérie Production est détenu à 51% par l’état algérien et à 49% par le constructeur automobile français.

Pour découvrir le site en vidéo, c’est par là :

Une affaire à suivre au fil des prochaines années notamment au moment de la montée en cadence de la production de voitures neuves.

Via Renault, Reuters, Youtube.