C’est le voeu pieux exprimé par Rémi Bastien, patron de la recherche de Renault lors de l’exposition sur les dernières innovations technologiques de Renault qui se tenait à Billancourt. Le directeur de la recherche de poursuivre :” Rendre la technologie accessible à tous est l’un des fondements de notre identité de marque. Nous l’avons fait dès l’arrivée sur le marché des premiers véhicules électriques Renault. La prochaine étape est de faire en sorte que nos véhicules électriques puissent à l’avenir se passer des subventions de l’Etat pour être aussi compétitifs que leurs équivalents thermiques et notamment diesel. Nous devrions en être capable de parvenir à une telle situation d’ici à 2016. Si nous parvenons à réduire le coût du groupe motopropulseur, son prix d’achat devrait très vite converger vers celui du moteur thermique. Par ailleurs le prix de la location de la batterie va baisser dans les années à venir car leur prix d’achat va baisser du fait des volumes importants mis sur le marché.”

Le patron de la recherche chez Renault table sur une diminution du prix des composants électroniques dits de puissance et une baisse du coût de production. Il met en avant l’importance de l’effet volume dans cette opération de réduction des prix, ce qui veut dire que plus il y aura de VE , plus les prix baisseront. Le constructeur espère donc obtenir des efforts de la part de ses partenaires comme LG Chem qui aura en charge dans moins de 3 ans la fabrication des cellules et de packs de batteries pour les futures Renault électriques. Si le prix des moteurs diminue, si celui des batteries suit la même tendance, Renault assure que tous les éléments seront réunis pour que le prix des ZE baisse à un point tel que les aides de l’état ne seront plus utiles pour vendre des autos électriques.

Les paroles et le projet sont peut être actés, sincères et intéressants mais on reste pour l’instant dans le doute quand on voit la grande faiblesse actuelle du marché des VE et pas seulement en France mais partout en Europe. Attendons néanmoins de voir ce que donnera la Renault Zoé sur le marché en 2014 pour se faire une idée plus précise du potentiel et donc de la possible baisse des prix de ventes des voitures électriques.

Via Renault, Autoactu.