Rolls Royce Wraith

« La Wraith sera la plus dynamique, puissante et belle Rolls-Royce de l’histoire de la marque. C’est une voiture à couper le souffle qui va établir de nouvelles références dans le segment et réaffirmer la position de Rolls-Royce au sommet. La Rolls-Royce Wraith attirera tous les superlatifs quand elle sera dévoilée au salon de Genève. » Voilà les propos du patron du constructeur de Goodwood, Torsten Müller-Ötvös, au moment de dévoiler la première image et le premier communiqué de presse (3 autres images arriveront d’ici au salon genevois) qui annonce l’arrivée de cette nouvelle Wraith.

Cette future Wraith s’annonce comme la Rolls Royce la plus puissante (on parle de 600 ch), la plus performante que le constructeur britannique n’ait jamais construite depuis 1904. Il va sans dire que sur le coup, on oublie un peu l’affaire traditionnelle de la puissance suffisante du moteur des luxueuses anglaises.
Pas d’information précise mais il est fort probable que cette Wraith soit le coupé Ghost aperçu en test et en essai depuis quelques mois. Pour ceux qui voudraient savoir d’où vient le nom de cette nouveauté, sachez qu’il reprend d’abord le nom d’une grande Rolls proposée en 1938 et 1939 puis de sa descendante. Elle se vendait essentiellement sous la forme d’un chassis avec un moteur L6 4.3 L que les clients allaient faire carrosser. 492 exemplaires de ce modèle furent produits avant guerre mais Rolls en livrera encore une quinzaine en 1947 et 1948.

En 1947, Rolls lancera la Silver Wraith qui sera produite jusqu’en fin 1959 et qui dérivait étroitement de la Wraith d’avant d’avant 1940. Mécaniquement, on retrouvait des moteurs L6 (4.3 L à 4.9 L). Cette Silver Wraith était proposée en Limousine, Limousine Pullman, Coupé et Cabriolet. Selon les sources, on sait que 1883 ou 1885 exemplaires ont été produits à l’usine de Derby.

Via Rolls Royce.