…Il y a deux jours nous en parlions déjà après plusieurs arrêts de la production, la mise au repos forcé de 3.400 salariés et aujourd’hui c’est toute l’entrprise qui s’arrête pour de bon et pour un délai indéterminé.

Le constructeur a interrompu jusqu’à nouvel ordre sa production en attendant d’avoir résolu un conflits avec plusieurs fournisseurs pour des impayés ce qui rend trop « instable » les livraisons aux clients ( voilà une affaire qui ne va pas les pousser vers les quelques concessions Saab… ). Le porte parole de Saab, Eric Geers, d’ajouter « Nous avons décidé que nous ne voulions plus avoir ces reprises et ces arrêts en permanence. Ce n’est pas bon pour le processus de production.Nous reprendrons donc la production lorsque nous serons parvenus à un accord que nous prévoyons pour bientôt ! Nous nous attendons également à recevoir des financements supplémentaires mais il est encore trop tôt pour dire quand nous pourrons annoncer du nouveau. Par ailleurs le porte parole de Saab n’a pas voulu dire quel était le nombre de fournisseurs qui ont suspendu leurs livraisons de fournitures.

Reste maintenant à attendre l’accord ou non de l’état suédois pour que Vladimir Antonov fasse sont entrée au capital de l’entreprise ( car c’est l’état suédois qui est le garant du prêt fait par la BEI- déjà versé pour plus de 45% ).L’homme d’affaire et milliardaire russe voudrait entrer dans le capital de Saab à hauteur de 30% mais diverses clauses qu’il va falloir renégocier s’y opposent actuellement. Reste donc à connaitre la position suédoise face à l’homme qui avait été évincé par les américains l’an passé lors de la négociation du rachat de Saab par Spyker et Victor Muller. Reste que les signes avant coureur étaient bien là, non pas à Genève, encore que… mais lorsqu’il y a eu la vente soudaine de Spyker au milliardaire russe nous aurions du avoir la puce à l’oreille !

Ce n’est donc pas gagné pour la survie de Saab, loin de là même surtout si le gouvernement de Suède s’oppose à l’entrée de l’homme d’affaire dans le capital de Saab car tous les analystes financiers qui suivent l’affaire font part de leurs sérieux doutes au sujet de l’avenir du constructeur de Trollhättan. Cela ne va pas aider non plus à la fameuse « ré-assurance » des clients et à leur retour en concession dans les semaines et mois qui viennent. Rien et aucun avenir d’assurer pour Saab et en cas de gros soucis, je doute que les manifs de collectionneurs saabistes y changent cette fois quelque chose.

 

Via AFP, LesEchos.