2016_NAIAS_Lexus_LC_500_002

Les Lexus sont rarement connues pour être discrètes… Et ce n’est pas près de changer : la marque japonaise vient de dévoiler un coupé 4 places au style plus que ravageur. La fiche technique aussi est alléchante…

Vous aimez le style Lexus ? Vous allez adorer le LC 500. Vous n’aimez pas le style Lexus ? Il y a des chances pour que vous aimiez quand même le LC 500. Il faut bien avouer que, si les lignes tranchantes et les calandres torturées peuvent un peu étonner sur un 4×4 hybride, la recette marche à merveille sur un coupé. D’autant plus lorsque ledit coupé ressemble à deux gouttes d’eau au concept le préfigurant… Rappelez-vous du LF-LC de 2012.

On retrouve donc les gimmicks Lexus habituels, avec une calandre de plus en plus démesurée, des optiques toujours plus fines (la marque annonce même d’avoir les optiques les plus fines du marché sur ce modèle) et un style toujours aussi expressif. Notez que le toit, vitré de série, peut en option se doter de fibre de carbone. Une chose est sûre, oubliez tout idée de classicisme ou de discrétion…

Mais il n’y a pas que le style qui impressionne : le fiche technique est à l’unisson. La LC 500 embarque un V8 (atmosphérique !) déjà vu sur les RC-F et GS-F, développant 473 ch pour 527 Nm de couple qui passeront uniquement par les roues arrières. Côté transmission, on retrouve une boîte de vitesse à…10 rapports. Lexus annonce aussi que la plate-forme sur laquelle repose ce beau bébé (4.72m de long x 1.92m de large) est la plus rigide jamais construite par la marque.

L’intérieur est quant à lui beaucoup plus porté sur le luxe et le confort. On retrouve ici aussi un style très futuriste (avec cette couleur de cuir, j’ai l’impression de me retrouver dans un concept-car des années 2000, mais passons), et aussi certaines touches rappelant cette chère LFA et son démoniaque V10, notamment au niveau des sélecteurs de part et d’autre de la casquette des compteurs -numériques, cela va de soi. Comme dit plus haut, le luxe est bien présent, avec cuir à profusion, laque à gogo, système hifi à choisir entre Mark Levinson et Pioneer Prestige, sans compter une interface de l’écran central revue et corrigée (en même temps, elle commençait à prendre de l’âge). Côté détail-qui-tue, les poignées de portes sont somptueuses.

Les tarifs et la date de commercialisation en Europe ne sont en revanche pas encore officialisés.

Via Lexus