Mauvais chiffres pour la Sécurité Routière au mois puisque la mortalité sur les routes de France a cru brutalement de 28% par rapport à la même période en 2013.

accident de la route mars 2014

En ce mois de mars 2014 ce sont 256 personnes qui ont perdu la vie sur les routes alors qu’en mars 2013, ce nombre s’élevait à « seulement » 200 tués. Le communiqué de la Sécurité Routière nous fait savoir que le nombre des accidents corporels a cru de 16.5 % (4.487 en mars 2014 versus 3.850 en mars 2013) ce qui représente quelques 637 accidents corporels supplémentaires.
Sur les mêmes 31 jours, 5.544 personnes ont été blessées (4.832 en mars 2013) ce qui fait 712 personnes en sus  et une hausse de 14,8 %.
Le nombre de personnes hospitalisées augmente lui aussi mais beaucoup plus de 27.5 %. Ainsi ce sont 451 personnes de plus qui ont été admises dans les services hospitaliers français.

Pour expliquer cette forte et brutale hausse des accidents sur nos axes routiers, la Sécurité Routière met en avant les arguments suivants :

-le beau temps du mois de mars
-des accidents dans certaines régions qui ont fait beaucoup de morts et de blessés en une seule fois
-la baisse (relative) du prix de l’essence qui doit donc inciter les conducteurs à rouler plus vite… ça c’est de la justification, à moins que ce ne soit un prétexte pour annoncer une prochaine hausse !

Depuis le début de l’année 2014, les accidents de la route ont vu leur nombre croître de 11% mais sur une année « glissante », la baisse est de 6.5%.

Plus objectivement, on se rappellera qu’en mars 2013, le temps était fort mauvais (encore de la neige en quantité) et incitait peu à prendre la route. Plusieurs spécialistes (non pas le Pr Got !) se sont penchés sur les chiffres et les causes des accidents sur nos routes et ils font remarquer à très juste titre qu’il faut désormais prendre en compte un nouveau fléau que Madame Perrichon va devoir inclure dans sa fameuse lutte, l’utilisation quasi permanente par certains conducteurs du smartphone au volant. Leur implication dans les accidents s’est multipliée de façon très importante depuis 2011.
On se rappellera tous l’enquête d’Auto Plus de l’an passé qui avait noté que les automobilistes utilisant un smartphone au volant était de l’ordre de 20%. Cette triste situation fait que les chauffeurs ne sont plus attentifs ou en capacité de réagir aux éléments et événements environnants leurs voitures. Les motards sont particulièrement victimes de ces comportements inconscients et très dangereux. Il faudrait légiférer sur le sujet plutôt que de nous imposer le 80 km/h sur route et plus de radars. Comme les spécialistes du sujet le disent souvent appliquons déjà réellement et fermement les lois votées en matière de sécurité routière.

Pour compléter le sujet, deux graphiques provenant de la Sécurité et de la Commission Européenne (via LeParisien) :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Reste que de tels résultats, les annonces faites par l’ancien ministre de l’intérieur, le lobbying de la LCVR ou les derniers très gros excès de vitesse médiatisés (216 km/h ce jour entre Grenoble et Lyon) ne vont pas plaider pour des futures décisions sages et réfléchies mais plutôt pour encore plus de répression et de restriction. A suivre.

Via Sécurité Routière.