TAZ 01

Peu de temps après avoir intégré notre illustre rédaction, notre ami Jean-Baptiste a trouvé le moyen de provoquer l’ire de votre dévoué serviteur. En effet, au cours de l’écriture de son article sur la Praga, voiture sportive slovaque, mon cher collègue insinuait que ledit pays ne comptait pas de marques automobiles fortes dans son passé. C’était oublier un peu vite l’existence de TAZ. Je m’en vais laver cet insupportable affront à grands coups de Kofola

La Slovaquie est aujourd’hui un pays dont près de la moitié du PIB est générée par l’industrie automobile. On y compte, outre la multitude d’équipementiers comme Faurecia, Valeo, Inteva, DIW, Magna et bien d’autres, 3 constructeurs majeurs que sont VW à Bratislava (Touareg, Cayenne, Q7, up!/Citigo/Mii), Kia à Žilina (Cee’d, Proceed, Sportage/ix35, Venga/ix20) et PSA à Trnava (207 puis 208 et C3 Picasso). Et par le passé, me direz-vous ? Pas la peine de chercher bien loin, c’est à Trnava, fief actuel du Groupe français, qu’avait lieu la flamboyante histoire automobile de la Slovaquie (ou plus précisément, de la région slovaque avant la Révolution de Velours). Permettez-moi de vous présenter TAZ, pour Trnavské Automobilové Závody (usine automobile de Trnava). Et même sans votre permission, je vais quand même vous la présenter. Il n’y a pas de raison que vous n’atteigniez pas votre quota de culture inutile avant la fin de l’année.

TAZ 03

Comme quasiment toute usine automobile qui se respecte en ces temps de Rideau de Fer et de plans quinquennaux, le nom TAZ est formé de l’acronyme de la ville où se situe la production, suivie des mots « usine automobile ». GAZ, UAZ, ZAZ, VAZ… Vous avez pigé le principe. Le site de production de TAZ remonte à 1917, et est à l’origine une fonderie qui bascula en 1934 dans l’électroménager (machines à laver). TAZ, à proprement parler, ne débute qu’en 1964 lorsque Tatra et Praga ont délocalisé une partie de leur production dans ce site (alors spécialisé dans les éléments de liaison au sol). En 1967, l’usine s’est mise à produire des transmissions pour les Škoda 1202, un break utilitaire vaguement dérivé de l’Octavia et fabriqué à Mlada Boleslav. Par la suite, ce sont des transmissions pour l’utilitaire Škoda 1203 qui sortiront de chez TAZ. Les premiers 1203 sortent de l’usine de Vrchlabí en 1968 et une partie de leur production est effectuée par TAZ dès 1973. La firme de Trnava devient en 1981 l’unique site de production de ces utilitaires baptisés TAZ Š-1203.

TAZ 05

Les feux arrière ne vous rappellent rien ? Mais si, souvenez-vous

Techniquement proches de la Škoda 1202, les utilitaires TAZ et Škoda 1203 ont recours à un 4 cylindres 4 temps refroidi par eau de 1221 cm3, produisant 47 chevaux, ralentis tant bien que mal par 4 tambours. Des disques feront leur apparition à l’avant en 1986. Côté transmission, une boîte 4 (les trois derniers rapports synchronisés) sera remplacée en par une boîte à 5 vitesses. La course du moteur allongée, la cylindrée passe à 1433 cm3 en 1993, la puissance grimpe stratosphériquement à 57 chevaux et le véhicule se voit renommé TAZ 1500 pour l’occasion. Cette dernière franchira enfin la barre des 100 km/h pour pointer autour des 115. On n’arrête pas le progrès. Bien que développé dès 1956 (oui…), sa commercialisation n’a eu lieu qu’en 1968 dans un « contexte politique compliqué » pour paraphraser un récent communiqué de presse de Škoda. De menues retouches esthétiques et le remplacement de la porte battante par un ouvrant coulissant jalonneront la vie de l’utilitaire TAZ dont le denier restylage significatif sera opéré en 1997 ou 1998 selon les sources : toujours est-il que le véhicule arbore une nouvelle face avant et des boucliers en remplacement des pare-chocs. L’intérieur évolue également avec un nouveau volant et d’autres petites modifications. La production prendra fin en 1999, TAZ également.

TAZ 06

Durant les années 80, différents prototypes seront étudiés afin de succéder au 1203. Aucun n’aboutira, faute de moyen, comme souvent dans les pays de l’Est à cette époque. Un autre prototype fortement restylé et intégrant un 1.9 diesel VW sera également présenté en 1995 dans l’espoir d’être exporté. Il n’aura pas non plus de suite. Ne me dîtes pas que vous êtes déçus.

TAZ Proto 01TAZ Proto 02 TAZ Proto 03

 

 

 

 

A chacun ses symboles forts : les allemands et les hippies ont le VW Transporter, les français ont le Citroën HY (et le bidet), les ex-tchécoslovaques ont le duo Škoda / TAZ 1203 et TAZ 1500. Manifestement, le véhicule est suffisamment mythique pour qu’une entreprise ait décidé de ne pas les laisser mourir. En 1999, tandis que la production prenait fin à Trnava, la firme tchèque Ocelot a repris l’outil de production afin de pouvoir produire non seulement des pièces détachées mais aussi des véhicules complets sur demande. Ocelot entreprend aussi des rénovations sur des voitures existantes. Quant au site de production de TAZ, il est désormais occupé par l’équipementier ZF Sachs Slovakia qui y produit des éléments de liaison au sol. Comme aux origines de TAZ.

TAZ Skoda-1203-Plan

Vous voici désormais bien renseignés sur le glorieux passé automobile de la Slovaquie et pourrez sans complexe briller dans les dîner mondains. Trêve de culture, vous avez eu votre dose, il est temps pour vous de vaquer à des occupations nettement plus primordiales à l’image de votre menu du réveillon. Soyez créatifs et bonnes fêtes de fin d’année.

TAZ Spartak Trnava

Via Wikipedia, CCK-Brno, Degriottier, Škoda Mag.