Logo Tesla Motors

Tout va bien pour le constructeur californien de voitures électriques qui, non content d’avoir un carnet de commandes bien rempli, a une belle actualité depuis quelques jours qui met en avant la firme d’Elon Musk et l’unique voiture du constructeur, la Model S (en attendant le crossover Model X).
Nous allons donc parler de Tesla au travers de 4 informations qui concerne la Chine, l’Union Européenne, les usines de fabrication, les marchés financiers, la NHTSA et une Model S AWD.

1- L’affaire chinoise :

C’est une situation que n’aime pas les constructeurs (et toutes les entreprises d’ailleurs !), celle du changement de nom. C’est ce qui vient de se produire en Chine où Tesla ne pourra pas utiliser son nom et devra prendre la dénomination de TUOSULE (Tesla en Cantonnais).
Il s’agit d’une simple affaire de dépôt et d’enregistrement de nom que l’on doit à un certain monsieur Zhan Baosheng. Ce chinois, au fait de l’actu économique et automobile, a déposé en 2006 (au tout début de Tesla) auprès de l’office chinois de la propriété industriel le nom de Tesla. L’homme espère bien qu’à un moment, si l’entreprise se développe, elle viendrait en Chine… et ce jour là ce serait le jackpot !
Bien vu puisque Tesla arrive sur le grand marché chinois et se trouve confronté à monsieur Baosheng qui se dit prêt à céder le nom et son usage contre la modique somme de 32 millions de dollars (24.1 millions d’euros). Rencontres entre avocats des deux parties, discussions et finalement conflit avec le constructeur américain malgré une dernière tentative d’accord à l’amiable, voilà les deux parties qui se retrouvent devant les juges chinois. Tesla propose 330.000 dollars mais cela ne suffit pas au chinois qui refuse la proposition. Aussi durant de discrètes négociations qui devraient s’engager dans les prochaines semaines ou prochains mois, l’entreprise californienne va prendre le nom de Tuosule sur le marché chinois. (NDLA : Mr Baosheng a été un peu vite en besogne car lors de ses démarches, il a oublié de s’approprier tous les noms de domaines internet. Tesla pourra donc communiquer sans problème via le web et saura faire le lien entre les deux noms)

2- L’Union Européenne :

Tesla poursuit sa marche en avant lancée il y a déjà quelques années avec le Roadster, puis avec la berline Model S. Cette montée en puissance se matérialise en Europe par l’inauguration de la première usine de la marque. Elle  a ouvert à Tillburg aux Pays-Bas. C’est une usine  d’assemblage qui aura aussi  un autre rôle très important puisqu’elle va fournir toutes les pièces détachées pour les Tesla européennes.

Tesla débute sa campagne européenne avec la première livraison d’une Model S dans l’Union. Elle est destinée à un client qui habite en Norvège (1er marché pour la Nissan Leaf en Europe) et plus exactement à Oslo. Il s’agit de Frederic Hauge qui est un (riche) militant écologiste de longue date (il est le président de la Fondation Bellona). Il raconte même qu’il y a 24 ans, il fut le premier client de son pays à faire l’acquisition d’une VE. Après la Norvège,les livraisons de la berline Tesla vont progressivement monter en puissance en Europe durant les prochaines semaines. Chez nous, les premières livraisons devraient avoir lieu soit à la fin de ce mois d’août soit première semaine de septembre.

3- Des usines : 

Fort de la notoriété de sa marque, du succès commercial de la Model S, Elon Musk croit plus que jamais à la possibilité de l’émergence d’un vrai marché mondial de la voiture électrique. Aussi dans cette optique, les USA ne suffiront pas aux ambitions du patron de l’entreprise de Palo Alto et il est envisager la construction d’autres sites de production dans le monde en plus du site californien de Freemont et du nouveau site d’assemblage de Tillburg. Restons toutefois lucides sur l’affaire car si les chiffres du moment sont excellents, les volumes sont encore faibles pour inonder la planète de Tesla. Si tout va bien en 2013, Tesla devrait produire quelques 20.000 autos… dans une usine taillée pour en produire jusqu’à 500.000 par an ! Il y a donc encore de la marge rien que sur ce site. Néanmoins, chez Tesla on réfléchit déjà à l’affaire et il se murmure qu’une seconde usine aux USA sera envisagée. on parle de l’état du Texas, sanctuaire des F150, RAM 1500 ou Silverado…

4- La bourse :

La bourse new yorkaise de Wall Street  s’est félicitée il y a quelques jours de la dernière publication des résultats financiers du constructeur californien. Tesla que tout le monde attendait avec des pertes pour le second trimestre 2013 a finalement dégagé un bénéfice de plus de 26 millions de dollars, ce qui est le signe d’une bonne santé.
En effet pour les investisseurs, banquiers ou spéculateurs, la récente annonce d’un second trimestre bénéficiaire consécutif montre bien que la société est solide et annonce des jours encore meilleurs dans le domaine financier. Après deux publications positives, la valeur de l’action Tesla a été multipliée par deux en bourse. L’action tesla vaut ce vendredi 23 août 161.84$ soit une hausse de +3.02% en 24 heures. Les analystes et traders ont pour objectif un cours de l’action aux environs de 187-188$ avant la fin d’année.

5- NHTSA :

Fort des excellents résultats obtenus,  Tesla prend soin de détailler les différents tests réalisés, en commençant par celui de  l’impact frontal où la Model S tire un avantage non négligeable de l’absence de bloc moteur « thermique » lourd et volumineux à l’avant. Ainsi la grande berline électrique peut se parer d’une zone de déformation plus grande et plus absorbante que celle d’une classique voiture à motorisation essence ou diesel.

Tesla Model S.1

Pour l’impact latéral, le constructeur annonce haut et fort qu’il est parvenu à surpasser la référence en matière de sécurité automobile, la Volvo S60. En effet la suédoise ne laisse que 8% d’espace vital au conducteur après un choc,alors que la Model S garanti 63,5% d’espace dit vital notamment grâce à l’utilisation de panneaux d’aluminium très résistants qui seraient inspirés par ce qui fut réalisé sur les modules spatiaux Apollo ! C’est Tesla qui le dit…
L’impact arrière obtient lui aussi d’excellents résultats et on explique chez Tesla que les systèmes de sécurité » normaux sont complétés par un second pare choc « caché » sur les versions équipées de la troisième banquette dos à la route !
Tesla est aussi très fier de mettre en avant le fameux test du tonneau. Il semble que les appareils de la NHTSA ont eu du mal à réaliser l’expérimentation à cause des batteries situées dans le plancher qui abaissent fortement le centre de gravité de la voiture. Toujours au chapitre des bonnes nouvelles sécuritaires, le constructeur explique que lors du test de résistance du toit , c’est le matériel de l’organisme officiel qui n’a pas résisté a l’application inefficace d’une force de 4G sur le pavillon de la berline…
Par ailleurs, après les fameuses histoires liées aux risques d’incendie dus aux batteries lithium-ion, Tesla fait savoir qu’après les différents tests il n’y a aucun risque de départ de feu à chercher du coté des batteries utilisées pour alimenter la voiture.

Tesla Model S

Ainsi Tesla établit un nouveau record avec une note de 5.4 ce qui permet à la Model S de revendiquer le titre de voiture la plus sure sur les routes. Cette note correspond aussi à la « faible » probabilité (7% de chance) d’avoir des blessures corporelles lors d’un accident  répondant aux mêmes normes et valeurs que les crash tests de la NHTSA.
Le constructeur profite de l’occasion pour « perfidement » lancer quelques piques à la concurrence en faisant savoir qu’il ne renforce pas spécifiquement certains éléments de la structure de la voiture pour rentrer exactement dans les valeurs et normes des test de l’organisme certificateur.
Chez Tesla on a pas peur de pousser le bouchon encore plus loin en affirmant que certains concurrents  concentrent leurs budgets et leurs efforts de R&D dans d’autres domaines que celui de la sécurité….

Ci dessous les vidéos des crash tests.

6- Une Model S AWD :
Afin de poursuivre sa montée en gamme et en puissance, il se murmure de plus en plus fort que la grande berline de Palo Alto pourrait dans les prochains mois se décliner dans une nouvelle version. On apprend ainsi, sans que Tesla ne démentisse l’affaire, que la Model S pourrait très bientôt être déclinée en une version à 4 roues motrices. Cette Model S AWD pourrait reprendre les éléments mécaniques dévoilés sur le crossover Model X attendu pour 2015. Cette version intégrale serait uniquement disponible avec la grosse motorisation 85 kWh Performance, forte de 306 kW (416 ch), 600 Nm ce qui serait l’assurance du maintien des performances de l’auto. Une affaire à suivre en 2014.
Tesla Model X chassis 4RM peut être pour Model S
Une actualité chargée pour le constructeur californien qui va devoir désormais assurer pour maintenir son rang et les performances de ses produits sur le marché car très vite, il faudra à Tesla des modèles autres qu’une berline de luxe à 70.000€ minimum pour conquérir la planète automobile. Et pour réussir, il faudra penser à proposer des VE toujours performants mais nettement moins chers qu’actuellement et c’est peut être là que réside le vrai challenge à venir pour Tesla.
Via Tesla Motors, WCF, NHTSA, Crashnet, WSJ, Youtube, Autoblog.