Il y a quelques semaines le Trophée Andros faisait son grand retour au Stade de France à l’occasion de son trentième anniversaire. Il était impensable que blogautomobile ne vous permette pas de plonger au cœur de l’événement. Voici donc notre récit en images !

Pour crever l’abcès, j’ai vite été déçu par la piste. Alors qu’on pourrait s’attendre à un circuit un peu plus travaillé, à l’image de ce qui pouvait se faire à l’époque de la Race of Champion, on se retrouve face à un banal ovale en pénétrant dans l’enceinte du stade. Heureusement, l’immensité de ce stade, le public chauffé à bloc et le talent des pilotes nous place rapidement dans l’ambiance.

Et donc de l’animation, il va y en avoir. Entre les glissades à chaque virage, les dépassements réguliers et les nombreux crashs, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Même pendant la pause, Claudio Capéo  – qu’on a également pu retrouver sur la piste – aura donné de sa personne pour conserver la frénésie du public en chantant quelques-uns de ses tubes. Avec des autos de 300 ch pour moins d’une tonne et équipées de 250 clous par pneu, les 700 tonnes de glace installées pour l’occasion n’auront pas résisté bien longtemps, la piste se creusant nettement au fil des courses. De quoi ajouter quelques difficultés aux pilotes et donc du spectacle, voire du suspense, pour nous spectateurs.

Le championnat étant déjà joué, l’événement a uniquement été créé pour le show. Pourtant, les pilotes n’oublient pas leur caractère de compétiteurs et ont démontré tout leur talent. Même le petit rookie, Sébastien Loeb, rookie dans la discipline vous l’aurez compris, a prouvé à son public français qu’il était toujours un grand champion en s’imposant lors de la première course Elite Pro (en duo avec Franck Lagorce) mais a du s’incliner face à Olivier Panis et son fils Aurélien lors de la course finale. Tous deux à bord d’une auto électrique, ils ont confirmé la suprématie de cette catégorie, qui deviendra la norme dès la saison prochaine. Fini alors les vrombissements de moteur et les flammes en plein milieu des plus célèbres stations de ski.

Les amateurs de deux roues ne sont pas oubliés. Avec des stars telles que Randy De Punier au guidon, le spectacle est aussi très impressionnant. Comme vous pouvez le voir, les pilotes sont très chauds et très motivés à mettre l’ambiance, jusqu’à lancé le casque dans le public pour célébrer la victoire.

Mais le clou du spectacle fut probablement en fin de soirée l’entrée en piste de la Citroën C3 WRC que j’avais pris plaisir à photographier au Monte Carlo l’an passé (reportages à découvrir ici, ici ou ici). Et ce fut d’autant plus impressionnant car il s’agissait ni plus ni moins que du champion en titre Sébastien Ogier derrière le volant. Les fans en ont eu pour leur argent avec plusieurs tours de piste à haute vitesse et de beaux travers faisant voler des morceaux de glace dans les tribunes.

Après quelques heures de passion automobile et de spectaculaires compétences de pilotage, on espère se voir généraliser ce type d’évènement dédié au plaisir des spectateurs. Et vous, auriez-vous souhaité y assister ?

Crédit photos : Thomas D. (Fast Auto)