Etonnante position que celle de VW sur les problèmes qui perturbent l’industrie automobile européenne et qui est le fer de lance de certains grands patrons de groupes automobiles.

A l’heure où le WallStreetJournal annonce que GM va probablement fermer une ou deux usines importantes en Europe pour rendre Opel profitable, quelques jours après la prise de position de Sergio Marchionne qui estime que la surcapacité de production en Europe atteint au moins 20% et que le moment est venu pour que l’Union Européenne intervienne et régule le système sans parler du PDG de PSA qui met les soucis financiers du groupe automobile français sur un coût du travail trop élevé mais aussi sur une surcapacité de production… bien sur imputable à d’autres que PSA, Christian Klinger, directeur général des ventes et du marketing du groupe VW adopte une position toute différente de celles de certains PDG européens.

Ainsi il estime que ce n’est pas dans la surcapacité productive qu’il faut aller chercher la raison des problèmes de certains (il est suivi en cela par les PDG de BMW ou Daimler-Benz qui ont une vision assez similaire du problème) mais il estime que c’est du coté de la compétitivité des marques ainsi que celle des produits tout comme leur attractivité qu’il faut travailler car si l’on parvient à devenir compétitif, le problème de la surcapacité est presque secondaire. Bien acheter, rationaliser l’appareil de production et surtout proposer les bons produits à la clientèle et ne pas se cantonner à certains acquis. Lorsqu’on est compétitif sur le marché, les problèmes ne se posent pas de la même façon !

Il faut dire que Christian Klinger, désigné  homme de l’année 2011 par le Journal de l’Automobile est à la manoeuvre au sein d’un groupe très puissant qui met à mal les concurrents qu’ils soient français, italiens, japonais ou américains ce qui lui permet d’avoir une position dominante qui autorise un autre point de vue sur la question. Nous serions en 1990-1992, les propos seraient peut être différents !

Via Reuters.