Quoi de mieux que de commencer une promenade dans les allées du salon Rétromobile 2011 par la Peugette qui fut un joli projet développé par Peugeot et Pininfarina  qui fut présenté au salon de Turin 1976. 3.38 m de long, un petit moteur un coût réduit et un petit moteur mais le plaisir de conduite mis en avant tout comme le look sympa qui rappelle un peu celui de la Porsche 914. Hélas le conservatisme et la frilosité de Peugeot à l’époque firent que ce projet n’eut aucune suite ! Dommage.

Je vous propose en ce dimanche hivernal de revenir en photographies mais sans parti pris sur quelques une des voitures qui étaient présentées à la Portes de Versailles la semaine passée. Pour vous faciliter un peu la vie, j’ai regroupé les autos en trois catégories ( Compétition, Etrangères, Françaises ). La selection est très écclectique et nous la devons à Ugo notre photographe  !

Place aux étrangères avec pour commencer, la marque va faire parler d’elle dans les semaines et mois à venir, une Lancia Beta Montecarlo née en 1975 sous la plume de Pininfarina ( destinée au départ à devenir une Fiat en remplacement de la 124 Coupé et finalement Fiat choisira la X1/9 ), motorisée par un 2.0 L DOHC de 120 ch en position transversal arrière. Elle est la mère de la 037 de rallye. Ici une version Mk1 reconnaissable à sa calandre, ses montants arrières pleins, ses sièges « design » en skaï, sa teinte « champagne métallisé » mais hélas sans ses jantes alu d’origine ( ici des jantes alu Campagnolo destinée au coupé GTV ).

Un rare coupé BMW 2000 CS ( code modèle 120 de 65 à 70) de la seconde moitié des années 60 et son puissant 2.0 L de 122 chevaux !

Et une Skoda Superb Mk1….

Place aux françaises avec la superbe Bugatti 57S Atlantic chassis n° 57473 à la vie tumultueuse faite d’une première livraison en 1936 et en noir, d’un restylage par Figoni & Falaschi, des  conquêtes féminines de son deuxième propriétaire René Chatard, d’accident avec un train, de 10 ou 12 années de mise sous séquestre par la SNCF, d’une première remise en état par Berson mais avec des pièces neuves,  d’une seconde renaissance qui se fit grâce aux prestigieux Ateliers de restauration Lecoq et le rachat par un collectionneur qui fit refaire la 57S chez Russel ( le restaurateur de référence des Bugatti ) .

Place à quelques sportive du groupe PSA ( et une Renault ! ) en commençant par l’inoubliable Visa Mille Pistes, ancêtre de la DS3 WRC de Loeb ( qui n’a pas fait de miracle ce week end en Suède ! )

Le soir tombe, il est venu le temps de regagner nos autos plus modernes, plus technologiques mais je ne suis pas sur qu’elles nous laissent les mêmes souvenirs ou les mêmes sensations que ne le font ces anciennes bien moins aseptisées ou sur assistées !

Crédits photos : Ugo Missana.