Lors de la présentation de ses activités « Bluesolutions » (regroupant toutes les technologies environnementales du groupe), Vincent Bolloré a dévoilé une version de plage de sa BlueCar (la fameuse voiture d’Autolib’) : la BlueSummer.

bollore bluesummer.2

Pas beaucoup d’informations sur cette auto pour le moment… Nous savons juste que, sous sa robe dessinée par Philippe Guédon, l’ex-patron de Matra Automobile (et qui rappelle dans l’esprit et dans les formes générales la mythique Méhari), la BlueSummer n’est en fait qu’une BlueCar recarrossée. A commencer par ses dimensions, identiques à celles de la citadine qui écume les rues de Paris mais aussi depuis peu Lyon et Bordeaux, puisqu’elle mesure 3,75 m de long pour 1,70 m de large. Ses entrailles aussi sont entièrement reprises de la BlueCar, avec ses fameuses batteries LMP Batscap de 30 kWh promettant entre 150 et 250 km d’autonomie reliées à un moteur électrique de 50 kW.

A l’intérieur, même schéma, puisqu’on retrouve quasiment la même planche de bord que dans une Autolib’ (seuls les plus observateurs remarqueront une diminution de la profondeur), 4 vraies places et un coffre de 350 dm3. La présentation s’avère cependant plus qualitative, avec quelques touches de chrome et une sellerie claire. Espérons cependant que cette dernière soit résistante au sable, à eau salée et à l’attaque du soleil !

Car cette BlueSummer ne sera pas vendue dans toute la France : Mr Bolloré planche sur une distribution uniquement centrée sur la Côte d’Azur et la Bretagne, et pourquoi pas quelques îles (le nom de St Barth a été évoqué). Le prix ? 13 500 €…à priori sans la batterie (qui sera donc louée séparément), ou une location globale pour 550€ par mois. Ça fait quand même assez cher pour une voiture de plage… D’autant plus que les batteries LMP souffrent d’un souci : le besoin d’être constamment à température (soit 90°C). Le résultat ? Une fois débranchée et à l’arrêt, la voiture d’auto-déchargera d’elle-même pour se maintenir à la température adéquate (comptez 3 jours pour passer de 100 à 0 % !), et qui signifie qu’elle devra rester constamment branchée pour que la batterie reste chargée. Pas de souci dans le cas de l’auto-partage (puisqu’elles ne sont que rarement immobiles et toujours branchées), mais si la voiture est amenée à n’être utilisée que 2 mois par an, la consommation d’électricité risque d’être conséquente… A revoir lorsque nous aurons plus d’informations sur cette auto, ou au printemps 2014, date à laquelle la voiture sera commercialisée.

Crédits photos : Bolloré.

Vous pouvez retrouver l’essai de la BlueCar ici et.