C’est rapidement résumé le propos qu’a tenu ces jours ci D. Caldwell, le porte parole de Cadillac au sujet du très réussi mais invendable coupé électrique avec prolongateur d’autonomie ELR.

cadillac elr

Si l’on reprend l’intégralité du propos, on constate que la firme de luxe du groupe General Motors n’a pas décidé de lacher le morceau contrairement à ce qui se disait il y a quelques semaines.
David Caldwell de dire : « La Cadillac ELR n’est pas une automobile conventionnelle. Elle va demander du temps pour s’installer dans le paysage automobile. Nous ne mesurons pas la réussite de ce genre de voiture uniquement avec son volume de vente ». 

Oui bien sur, il y a le mix CO2 de la gamme, l’image de marque de Cadillac, la satisfaction de ceux qui en possèdent une, la qualité de fabrication, le silence de roulage, le confort des sièges en cuir, la sonorité chaleureuse et fini de la hifi, la précision du GPS. Tout ça n’est que parole quand on sait qu’en 5 mois Cadillac n’a livré que 293 exemplaires de ce coupé onéreux ce qui peut simplement s’appeler un bide ou un four commercial !

Reste que malgré les remises, la pub, les incitations diverses et variées (7500$ de Federal Tax Credit), une offre de financement à 699$/mois sur 39 mois, le coupé à 75.000$ peine vraiment à se vendre et à séduire une clientèle qui doit préférer un coupé CTS à 39.495$ ou les coupés d’autres marques.

Avec une grosse cinquantaine de ventes le mois dernier soit environ une vente par état, on peut se dire que c’est mal barré pour l’ELR, ce qui n’est pas le cas si l’on en croit le discours officiel du constructeur emprunt d’une bonne dose de méthode coué. A suivre tout de même d’ici à la fin de l’année 2014.

Via Autoevolution.