Encore un essai que je n’avais pas du tout envie…. de rater. La moto électrique Zero Motorcycles DS ZF6.5 11 KW a été mienne pendant une semaine et je profite d’essuyer mes larmes après l’avoir rendue pour écrire ce petit article. En effet, même si ici la Fée Electricité, c’est Jean-Baptiste qui essaye sans les ménager les Tesla, les Zoe, j’en passe et des meilleur(e)s, moi aussi j’ai bien le droit de rouler sans faire de bruit!

Zero.. quoi ? Les débuts d’une marque au nom

En 2006 , Electricross, créé par Neal Saiki, voit le jour en Californie. Et son premier produit nommé la Drift fait sensation. En 2007, la société se renomme Zero Motorcycles. La même année, la marque sort sa deuxième moto :

A l’époque Zero s’intéressait aux motors tout terrain.  Quelques années et employés plus tard (25 en 2008), le premier modèle « road legal » est lancé et s’appelle Zero S, suivie peu après de la Zero DS. Puis seront lancés des modèles variés pour la police, l’armée quand en 2013, nouveaux tournant, la société innove sur sa gestion des batteries et lance une application iPhone.. ainsi qu’une moto au look un peu plus sympa.

Encore beaucoup de salariés et de motos vendues plus tard, Zero Motorcycles a donc eu 10 ans. Ca passe vite et c’est résumé ici.

Mais on est d’accord, ça n’en fait pas une marque très connue aujourd’hui et peu de gens reconnaitront les motos Zero dans la rue…

S, SR, DS, DRS, FX, FXS. Accros à l’Acronymie.

La gamme actuelle de zéro compte 6 variantes : Zero S / Zero SR / Zero DS / Zero DSR / Zero FX / Zero FXS. Comment et pourquoi ces noms m’échappe un peu mais bref j’ai essayé le modèle dit DS pour Dual Sport qui est vendue ainsi : « Conçue pour être agile en terrain boueux et rapide sur le bitume ». Ca pourrait décrire un Range Rover. Mais ici on n’a que deux roues.

Entre chaque variante change le couple, les pneus et le cadre, les finitions. Si on devait placer la Zero DS dans la gamme c’est un modèle qui se veut polyvalent mais avec des pneus typés on/off road, les Pirelli MT-60 que la marque présente sur son site comme optimisés pour l’usage routier des motos Enduro. Okayyy bon moi je vais rouler en ville hein.

DS … DS .. faisons connaissance de la bête.

Je récupère la DS chez ATS / Absolut Cycles, rue des Boulets et là on m’explique rapidement le fonctionnement de la moto : le kick .. le réser… ah non 🙂 Le contact, le bouton coupe circuit..  l’absence de pédale d’embrayage et le câble de charge.

Mon dernier essai électrique c’était le petit scooter électrique NIU N1S Civic dont la batterie était amovible (et précédemment j’avais conduit le scooter C-Zero Evolution de BMW). Avec la Zero DS essayée, la batterie fait 40 kilos et n’est pas amovible par l’utilisateur. Il faut être proche d’une prise électrique pour la charger.

Je la trouve superbe mais ça n’engage que moi. Une bonne façon d’entrer dans les détails de cette moto sera de vous expliquer qu’elle existe en fait en de multiples déclinaisons..

La Zero DS peut être achetée dans les configurations qui suivent à ma connaissance :

  • Zero DS ZF13.0- 187 kilos – 16 120 Euros
  • Zero DS ZF13.0 + Power tank – 207 kilos – 19 140 euros
  • Zero DS ZF6.5 11kW – 144 kilos  – 12 590 euros

Qu’est-ce qui change entre les modèles? 

La version ZF6.5 a une batterie de 6,5 kWh soit la plus petite disponible chez Zero et qui a une autonomie annoncée de 80km. La version ZF13.0 elle.. a une batterie 13kWh (vous avez compris la logique bravo) annoncée à 133km. Et les versions avec Power Tank – qui est en fait une batterie additionnelle – ont une autonomie annoncée de 150km (norme UE 134/2014 annexe VII).

Zero annonce jusqu’à 296 kms en ville avec le maximum de batterie (soit la ZF13.0 + Powertank).

Et donc il y a une autre subtilité : les 11kW. En effet ce sont des modele avec moins de puissance nette & continue et un peu moins de couple. La version 11kW de la moto aura par exemple 31 chevaux de puissance nette (23kW) et 15 de puissance continue (11kW) quand la version normale développe une puissance nette de 60ch (45 kW) & une puissance continue de 28 chevaux (21kW).

Les motos 11kW peuvent être conduites avec le permis A1/B (selon votre âge etc) tandis que les modèles du dessus nécessitent le permis moto dit A2. J’ai donc essayé une 11kW n’ayant pas encore le permis moto. C’est à dire une moto valant 12 590 euros hors prime de l’état car j’ai essayé la déclinaison avec la « petite » batterie soit normalement 80km d’autonomie.

Cette autonomie pas très élevée a 2 avantages nommés « coffres » et qui plaisent à tous les utilisateurs : puisque la batterie est moindre, la place est plus élevée. Cela nous donne donc un coffre à la place du réservoir (sauf pour ceux optant pour l’option Power Tank) ainsi qu’un à côté de la batterie :

Le coffre à côté de la batterie que vous voyez sur les photos ci-dessus peut accueillir un cadenas, une chaine .. des gants, le câble de charge.. quelques outils il est relativement grand. On y accède en déverrouillant une plaque protectrice sur le côté droit de la moto puis avec la clef de la moto. Celui situé au niveau « réservoir » est aussi verrouillé par clef et plus facile pour l’accès direct, il fera office d’un grand vide poches. Je m’en servais personnellement pour y mettre mon smartphone et toutes choses qui m’auraient déconcentré pendant la conduite.

Dans les autres « particularités » de cette moto il y a une application sur smartphone (un peu moche et mal faite soyons honnêtes) qui communique en Bluetooth et permet de se créer un mode « Custom » car comme pour beaucoup de véhicules électriques ou hybrides … (et même thermiques) la moto a des « modes » au nombre de trois : Eco / Sport / Custom qui affecte la récupération d’énergie (freinage moteur si on veut), le couple, la vitesse max.

Voyons la en vidéo !

Au quotidien la Zero est un plaisir. Simple à prendre en main, intuitive et confortable (les suspensions Showa jouent surement un rôle la dedans), on se prend vite au jeu de rouler avec … et elle donne l’envie de faire chaque trajet avec.. quitte à s’inventer des trajets & des déplacements.

L’absence de bruit choque les motards qui aiment entendre leur engin mais personnellement entendre le vent et le bruit du moteur électrique m’ont séduit. Et grâce au système de récupération d’énergie, il suffit de lâcher l’accélérateur pour que la moto ralentisse par elle même… comportement qui est différent selon le mode utilisé sur la moto.

Tous mes amis qui ont essayé la Zero l’ont trouvée super (dont des motards) mais quand on communique le prix, ça calme. La moto a les performances d’une 600 tant sur le freinage .. mordant que l’accélération qui est largement supérieure à ce qu’un conducteur de 125 devrait avoir entre les mains. On sent bien l’électrique et avec ça je laissais tout le monde derrière moi.

En faisant beaucoup de ville + un tout petit peu de périphérique, j’ai atteint 80km d’autonomie (conduite très dynamique). Sur son site, Zero annonce 119km en ville ce qui me semble un peu optimiste. Mais en adoptant une conduite plus calme que la mienne, on doit facilement pouvoir gagner 10 km d’autonomie voir plus.

Une fois la batterie vidée, le moment de la recharge s’approche. Et honnêtement les premières fois que ça arrive on oscille entre inconscience et panique puisque pas organisé pour se charger : il faut donc trouver une prise électrique accessible. Ma gardienne m’ayant refusé d’utiliser la prise de notre cour pour une nuit, me voilà lancé dans la recherche d’un truc utilisable immédiatement. Et mon compteur était inquiétant le matin :

Bref je me rends dans un parking souterrain pensant naïvement (et surtout en ayant cherché sur internet) qu’ils avaient des prises électriques mais mon voyage se solde par un échec (et de l’autonomie en moins) les prises présentes étaient .. inactives.

La première fois que j’avais un peu épuisé la batterie, j’ai fini par aller charger la moto chez des amis qui m’ont tiré une rallonge devant leur hotel. Puis j’ai découvert BeLib, un service de charge en libre service :

Moyennant 15 euros, à moi la carte RFID qui donne accès à un réseau de bornes installées ça et là dans Paris. Le système se présente. chaque fois comme une station ayant 3 bornes. Celle du centre délivre du courant par une prise classique et jusqu’à 3kW tandis que les bornes situées à gauche et à droite délivrent elles jusqu’à 22kw via différents formats de prises (T2, 2x Domestique, T3, Chademo..).

On cherche donc un point de charge sur son smartphone et on peut réserver une place, etc. C’est assez simple et le support de Belib a été très réactif pour m’aider (ils ont activé mon compte avant que je ne reçoive la carte physique pour me faire gagner du temps). Point positif de BeLib : sur la borne 3kw (la prise domestique dont j’avais besoin), la charge est gratuite entre 20h et 8h tous les jours. Sinon elle coute 0.25 € TTC pour 15 minutes avec un point que je trouve assez injuste : il coute aussi cher de charger en 3kW qu’en 22kW. .

Points négatifs pour quelqu’un qui était en mode dernière minute comme ça : il faut normalement attendre l’envoi du badge (un peu rétro .. par la Poste alors qu’on peut très bien tout gérer du smartphone) pour avoir un compte actif et certains véhicules font du « swamping » sur les bornes BeLib : ils viennent s’y brancher tous les soirs alors qu’ils n’ont pas besoin d’énergie .. pour stationner gratuitement.

Bref ! La Zero affiche sur son compteur combien de temps il lui faut pour atteindre une recharge complete et cela tourne autour de 5h30 (pour le modèle essayé, les modèles avec plus grosses batteries nécessitent un plus grand temps de charge). De fait, j’ai pu charger la moto sans débourser d’argent. Moyennant finances il est aussi possible de se charger sur les stations Autolib pourvues de prises domestiques mais les tarifs sont rédhibitoires à mon gout.

Alors qu’à la maison une charge reviendrait à 1 euro pour 100km d’autonomie.

Petits détails à améliorer..

Si mon expérience avec la Zero a été globalement très sympathique (au point de me donner envie d’en acheter une et de passer mon permis, suite dans un autre épisode), les choses suivantes me chagrinent :

  • L’application iOS vieillotte
  • Pas de tracking GPS et de connexion data intégrée dans la moto pour la localiser, savoir l’état de sa batterie alors que le scooter à 2000 euros que j’ai essayé le fait, pas d’alarme intégrée
  • Le cout à l’achat de la moto est plus que prohibitif, c’est un luxe / plaisir vraiment onéreux et j’ai du mal à voir ce qui justifie un tarif si élevé
  • La difficulté de faire de la LOA / LDD sur cette marque qui est peu voir pas référencée chez les acteurs du financement alors qu’il est possible d’obtenir le BMW C-Zero Evolution partout.

Mon verdict est donc qu’en achat pur plaisir la Zero est parfaite, si vous faites un achat / location sur votre société, le scooter BMW est plus simple à obtenir, dispose forcément d’un grand coffre sous la selle etc .. La Zero a le côté vraiment rare qui peut justifier de se l’offrir (je n’en ai croisé que 2 ou trois dans Paris).

Je reste tout de même pressé que Zero sorte une moto « connectée » ainsi qu’une version ZF13 de la moto en 11kW c’est à dire grosse autonomie ET accessible 125 car la DS n’est pas offerte dans cette configuration alors que le modele « S » de Zero l’est.

Quelques photos « officielles » :