Essai : la Vanlife en Mercedes Marco Polo

Voici le récit de notre roadtrip en mode vanlife avec l’essai du Mercedes Marco Polo 250d : avis, conso, équipements, prix, …

En 2019, j’avais adoré mon expérience en van aménagé à bord du Ford Transit Nugget. Depuis, le marché et surtout la demande ont largement explosé. Il était alors de temps de revivre la Vanlife en Mercedes Marco Polo.

Tout y est

Commençons par les présentations. Le Mercedes Marco Polo ne vous est pas totalement inconnu car il reprend comme base le luxueux Classe V. On retrouve alors évidemment tous les codes de la marque avec l’imposant logo au centre d’une calandre joliment travaillée. La signature lumineuse que l’on reconnait sur les autres modèles du constructeur est également de la partie, tout comme les ornements de la finition AMG Line. On a même droit à de belles jantes AMG de 19 pouces. Si une peinture rouge ou bleue peut l’habiller, notre gris métallisé se veut plutôt passe-partout quand on veut se la jouer discret. Cette fois, je ne vous recommanderais donc pas une livrée trop tape-à-l’œil contrairement à mon habitude.

Techniquement parlant, le Marco Polo est disponible en 3 motorisations, toutes diesel ; en attendant la version électrique dérivée de l’EQV très prochainement. Il est possible d’opter pour le 220d de 163 ch ou le 300d de 237 ch, et de notre côté nous avions le 250d de 190 chevaux. Chacun d’eux bénéficie de la boîte automatique 9G-Tronic, à 9 rapports donc, et peut être choisi en configuration propulsion – comme notre modèle d’essai – ou transmission intégrale.

En grimpant à bord, on sent tout de suite la qualité du constructeur à l’étoile. Mais aussi du spécialiste Westfalia qui a bossé sur l’aménagement. À l’avant, Mercedes sait flatter ses passagers avec une qualité d’assemblage digne de ce nom. Certes, c’est moins haut de gamme que dans les berlines traditionnelles, mais on apprécie d’être assis dans de confortables sièges en cuir. L’excellent système MBUX, et son écran de 10,25 pouces, y est forcément pour beaucoup. De même que la présentation générale et le choix des matériaux. Puis à l’arrière, l’expérience de Westfalia offre vachement d’atouts. On a tout d’abord un fort sentiment de solidité lorsqu’on manipule un peu tout. Et à l’usage il fait preuve de praticité. Entre autres : les sièges coulissent ou tournent en un tour de main, on se met à l’abri des regards rapidement grâce aux nombreux stores, pas mal d’équipements sont motorisés et il regorge de petites lumières. Mais on apprécie surtout la quantité de placards, qui sont en plus faciles d’accès et très bien pensés. On peut ranger aisément tous les ustensiles de cuisine et le garde-manger, on peut même glisser dans un des tiroirs un pack d’eau entier et quelques autres bouteilles.

Mais à quel prix ?

Tout ça, vous vous en doutez, à un prix. Et il n’est malheureusement pas donné ce Mercedes Marco Polo. Il débute au tarif de 77 575 € TTC, mais il faudra rapidement passer à la caisse pour obtenir de meilleures prestations. Déjà, j’ai peur que la version 163 ch soit quand même un peu limitée pour déplacer les 2,5 tonnes minimum du bestiau. Le 250d ici présent commence donc à 79 665 € (84 445 € pour le 300d). À cela on ajoute quelques options pour le rendre plus joli, comme par exemple le pack AMG Line à 3405 € ou la peinture métallisée à 1707 €. Mais surtout plus confortable, avec les sièges chauffants (583 €), le store latéral (1039 €), le toit relevable (1822 €) et le chauffage additionnel (2805 €). Et plus facile à vivre, avec la caméra panoramique à 1933 €, la porte coulissante électriquement à 1125 € ou les aides à la conduite à 2066 €. Total ici : plus de 120 000 € TTC, aïe !

Alors si on devait vous aider à optimiser votre configuration, nous ferions sûrement l’impasse sur certaines options dans le but de cibler d’autres choses. On peut notamment citer le toit relevable électriquement, un peu lent et pas forcément utile. Le toit ouvrant également n’est pas essentiel, tout comme certaines aides à la conduite. Alors qu’à l’inverse, afin de pouvoir sortir des sentiers battus sans peine, je ne pourrais que vous encourager à opter pour les 4 roues motrices. En effet, on peut être vite amené à manœuvrer dans des situations compliquées ou sur des terrains meubles, et optimiser la motricité ne sera que bénéfique à votre sérénité. Je dis ça en connaissance de cause… La transmission intégrale permanente 4MATIC ajouterait 4988 € à la facture. De plus, on pourrait vous conseiller d’opter pour la suspension pilotée AIRMATIC (2650 €) qui renforcera un confort déjà très bon. Enfin, si vous souhaitez partir en totale autonomie, le chauffage additionnel à eau chaude (1450 €) et le pack table de camping + 2 chaises (523 €) semblent primordiaux.

Il est temps de partir en voyage

Les premiers kilomètres pour rejoindre les magnifiques paysages montagneux se font sans encombre. Pour profiter de nos villages français, et faire quelques économies c’est vrai, le trajet aller se fait sur départementales. Le Marco Polo continue alors de justifier son prix avec son bel agrément de conduite. Déjà, malgré une motorisation qui manque de noblesse, il arrive à nous la faire oublier. En effet, on ne ressent aucune vibration et la sonorité se fait oublier tant l’insonorisation est excellente. Mieux, cela a même des avantages grâce à son autonomie plutôt élevée. Dans ces conditions, il consomme à peine 7,5 litres aux 100 km. De quoi réaliser plus de 900 km. Ensuite, il se veut confortable en faisant oublier les aléas de la route. Ses suspensions ne sont pas trop fermes et on n’a pas l’impression d’être secoué dans tous les sens. On ajoute à cela une bonne gestion de la boîte, qui est aussi pour beaucoup dans ce premier ressenti positif ; ce qui ne sera pas toujours le cas malheureusement. Mais dans ce cas présent, elle se montre complètement invisible et réactive. On ne souffre absolument d’aucune secousse, ni temps de latence. De surcroît, la position de conduite, en hauteur, est vraiment plaisante pour les yeux tout en offrant une sensation de domination qui rassure.

Mais il est temps de profiter de l’avantage numéro du van : l’aménagement complet. Je ne peux que vous conseiller, comme moi durant ce long week-end d’essai, d’éviter au maximum les aires payantes ou les campings. À l’aide de l’application Park4Night par exemple, couplé tout simplement à Google Maps, on peut assez facilement trouver des spots pour passer la nuit au calme. Parfois dans des lieux à couper le souffle, notamment au réveil après une arrivée nocturne la veille. Attention toutefois à bien surveiller la réglementation du lieu ou du pays visité, le rêve peut tomber à l’eau très souvent. Néanmoins une fois installé, et avant de dormir, il est l’heure de passer à table. Et là, quel plaisir de concocter un repas comme à la maison ! Grâce à ses deux feux à gaz, il est possible de cuisiner quelques vrais plats, et c’est un sentiment qui m’a particulièrement marqué. À la fois satisfaisant et réconfortant. D’ailleurs, via un petit frigo qui, malgré son apparence de glacière, fonctionne à merveille pour conserver les denrées périssables ou rafraîchir les boissons, il n’est pas question de se restreindre. Puis une fois plein comme un œuf, quatre personnes peuvent dormir dans des conditions optimales. Spécialement en haut où un vrai sommier permet d’être dans les bras de Morphée plusieurs nuits d’affilée sans difficulté. Tout est facile à installer, et on se retrouve au chaud sous la couette en un clin d’œil.

Après un réveil tout en douceur, il est temps d’attaquer la vraie vanlife avec des paysages à couper le souffle dans tous les sens, et des nuits coupé du monde. Le deuxième jour, nous voici donc en montagne. Si on pouvait craindre quelques difficultés, le Marco Polo reste dans un terrain de jeu qu’il apprécie. Pour commencer, la puissance est plus que suffisante, il n’a jamais été en difficulté que ce soit en insertion, dans le trafic mais donc aussi sur des pentes raides. Le couple de 440 Nm lui donne du tonus et la direction précise nous permet de placer l’auto avec vivacité, sans avoir l’impression de se vautrer dans les virages. Les ingénieurs de la marque ont réussi à contenir le roulis, et il n’apparaît pas excessif en matière de sous-virage. Au demeurant, j’aime beaucoup cette conduite dynamique qui laisse l’engin se mêler aux voitures sans se faire remarquer. Pour autant, il n’est pas exempt de défauts. Contrairement à ce que je disais plus haut, ici la boîte se révèle un peu moins agréable. Elle est souvent perdue, et a tendance à faire hurler le moteur notamment en descente. Heureusement, les palettes au volant vous permettront de rectifier le tir, et de bénéficier en outre d’un frein moteur inexistant en temps normal. En parlant freinage justement, j’ai choisi de terminer là-dessus afin de bien vous mettre en garde. On n’arrête pas un tel mastodonte comme on arrête une petite bombinette. L’anticipation est le maître-mot et on évite les excès d’optimisme ! Enfin, dans ces circonstances, vous vous doutez bien que la conso s’envole un peu plus, en frisant les 10 à 11 l/100.

Hélas, toutes les bonnes choses ont une fin. Par chance, le retour qui se fait cette fois-ci par l’autoroute ne devient pas une torture. Le Marco Polo reste suffisamment silencieux, avec un petit fond musical, pour ne pas terminer le périple avec un terrible mal de crâne. Il ne donne pas en prime l’impression d’être un parpaing sur roulettes, et reste totalement alerte. Pour finir, son appétit en gasoil ne s’envole pas outre mesure avec un relevé sur ce tracé à 8,2 l/100. Au final, on obtient une conso de 8,5 l/100 sur 2000 km dont 800 en montagne.

Tout ce qu’il faut pour séduire

Le Mercedes Marco Polo se montre à la hauteur de ses prestations haut de gamme. Il se transforme effectivement en un nid douillet plus qu’agréable avec tout l’équipement nécessaire à la vie en autonomie (ou presque). Par chance, il ne perd pas non plus ses bonnes capacités routières, malgré quelques défauts, en mêlant punch et confort avec brio. Si le tarif très premium n’est pas un frein à l’achat pour vous, le Marco Polo s’avère être un concurrent de poids.

Crédit photos : Thomas D. (Fast Auto)

Total
4
Shares
Previous Post

Abarth 500e : le scorpion s’électrifie

Next Post

Se faire plaisir en Porsche pour pas (trop) cher

Related Posts