F1 2021, le bilan à mi-saison.

Le 1er août dernier, le Grand Prix de Hongrie s’achevait pour laisser place à la trêve estivale et le passage de la mi-saison F1 2021 à la deuxième partie de la saison du championnat du monde. La saison 2020 ayant été fortement impactée par les débuts de la crise sanitaire liée au virus du Covid-19 partout dans le monde, la saison n’avait alors commencée officiellement qu’au mois de juillet, et avait été remaniée profondément. Cette saison 2021 démarre avec des stigmates similaires. Ainsi, pour la deuxième année consécutive, l’Australie n’inaugure pas le championnat. Un temps décalé vers la fin de l’année, celui-ci sera finalement purement et simplement annulé. D’autres étapes prévues au calendrier officiel sont annulées : Chine, Canada, Turquie (un temps en remplacement du Canada, puis reporté à Octobre), Singapour et Japon.

Toutefois, ayant retenu les leçons de l’année dernière, la F1 a su proposer une première partie de saison pour le moins intéressante, avant la grande évolution de 2022. Retour sur cette mi-saison F1 2021, et de voir qui a su tirer son épingle du jeu, et les enjeux à venir.

Vue d’ensemble : une mi-saison F1 2021 avec des duels à tous les étages !

La première chose que l’on constate à mi-saison, c’est que l’écart entre les écuries s’est réduit un peu. Certes, Mercedes et Red Bull sont encore au dessus du lot, mais derrière, les autres écuries (à part Alfa Romeo, Williams et Haas) sont capables de se tenir en moins d’une seconde. Au global, on peut situer la lutte au championnat à mi-saison en 4 étages : le duel Mercedes-Redbull au sommet, puis Ferrari-McLaren en embuscade, suivi d’une bataille Alpine-AlphaTauri-Aston Martin en milieu de peloton et enfin Williams-Alfa Romeo-Haas pour éviter la dernière place. Même si l’écurie Haas semble condamnée à finir dernière du championnat, sans évolution en cours de saison, elle est un cran en dessous des Alfa et des Williams.

Le bilan chez les pilotes

Une lutte des plus intenses entre Verstappen et Hamilton

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Chez les pilotes, certains ont su impressionner en cette mi-saison F1 2021. Verstappen est monté d’un niveau avec une Red Bull plus compétitive et est le seul à menacer cette année Hamilton pour le championnat, ce qui n’est pas sans déstabiliser le britannique. Il suffit de voir le nombre de tours en tête à mi-saison : 403 pour Verstappen contre … 128 pour Hamilton (soit à peine deux fois plus qu’Ocon) ! Hamilton finit la première moitié de saison en tête, ayant complété 100% des tours à mi-saison, alors que Verstappen abandonnait en Azerbaïdjan et en Grande-Bretagne. En Hongrie, il est victime du premier virage, ce qui endommage considérablement sa Red Bull. Toutefois, le néerlandais restait sur 3 victoires lors du fameux Triple-Header (France-Styrie-Autriche). Il nous tarde de voir la suite de la bataille entre les deux !

D’autant que l’on sent la pression peser sur Hamilton : le britannique est un peu plus irrégulier dans ses résultats (7e à Monaco, son erreur à Imola, 0 point marqué en Azerbaïdjan, des stratégies d’équipe moins bien rodées, etc.). Il ne domine pas sans partage.

Des outsiders prétendant aux podiums

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Du côté des autres pilotes, on a pu être particulièrement impressionnés par la constance de Norris, solide 3e au championnat. Le britannique avait d’ailleurs inscrit des points à toutes les courses de la saison avant d’abandonner en Hongrie, victime du carnage du premier virage.

Mais Sainz fait également partie de notre top. Fraîchement arrivé chez Ferrari, on pensait alors qu’il subirait tout le talent d’un Leclerc solidement ancré chez les rouges, et que l’espagnol pourrait vite avoir une étiquette de pilote n°2. Loin de là. Après des débuts délicats et des performances décevantes en qualifications, Sainz a réalisé deux podiums pour Ferrari : 2e place de Monaco, et 3e place en Hongrie (ndlr : après disqualification de Vettel). D’ailleurs Vettel a tout à fait notre place dans ce top. Outre ses qualités humaines qui ne sont plus à prouver, le pilote Aston Martin fait de belles choses dans sa nouvelle écurie, qui n’est pas aussi compétitive qu’espérée. On s’est inquiété de voir un Vettel en difficulté et dominé en début de saison par Stroll. Cependant, l’allemand a réalisé deux belles courses à Monaco puis en Azerbaïdjan où il a signé le premier podium d’Aston Martin avec une 2 place. Il aurait pu signer un deuxième podium en Hongrie s’il n’avait pas été disqualifié pour manque d’essence. Alonso, sur un retour un peu compliqué, nous propose lui aussi de très belles choses ces dernières courses.

Des pilotes plus décevants.

A titre personnel, ma plus grande déception de mi-saison F1 2021 reste le transfert de Ricciardo vers McLaren. L’australien qui avait déjà eu des débuts difficiles lors de son arrivée chez Renault, est encore plus en difficulté dans l’écurie de Woking. Le pilote est surclassé par Norris et il ne parvient pas à retrouver la confiance et à mettre son style de pilotage au service de la McLaren. Norris qui a déjà marqué 113 points et 3 podiums, a plus du double des points de Ricciardo au championnat. Cela pèse au compteur face à Ferrari qui a deux pilotes d’un niveau équivalent.

Bottas lui ne fait d’emblée même plus illusion. Avec déjà 3 abandons à mi-saison F1 2021, c’est le pilote ayant complété le moins de tours jusqu’ici (545 sur 697 tours), peu appréciable pour une écurie septuple championne du monde. De plus, le niveau de Pérez, qui semble plus compétitif qu’Albon, met à mal le finlandais, comme le démontre son impuissance au Grand Prix de France.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Enfin, les rookies ne sont pas les plus impressionnants cette saison. Tsunoda, en qui on plaçait de grands espoirs, notamment après son premier Grand Prix, a enchaîné les erreurs et les dégâts sur sa monoplace. De plus, son agressivité en piste comme à la radio avec sa propre équipe ne jouent pas en sa faveur. Enfin, les deux pilotes Haas, s’avèrent décevants. Qu’on ne se le cache pas : la voiture n’est absolument pas compétitive et instable. Mais Schumacher, qui ramène le nom prestigieux de son père dans la catégorie reine, a fait un bon nombre d’erreur. Parfois plus que son coéquipier Mazepin.

Le bilan chez les écuries

Des écuries qui s’améliorent à mi-saison F1 2021…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Par rapport à l’année dernière au même stade, l’écurie qui fait le plus grand bond en avant est sans surprise Ferrari (+83). En 2020, l’écurie au cheval cabré avait réalisé l’une de ses pires saisons depuis une trentaine d’années. La bonne forme et le rythme trouvé de Sainz permettent de remonter la pente, à l’image des deux pole position de Leclerc.

Red Bull s’est fortement rapprochée de Mercedes par rapport à 2020 (+80). Verstappen qui compte déjà 5 victoires, et la victoire de Perez en Azerbaïdjan font de Red Bull l’écurie ayant le plus de victoires en 2021. Il faut remonter à 2011 pour voir autant de victoires pour Red Bull à mi-saison.

Enfin, McLaren monte en puissance depuis plusieurs saisons maintenant et continue son renouveau, principalement mené par Norris et le moteur Mercedes. Quant à Williams, l’écurie a scoré 10 points en un seul Grand Prix lors du Grand Prix de Hongrie 2021, une performance qui n’avait été plus vu depuis des années !

… mais d’autres qui régressent.

La plus grande régression, si on peut l’évoquer ainsi, nous vient de chez Mercedes (-88), preuve que la concurrence se resserre pour le tenant du titre. Cela n’empêche pas le team de Brackley d’être en tête aux championnats pilotes et constructeurs, de peu. Il faut dire aussi que des erreurs stratégiques ou des pilotes ont frappé Mercedes. Malgré des erreurs plus fréquentes, Hamilton a toujours une voiture au dessus du lot et est en mesure de nous faire des “Remontada” comme ce fut le cas à Imola, en Grande-Bretagne ou en Hongrie par exemple.

La deuxième écurie à régresser (et on est assez surpris) est Aston Martin avec -72 points par rapport à 2020 après 11 courses. La nouvelle écurie aux couleurs British Racing Green, connue en 2020 sous le nom de Racing Point ou Mercedes Rose, n’est plus rien de Mercedes si ce n’est le moteur. Stroll qui faisait une saison honorable l’année dernière ne joue pas aux avant-postes et ne gratte que quelques points par-ci par-là. Vettel lui fait meilleure sensation surtout ces dernières courses où il est en mesure d’éviter les aléas en piste (2e à Bakou, 2e à Budapest jusqu’à sa disqualification).

Les moments forts de la mi-saison F1 2021

Grand Prix d’Emilie-Romagne

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’est la deuxième manche du calendrier F1 2021 et on sent un Verstappen revanchard, après avoir dû concéder la victoire à Hamilton à Bahreïn. Cependant, le néerlandais part en Italie de la 3e position. Suite à un bon départ, il parvient à prendre la tête après une défense musclée sur Hamilton au premier virage. La course suit son court avec la plupart des pilotes en intermédiaires alors que Gasly avait fait le pari (raté) des pneus maxi pluie. La voiture de sécurité est rapidement de sortie suite à des erreurs et accrochages dans le peloton. Plus tard, Hamilton, alors 2e qui veut prendre un tour à Russell manque son freinage et finit dans le bac à gravier et tape le mur. C’est ce même Russell qui quelques instants plus tard, perd le contrôle de sa Williams et envoie avec lui au tapis la Mercedes de Bottas, le drapeau rouge est brandit. S’en suit une remontée d’Hamilton qui était reparti plus loin dans le top 10 pour finalement terminer en 2e position cette course.

Grand Prix d’Azerbaïdjan

Il se passe souvent des choses à Bakou depuis son intégration au calendrier en 2016. La première surprise vient du poleman : Leclerc. C’est la deuxième pole consécutive pour le monégasque et Ferrari, après celle de Monaco (qu’il n’a pas pu concrétiser, devant abandonner avant même le départ de la course).

Toutefois, il ne peut tenir longtemps face à Hamilton et aux Red Bull. Il faut attendre de passer la mi-course pour voir un premier chamboulement de la course. Stroll réalise une bonne course et maintient sa gomme dur jusqu’au 29ème tour, au moment où son pneu arrière gauche explose dans la grande ligne droite à haute vitesse. La course est neutralisée par la Safety Car plusieurs tours avant d’être relancée. Verstappen est alors en tête devant Perez et Hamilton. A cinq tours de l’arrivée, c’est au tour du pneu arrière gauche de Verstappen d’exploser en pleine ligne droite. La course est cette fois-ci interrompue par drapeau rouge par mesure de sécurité. Puis les pilotes se positionnent sur la grille pour un départ arrêté pour deux tours avec Perez et Hamilton sur la première ligne. Hamilton, 2e prend un meilleur départ que Perez mais se loupe complètement sur ses freins et tire tout droit au premier virage, repartant bon dernier. C’est un podium inédit qui nous est offert avec Perez, Vettel et Gasly. Et Mercedes n’a pas pu profiter de l’abandon de Verstappen.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Grand Prix de Grande-Bretagne

Cette course restera comme l’un des moments forts de la saison 2021 pour plusieurs raisons. Tout d’abord, c’est la première fois de l’histoire de la F1 qu’une course sprint se déroule pour déterminer les positions sur la grille le lendemain. Si lors des qualifications pour la course sprint, Hamilton s’élançait de la première place, c’est Verstappen qui a prit l’avantage dans cette course sprint où Perez a perdu gros alors qu’Alonso à l’attaque prenait des positions. On se retrouvait donc pour la course avec une première ligne Verstappen-Hamilton. Les deux pilotes sont au coude à coude depuis quelques temps.

Photo : Sky Sports

Au départ, Hamilton prend un meilleur départ mais Verstappen défend avec agressivité sa position, les deux pilotes sont très proches et à l’entame de Copse, l’avant gauche de la Mercedes touche l’arrière droit de la Red Bull qui s’envole dans le mur de pneus et abandonne. Hamilton est miraculé et bénéficie de la Safety Car puis du drapeau rouge qui lui permettent d’éviter un éventuel abandon. Plus tard, le britannique est pénalisé d’un stop-and-go de 10 secondes. C’était alors Leclerc qui avait repris la tête de la course suite à ce clash. En fin de course néanmoins, Hamilton, purgé de sa pénalité, parvient à se défaire du monégasque et remporte à nouveau une course non sans mal.

Ce Grand Prix marque probablement le tournant de la saison dans la rivalité entre Hamilton et Verstappen, le néerlandais n’ayant que moyennement apprécié être envoyé au tapis et de voir son rival jubiler sur la première marche du podium. Les crispations se ressentent également dans la hiérarchie avec les échanges tendus par médias interposés entre Horner et Wolff.

Grand Prix de Hongrie

C’est probablement la course la plus excitante de cette mi-saison F1 2021 car tous les ingrédients étaient réunis : des imprévus, des accrochages, des positions improbables, un tracé technique. Bref, pour voir le résumé de cette course dantesque, c’est par ici !

On se retrouve très très rapidement puisqu’à l’heure où j’écris ces lignes, le Grand Prix de Belgique n’est plus qu’une question de quelques jours. Un Triple-Header aux saveurs du néerlandais qui roulera devant son public belgo-néerlandais à Spa-Francorchamps, puis Zandvoort, avant d’enchaîner avec Monza dans la foulée. On-a-hâte !

Crédits photos : Formula 1