Ça bouge pas mal cette semaine du côté des 3 disciplines « reines » du sport auto. Retour sur les dernières infos les concernant dans ce petit résumé.

wrc-f1-wec

On commence avec la F1. Il y a quelques jours je vous parlais de l’introduction de nouvelles règles (numéros uniques, points doublés au dernier GP, etc…), eh bien visiblement du côté de la FIA ça ne leur suffisait pas, alors en voici d’autres !

– Un nouveau trophée est créé et sera attribué à Sebastian Vettel l’auteur du plus grand nombre de pôle positions. Non, pas de point bonus, juste un trophée. Est-ce donc vraiment utile ? Pas sûr…

– Les essais jeunes pilotes disparaissent, mais en contrepartie les équipes pourront faire rouler jusqu’à 4 pilotes le vendredi, et disposeront d’un train de pneus durs « cadeau » à utiliser durant les 30 premières minutes de la séance. Pourquoi pas…

– Plus intéressant, les écuries disposeront de 4 fois 2 journées d’essais, qui pourront se dérouler sur les circuits de leur choix après les Grands Prix. Une de ces séances devra néanmoins être réservée aux tests des pneumatiques Pirelli.

– Pirelli, justement, a vu son contrat prolongé de 3 ans. Espérons que leurs gommes soient plus performantes que cette année, même si leur dégradation rapide était faite « pour le spectacle » ! On se souviendra tout de même longtemps de Silverstone où les crevaisons en séries avaient amorcé une polémique sur les gommes du manufacturier italien.

– Le permis à points est officiellement validé. Les pilotes commettant des « incivilités » en piste se verront attribuer des points en fonction de la gravité de la faute, et au bout de 12 points cumulés, ce sera la suspension pour le GP suivant ! A quand les radars fixes au bord des pistes ?

– Les pénalités si chères à la FIA sont décidément à la fête : tout d’abord, la voie des stands sera sous très haute surveillance et le moindre écart de conduite pourra engendrer une pénalité sur la grille de départ, plus ou moins lourde selon la gravité de l’infraction… Pénalités toujours : on connaissait celle pour un changement de moteur ou de boite, en 2014 le moteur sera divisé en plusieurs parties distinctes (6 en tout : Kers, turbo, électronique…) qui pourront chacune être changées 5 fois. Au 6ème changement, 10 places dans les dents, puis 5 à chaque nouveau changement de la même pièce, ou de nouveau 10 si c’est une autre pièce. Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué… Si tout le moteur est changé, le départ depuis les stands est obligatoire (là au moins c’est plus facile à comprendre !). Mais j’ai gardé le meilleur pour la fin : les pénalités sont possiblement étalables sur plusieurs grands prix. Je m’explique : imaginons un pilote qui écope d’un rétrogradage de 10 places sur la grille. Ce pilote se qualifie en 16ème position, il partira donc dernier. Jusque là, tout va bien ! MAIS, comme il n’aura finalement reculé que de 6 places, au GP suivant il reculera de nouveau de 4 places… Sauf si il se qualifie 20ème… Auquel cas… Bref, vous avez compris. On risque donc de s’y perdre, d’autant qu’avec les nouveaux blocs V6 Turbo, la fiabilité risque de ne pas être tout de suite au rendez-vous, il est donc fort probable que les pénalités tombent plus vite que prévu.

Mais l’actu de la F1, ce n’est pas que des pénalités et des règles bizarres (quoi qu’on finit par en douter !).

Passons donc aux annonces de titularisations !

Chez Force India tout d’abord : la rumeur était fondée, Sergio Perez rejoint l’équipe et viendra épauler Nico Hulkenberg. Un beau duo de pilotes pour l’écurie de Vijay Mallya, qui affirme qu’il n’a pas choisi Perez pour l’argent qu’il apporte dans ses valises via son partenaire Telmex (mais un peu quand même ?)

Ce renouvellement des 2 pilotes a donc mis Paul di Resta et Adrian Sutil sur la touche. Cependant, ce dernier vient d’être annoncé officiellement chez Sauber. Après 6 ans chez Force India, l’Allemand va pour la première fois découvrir une nouvelle écurie. Il n’a pour l’instant pas de coéquipier, mais l’annonce de celui qui le secondera ne devrait plus trop tarder.

Adrian-Sutil

Signalons enfin la rumeur née ce week-end en Allemagne via le magazine AutoBild qui annonce qu’Eric Boullier aurait présenté sa démission ! Les dettes de Genii, l’argent fantôme de Quantum, le contrat avec Renault pour la fourniture du V6 turbo toujours pas signé et maintenant ce supposé départ du boss, ça ne sent vraiment pas bon pour Lotus ! Espérons que l’écurie puisse régler tous ses soucis et pourra participer à la saison 2014. Malheureusement, plus le temps passe, plus l’avenir s’assombrit du côté d’Enstone…

2011 Formula One Testing

Direction maintenant le WRC.

On continue dans les annonces de pilotes ! Après Hyundai et Citroën, c’est M-Sport qui vient d’annoncer ses équipages 2014 : tous les regards seront tournés vers Robert Kubica, récent champion WRC2, qui arrive donc au top niveau au volant d’une Fiesta RS WRC, aux côtés de Mikko Hirvonen, non retenu par Citroën, et Elfyn Evans. La pointe de vitesse de l’ex-pilote F1 Polonais est certes très intéressante, mais il faut espérer que sa fâcheuse tendance à finir sur le toit ou dans un rail (c’est pas très gentil, je sais) disparaisse en même temps que cette arrivée parmi l’élite du rallye. Hirvonen fait de son côté son retour « à la maison », après 2 saisons pas très glorieuses passées chez Citroën ou il n’aura décroché qu’une seule victoire (où plutôt 2, mais il a été disqualifié pour une pièce non conforme lors de son premier succès sur DS3…).

A 24 ans, Evans débute en WRC après une saison d’apprentissage en WRC2 où ses résultats ont impressionné. Il avait notamment participé au rallye de Sardaigne au volant d’une Fiesta RS WRC qu’il avait mené brillamment jusqu’à la 6ème place.

elfyn-evans

Pour finir, quelques news du WEC, le championnat du monde d’endurance. Vous avez découvert Mercredi une image de la nouvelle R18 e-tron Quattro, eh bien en voici d’autres qui en dévoilent d’avantage sur le nouveau proto Audi. Une allure encore plus agressive, renforcée par sa livrée carbone brute de décoffrage.

Enfin, sachez que Mark Webber a effectué ses premiers tours de roues au volant de la Porsche LMP1 (dont le nom vient d’être officialisé : 919 Hybrid) cette semaine. Il est bien évidemment très heureux d’avoir pu effectuer ses premiers tours de roues si peu de temps après la fin de sa carrière en F1, mais reste réaliste quant au travail qui reste à fournir de sa part mais aussi de la part de l’équipe pour arriver au niveau et totalement prêt pour en découdre avec Audi et Toyota. Vivement l’affrontement à 3 ! Les noms de tous ses petits camarades qui l’accompagneront dans l’aventure 919 Hybrid sont désormais connus également : outre Romain Dumas et Timo Bernhard, annoncés il y a déjà un petit moment, il fera équipe avec Neel Jani, Marc Lieb et Brendon Hartley.

En bonus, une petite illustration en provenance d’Autosprint qui nous montre à quoi pourrait ressembler une livrée Martini Racing sur la nouvelle monture de Webber. Avouez que ça aurait de la gueule comme on dit ! Qui plus est, ce partenariat n’est pas qu’un pur fantasme puisque la récente 918 Spyder est disponible avec une telle décoration, alors pourquoi ne pas refaire vivre cette déco mythique qu’arboraient les 908, 917 et autres 936 par le passé ?

2014_Martini_Porsche_LMP1

Via FIA, Force India, Sauber, M-Sport, Porsche, Autosprint, Autohebdo, AutoBild