Ils avaient jusqu’à ce vendredi 18 avril pour déposer leurs offres de reprise et au bout du compte ils sont trois à avoir déposé une dossier auprès du tribunal de commerce de Niort.

Pour rappel, la société Mia Electric a été mise en liquidation le 12 mars dernier et c’est le 7 mai prochain que l’on connaitra la décision prise par les juges. Jusqu’à vendredi midi, nous ne connaissions qu’un des repreneurs potentiels, un consortium allemand « Mia generation », qui est l’association d’une entreprise qui fabrique des batteries à hydrogène et de Michèle Boss, l’actuelle patronne de Mia Electric.

Mia Electric  - trois dossiers de repreneur

Et ce samedi dans l’après midi, deux autres nouveaux repreneurs potentiels sont apparus grâce aux indiscrétions d’une personne toute proche du dossier. Le premier est la société alsacienne 4H Holding dirigée par Jean Michel Ritter soutenu par les moyens financiers du cheikh Hamad. L’entreprise 4H Holding n’est pas inconnue dans le domaine des VE puisque c’est elle qui a racheté en novembre les actifs de Lumeneo lors de sa liquidation. Jean Michel Ritter dit vouloir faire un diagnostic complet et précis de la situation de Mia Electric avant de relancer ou non, la production de la petite voiture. La reprise par 4H Holding pourrait être associée au projet de Libner.
Reste que le rachat de Mia Electric par 4H Holding entrainera inévitablement le regroupement des deux entreprises mais on ne sait pas encore si cela se fera en Alsace ou dans les Deux Sèvres.

Enfin, il y a un troisième repreneur qui a la forme d’une société mancelle liée au secteur de l’énergie et à la fabrication de batteries (E4V).

Les représentants du personnel de Mia Electric seront informés ce mardi 22 avril du contenu des trois candidatures, c’est à dire deux jours avant les licenciements effectifs des 204 salariés de l’entreprise des Deux Sèvres. Une chose semble toutefois acquise, seules quelques dizaines de salariés seront réintégrés si la société est reprise par un des trois candidats.

MàJ du 24/04/2014 :

Il y a un 4eme candidat à la reprise de Mia Electric. Il s’agit de la société NSD2 ( plusieurs activités dont lobbying et conseil aux collectivités locales sur la mobilité électrique).
Sachez enfin que Ségolène Royal a par ailleurs indiqué que Mia pourrait nouer des accords de partenariat avec Bolloré, pour installer sur ses modèles ses batteries électriques et avec le producteur de camions Libner.
Selon la très médiatique ministre de l’écologie et présidente de la région Poitou-Charentes (le région détient 12% du capital de Mia), le carrossier Libner pour son projet « BIL » qui prévoit embarquer dans des semi-remorques des voiturettes électriques pouvant emporter jusqu’à 800 kg de marchandises pour les livrer sur le fameux dernier kilomètre dans les petites rues de centre villes, des zones commerciales ou piétonnes.

Selon les projets, entre 0 et 70 salariés maximum seront repris si Mia Electric est sauvé ce qui fait que 134 à 204 salariés resteront sur le bord de la route…

Via LeCourrierDeL’Ouest, Reuters, LeNouvelObs.