IMG_1816

Le 29 septembre dernier, un religieux conservateur a affirmé que les femmes qui conduisent « risquaient d’avoir des enfants anormaux, en raison de la pression sur leurs ovaires ».
Absurde pensez-vous ? Totalement, et nous ne sommes pas les seuls. En Arabie Saoudite, le comédien saoudien Hisham Fageeh, militant pour les droits sociaux, dénonce cette absurdité dans un clip caricatural en reprenant le célèbre titre de Bob Marley « No Woman, No Cry » parodié et adapté en « No Woman-No Drive ».

Ce n’est pas un secret, ou plus, l’Arabie Saoudite exclut totalement les femmes de la conduite automobile. C’est le seul pays au monde où les femmes ne sont pas autorisées à le faire. Aucune loi saoudienne n’interdit explicitement la conduite aux femmes, c’est la tradition et la famille qui s’en chargent depuis plus de vingt ans.
En Arabie saoudite, une femme doit demander l’autorisation de son tuteur (père, mari ou frère) pour pouvoir travailler, voyager, se marier ou ouvrir un compte bancaire. Pourtant, sans même que cette loi soit inscrite dans les codes, elles ont strictement l’interdiction de conduire sous peine de représailles diverses et variées. Allant de la « simple » amende aux coups de fouets ! Seul moyen de déplacement pour les femmes saoudiennes, la marche à pied et… accompagnée. Dernièrement, l’intimidation du Ministère de l’Intérieur saoudien a eu raison de l’action sociale. Les militantes contre l’interdiction de conduire devaient manifester en se livrant à un jeu dangereux. Celui de prendre le volant ouvertement et de se filmer. La répression fût encore la plus forte.  Afin  d’éviter « l’affrontement avec le ministère de l’Intérieur », la militante Nassim Al Sada, une des chefs de file du mouvement, avait appelé les femmes à ne pas conduire samedi, tout en confirmant que le mouvement continue « jusqu’à ce que les femmes obtiennent le droit de conduire ».

saouditefemme

Il se lève et dénonce cet affront contre l’égalité des hommes et de la femme en l’occurrence,  Hisham Fageeh en publiant sur Youtube cette parodie qui trouve tout son sens en Arabie Saoudite. « Pendant mes études aux Etats-Unis, j’ai découvert une chanson d’un jamaïcain qui m’a vraiment marquée. J’ai décidé de l’interpréter à ma façon, avec des paroles qui ont un sens dans ma culture » explique-t-il.

Extrait de paroles :« Je me souviens quand tu t’asseyais dans la voiture familiale, mais à l’arrière. Les ovaires en bonne santé et en sécurité. Comme ça, tu as pu faire plein d’enfants. Beaucoup d’amis, nous avons eu, et beaucoup d’amis, nous avons perdu sur l’autoroute (…) donc jette tes clés de voiture ! Sœur, ne touche pas à ce volant. »

Via AP, Youtube.