Le démonstrateur technologique conçu par le Lion et Total dépasse les espérances placées en lui.

Depuis mai, Peugeot et Total ont un cap : la « Mission 49-8 « . Mission impossible ? Tom Cruise n’a pas été recruté par les équipes de Vélizy, mais ce défi est à la hauteur de la longue collaboration entre ces deux partenaires de sport automobile, dont la fin du programme 908 en Endurance a obligé à se recycler vers le domaine du « concept car » et de la démonstration de technologie. Sous la férule de Christophe Mary, en un peu plus d’un an, un projet réaliste a été bâti sur les décombres des avancées réalisées pour la compétition, notamment dans la batterie, les composites, les lubrifiants et la mécanique de ces fluides moteurs. Le résultat est une citadine sur base de 208 légèrement recarrossée de 3/4 arrière (pour bénéficier à l’aérodynamisme) et surtout dotée d’une technologie hybride essence-électricité dont l’objectif est de n’avoir surtout aucune incidence néfaste sur les performances dynamiques. D’où les chiffres 49 et 8 : 49 grammes de CO2/km, 8 secondes pour le 0 à 100 km/h, pour une consommation moyenne de 2,1 l/100 km.

Après présentation à quelques journalistes du projet, puis révélation définitive du concept-car au salon de Francfort, Peugeot s’apprête dans les toutes prochaines semaines à faire essayer par la presse la 208 HYbrid FE : BlogAutomobile y sera avec votre serviteur le 28 octobre prochain. Mais avant cela, il s’agit de s’interroger sur les performances promises : en effet, sur les deux concepts 208 HYbrid FE (l’un « public », l’autre « interne » et dont seul Peugeot se servira pour fiabiliser ses technologies en vue, peut-être, d’une utilisation en série), les mesures auraient été améliorées, ainsi que l’a annoncé Maxime Picat lors de sa conférence de presse au Salon de Francfort. Comptez désormais sur des rejets de 46 grammes de CO2/km et une consommation de seulement 1,9 l/100 km ; le 0 à 100 km/h reste effectué en 8 secondes. Mieux, c’est un record pour un hybride non-rechargeable essence, et des performances divisées par deux par rapport à la 208 1,2 VTi qui vient justement de se doter de la boîte ETG5 pour descendre à 95 g de CO2/km. Ce sont aussi des résultats proches du suppositoire XL1 de Volkswagen (voire inférieurs une fois la batterie de cette dernière déchargée) mais avec un volume intérieur supérieur et 5 places à bord.

En outre, Mission 49-8 a été le nom du site internet dédié à la 208 HYbrid FE. Ouvert en mars avec la présentation de la maquette au salon de Genève, il y fut proposé chaque mois des « missions » sous forme de jeux, dont le vainqueur remporta une place pour le Salon de Francfort. Le site est aujourd’hui totalement ouvert dans ses 5 épreuves, proposées de mars à août, et reste un moyen original de découvrir la voiture et surtout les tenants et aboutissants du projet « FE ».

Ne reste plus à Total et Peugeot qu’à envisager un débouché en grande série : pour le premier via des lubrifiants hautes-performances (telle l’huile OW12 exclusive à cette 208, ne serait-ce que pour compenser les moindres pleins d’essence !) ; pour le second via une petite série de l’HYbrid FE, qui, à l’instar des confidentiels Kangoo Elect’Road ou Electri’Cité, permettrait au Lion de fiabiliser sa technologie avant de la lancer sur le marché… Rêvons un peu !

Via Peugeot, Le Point-Auto Addict
Source photos: Turbo.fr, L’Argus.fr, AutoEvolution

Vous pouvez retrouver l’essai exclusif de la 208 HYbrid FE à ce lien