La remplaçante de la version tricorps de la compacte 308 arrive bientôt pour Peugeot en Chine, toujours sous le patronyme 408.

L’actualité du groupe PSA est plus que jamais tournée vers la Chine, à un peu plus d’une semaine de l’ouverture des portes du Salon de Pékin 2014. Chez DS, le concept 5LS Racing est prévu, tandis qu’une apparition de la 5WR (le crossover DS X) est probable ; et chez Peugeot, on a déjà annoncé que le concept-car Exalt tiendrait le haut du pavé, aux côtés du crossover 2008 qui sera officiellement lancé sur le marché chinois. En revanche, nul mot à propos de la Peugeot 408… Or celle-ci est en instance de renouvellement, imminent même puisque le camouflage des pré-séries tend à disparaître complètement.

Peugeot 408 ? Ce nom ne vous dit rien et pourtant c’est celui d’un des fers de lance de Peugeot dans sa conquête des marchés asiatiques, entendez Chine et Vietnam. Il s’agit du dérivé à coffre de la Peugeot 308, héritier des 307 et 306 tricorps. Mais plus le temps passe et plus les stylistes Peugeot ont pris conscience de l’importance d’améliorer visuellement la greffe de la malle à un profil de berline bi-corps pas forcément pré-disposé à cet usage: ainsi, la silhouette basse et râblée de la nouvelle 308 convient a priori plus favorablement à l’adjonction d’un volume sur le train arrière. L’enjeu commercial afférant est de taille, puisque la clientèle asiatique aime toujours ces silhouettes tricorps (bien que séduite de plus en plus par les crossover), et que la concurrence locale y fait de gros volumes (VW Jetta, Buick Verano…).

Esthétiquement, on retrouve donc toute la face avant de la dernière 308, avec optiques 100 % DELs et petite calandre flottante, tandis qu’à l’arrière les portières offrent un profil à « pli Hofmeister » qui rappelle lointainement celui de l’actuelle VW Passat B7. Étonnamment, les feux ne proposent pas de griffe dans leur graphisme, leur préférant un biton rouge/cristal proche de ceux de la Ford Focus tricorps. A l’intérieur, l’i-Cockpit n’est pas reconduit, la planche de bord est donc différente avec un volant de plus large diamètre et des compteurs à l’emplacement conventionnel. Enfin, le « Lion » Peugeot fera son retour au milieu de la calandre chromée.

C’est la co-entreprise DPCA (DongFeng-PSA) qui va produire cette 408, dans son usine de Wuhan, sur la plate-forme modulaire EMP2. Comme sur la précédente génération, les motorisations ne seront qu’à essence, avec les vieux 1,6 et 1,8 atmosphériques mais aussi le THP « Prince » 1,6 l en version 156 chevaux. Bien que similaire en volume à la DS 5LS, cette 408 ne devrait pas avoir la primeur des 200 chevaux du THP, positionnements différentiels des marques DS/Peugeot et co-entreprises CaPsa/DPCA obligent.

Reste une interrogation que pose très justement le site Auto-Evolution : quid d’une arrivée en Europe ? La voiture y a été développée, sa silhouette est moins disgracieuse que précédemment, et le « trou » dans la gamme au Lion entre 308 et 508 laisse la place pour une berline de 4,50 m environ. Aucun lancement n’a été cependant annoncé par Peugeot, qui juge probablement les volumes de Renault Fluence ou VW Jetta trop infinitésimaux pour justifier une production européenne du véhicule. Cela dit, Opel a lancé en France en 2013 son Astra tricorps… Autres marchés (plus certains cette fois) de la 408 II : la Russie (production à Kalouga) et le Mercosur.

Source : Auto-Sohu via Auto Evolution
Photos : WorldCarFans, Auto-time via WorldScoop, op. cit.