Peugeot présente sa 308 SW

Comme toutes ses concurrentes du segment C, la Peugeot 308 se devait de proposer une carrosserie break. C’est désormais le cas : faisons donc connaissance avec la nouvelle 308 SW.

Rappelez-vous, nous vous avions déjà proposé une rencontre avec la 308 “normale” en mars dernier. Une voiture plus qu’importante pour Peugeot, aussi bien pour les chiffres de vente qu’en termes de perception des modèles de la marque : la 308 inaugurait le nouveau logo de la marque, un style pour le moins affirmé, un certain nombre de nouvelles technologies, de nouvelles motorisations et tant d’autres choses. Sans grande surprise, la version SW reprend l’énorme majorité des caractéristiques de la compacte, avec -il fallait s’en douter- un effort sur la praticité et la modularité de l’auto.

Les chiens ne font pas des chats : la 308 SW ressemble…à une 308. L’esprit de famille crève certes les yeux, mais il est notable que le dynamisme de la compacte soit (sur les photos du moins) tout à fait conservé. L’arrière m’évoque quelque peu le dessin de l’Arteon Sportback, ce qui est très loin de me déplaire. Volonté du style : optimiser au maximum l’alliance entre de design et la praticité de la 308 SW, tout en n’oubliant pas les contraintes aérodynamiques imposées par cette quête du moindre gramme de CO2. Et quand bien même l’avant ne bouge pas d’un iota par rapport à la compacte, avec cette gigantesque calandre et ces optiques LED (ou Matrix LED si vous êtes riches), le profil a le bon goût d’être au moins aussi expressif que cette dernière, avec au final globalement peu d’effets de style. Il va simplement devoir faire le deuil du Vert Olivine de la berline, non retenue sur cette version break, remplacée par le Bleu Avatar des photos.

Mais qui dit break dit chiffres d’habitabilité cruciaux. Allons-y : avec 4.64 mètres de long, la 308 SW grandit de 28 cm par rapport à la compacte, dont 21 partent directement dans le porte-à-faux arrière. Par rapport à l’ancienne génération, comptez 6 cm de plus en longueur et 2 cm de moins en hauteur, la largeur restant identique. Tout cela fait du bien au coffre, puisqu’il peut afficher jusqu’à 608 litres…sur les versions thermiques, Peugeot restant muet quant à l’habitabilité des versions hybrides. Pour aller plus loin, on pourra compter sur la banquette arrière 40/20/40 portant le volume de coffre maximal à 1634 litres (toujours en version thermique, vous l’aurez compris). Une petite comparaison ? Une Golf SW propose 611 litres, une Mégane SW 521 litres, tandis que l’inattaquable Octavia Combi culmine à 640 litres.

Pour le reste, la 308 SW reprend l’intégralité des équipements de la berline, avec le i-Cockpit cher à la marque comptant désormais trois écrans : celui des compteurs qui, comme l’avait déjà proposé la 208, passe à une instrumentalisation 3D ; un deuxième de 10 pouces regroupant toutes les infos nécessaires dans une interface à l’ergonomie complètement retravaillée ; le troisième, lui, prend place sous ce dernier et se compose de six touches de raccourcis paramétrables selon votre bon vouloir (température précise, adresse d’un contact, radio préférée etc etc).

Les équipements sont eux hyperprésents, la 308 SW reprenant ici aussi les trouvailles de la berline : tout plein d’aides à la conduite (régulateur adaptatif, maintien en voie, changement de voie semi-automatique, adaptation de la vitesse en courbe, préconisation de la vitesse) et d’équipements de confort (sièges avant AGR électriques, chauffants et massants, vitres feuilletées, hayon motorisé, sono Focal de 690 W) vous aideront à passer un bon moment au volant (chauffant !) de votre belle Peugeot.

Les breaks de segment C étant particulièrement attractifs aux yeux des gestionnaires de flottes d’entreprises (Peugeot estime que 70 % des ventes se feront à des pro), la 308 SW se devait d’être hypercompétitive au niveau du fameux TCO et dégaine donc des motorisations pour le moins calibrées : outre deux PureTech de 110 et 130 ch, on trouvera un diesel de 130 ch ainsi que deux motorisations hybrides de 180 et 225 ch. Pour ces dernières, la marque annonce des autonomies de 60 km en électrique et des émissions de CO2 abaissées à 25 g par kilomètre. Reste à savoir le prix total, la compacte débutant à 24 800 € en essence ou 36 800 € en hybride. La 308 SW arrivera dans votre garage en début d’année prochaine, on vous en reparlera probablement d’ici-là !

Via Peugeot.