C’est donc avec deux ans d’avance sur le planning prévu et annoncé que Porsche entre dans le giron de Volkswagen Group… à moins que ça ne soit VW qui se paye Porsche pour 4,46 milliards d’euros plus une action ordinaire de VW.

Je ne reviendrais pas sur les nombreuses péripéties qui ont émaillé ce rapprochement mais on gardera en mémoire le presque rachat de VW par Porsche, les déboires judicaires aux USA et en Allemagne suite aux plaintes déposées pour manipulations supposées des cours boursiers. Initialement prévue pour l’été 2011, la fusion des deux entreprises était prévue pour l’été août 2014 mais une évolution de la loi allemande sur les restructuration des entreprises en fin d’année dernière et des décisions anticipées des services fiscaux allemands ont permis d’avancer cette fusion de 2 années.

La fusion entre VW et Porsche ne se fait cependant pas directement mais via une holding intermédiaire, Porsche Zwischenholding GmbH, qui est actionnaire à 100% de Porsche AG et qui sera détenue à 100% par Volkswagen AG. Cette holding est déjà en place. Elle est actuellement détenue à 49,9% par VW et 50,1% par Porsche SE. Au terme du nouvel accord et en échange de ses actions, Porsche SE recevra 4,46 milliards d’euros plus une action ordinaire de VW. La valorisation financière prend en  compte celle qui avait déjà été faite dans l’accord initial établi courant de 2009 (près de 3.9 milliards d’euros), cette valorisation prend en compte un certains nombres d’ajustements et de régularisations qui ont permis l’intégration et la compensation pour les dividendes que VW via sa filiale a déjà touché en raison de sa participation indirecte dans Porsche AG. Sommes auxquelles on ajoutera la moitié du montant estimé des synergies industrielles liées à la mise en place de cette fusion qui est estimé à environ 160 millions d’euros pour Porsche SE.

Du coté de la direction de VW on se félicite de l’intégration totale de Porsche dans le groupe et on estime que les différentes synergies que l’arrivée de Porsche dans le groupe va permettre une synergie de l’ordre de 700 millions d’euros/an ce qui n’est pas rien notamment pour le constructeur de Zuffenhausen puisque les gains liés à l’accélération de cette fusion sont estimés à au moins  320 millions sur deux ans, dont la moitié est déjà prise en compte  dans la nouvelle valorisation des actions de Porsche SE. Martin Winterkorn, le grand patron de VW d’expliquer : « En regroupant leurs activités, Volkswagen et Porsche deviendront plus forts, tant au niveau financier que stratégique, pour affronter l’avenir. Nous allons maintenant pouvoir coopérer encore plus étroitement et tirer conjointement parti de nouvelles opportunités de croissance dans le segment haut de gamme, grâce à des investissements ciblés dans des produits et des technologies de pointe. Ce rapprochement permettra de réaliser plus rapidement des projets conjoints mais aussi de se consacrer entièrement à leurs activités en simplifiant leur coopération au quotidien notamment l’accès à la R&D et à la banque d’organes du groupe. »

L’opération sera effective le 1er août prochain et elle ne sera toutefois pas sans effet sur la trésorerie et les liquidités du groupe VW qui se montaient à plus de 17 milliards en début d’année. Elles ne devraient être plus que de 10-10.5 milliards d’euros en fin d’exercice 2012 car au delà des 4.46 milliards payés pour la prise de contrôle de Porsche AG (jusque maintenant la holding était détenue à 49,9% par VW et 50,1% par Porsche SE), VW va devoir mettre la main au porte monnaie pour 2.5 milliards d’euros destinés à la consolidation initiale des liquidités nettes négatives de Porsche. Néanmoins chez VW Group, on assure que l’intégration de Porsche dans l’entreprise aura un impact positif sur son bénéfice consolidé dès la fin de cet exercice comptable. Pour rappel, l’an passé Porsche avait  réalisé une marge opérationnelle de 2 milliards d’euros ce qui correspond à 18,7% de son CA soit un taux qui en fait le constructeur le plus rentable de la planète automobile. D’ailleurs les choses ne devraient pas changer cette année puisque pour l’instant les chiffres de vente de Porsche dans le monde sont meilleurs que ceux de l’an passé.

Chez Porsche, qui reste le premier actionnaire de VW avec 50.7% du capital (qui appartiendront de fait à VW Group dès le 1er août prochain via la holding Porsche Zwischenholding GmbH), on se dit heureux de cette nouvelle situation, d’ailleurs avait-on le choix et on explique que les fonds reçus dans cette cession vont permettre de rembourser entièrement les 2 milliards d’euros de passif puis de réaliser des investissements dans l’entreprise ou chez des partenaires tournés vers l’automobile et la technologie. Reste maintenant à voir ce qu’il va advenir de Porsche notamment en terme d’image et de production. Il faut espérer que la prolifération de berlines, de SUV et de…TDI ne va pas prendre encore plus d’ampleur !

Via Porsche, VW, AP.