gm psa  du rififi autour de l'EMP1

… et PSA se met une nouvelle fois en danger !

PSA vient d’indiquer officiellement qu’il revoyait en ce moment un des volets de l’accord mis en place en février 2012. 

Après la publication de résultats en berne, après avoir envisagé une belle et forte collaboration avec GM, après être parti à la recherche d’un nouveau partenaire et de nouveaux capitaux, l’accord initié il y a 20 mois semble avoir fait long feu. Bien sur il y aura la mise en commun des prochaines générations de C3 Picasso et Meriva mais le projet autour de la plateforme EMP1 qui doit être utilisée pour les prochaine C3, DS3, 208 et Corsa est en cour s de ré-examen du coté du groupe automobile français.
Selon un porte parole de PSA : « Le projet de développement d’une plateforme du segment B commune avec GM fait actuellement l’objet d’un réexamen, de même que les dispositions correspondantes de l’accord de développement, ce qui pourrait conduire à une révision à la baisse du montant annoncé des synergies annuelles à moyen terme (~1 milliard d’euros pour PSA). » PSA précise que le modèle économique initialement prévu parait difficile à atteindre sur les bases actuelles. Le groupe industriel français précise aussi que ce ré-examen du projet ne remet aucunement en cause les autres projets avec GM, ni les discussions avec les chinois de Dongfeng.

Si PSA ne donne pas suite à ce volet de l’accord, c’est tout le fond du partenariat avec GM qui se trouvera remis en cause. De son coté GM ne dit mot et semble observer le groupe automobile français. Le groupe américain ne parait plus vraiment à la recherche de la collaboration de PSA pour parvenir à la relance de ses activités en Europe et donc d’Opel. GM sur la « défensive », chez PSA, certaines sources proches du dossier n’hésitent pas à dire que si cette partie de l’accord capote, ce serait l’affaire et surtout la faute du géant américain. Oui ? Non ? Pas évident.

Attendons encore un peu avant d’en savoir un peu plus et attendons surtout que le ré-examen de cette partie de l’accord soit terminé chez PSA.

Via PSA, LesEchos.