Smart présente au Salon de Francfort un nouveau concept-car baptisé Fourjoy.

Quatre places

C’est une configuration que l’on n’avait plus vue chez Smart depuis l’éphémère ForFour (2004-2006). Pourtant la marque du groupe Daimler spécialisée dans les micro-citadines va y revenir, et pas toute seule, puisque le développement du projet « ForFour II » a été confié à Renault, dont le losange tirera de son côté la Twingo III. Afin d’annoncer ce projet, alors que Renault a déjà dégainé deux concept-cars (Twin’Z et TwinRun), Smart présente la FourJoy avec une évidente paronomase entre « Four » et « For » : les appellations Smart débutent d’ordinaire par « For », et la référence ici à « Four » est tout sauf innocente.

FourJoy s’inscrit dans une longue lignée de concept-cars… pour l’heure sans réel aboutissement en série: ForSpeED à Genève en 2011, ForVision à Francfort 2011, ForUs à Détroit en 2012, ForStars au Mondial de Paris… Pour autant des traits communs résident dans ces études de style : une calandre figurée par un criblage de petits points dans le pare-choc, des optiques de plus en plus anguleuses… et une tendance à toujours vouloir imaginer plus qu’une citadine deux places (un pick-up, un petit break). La finalité était de préparer le public à une « mue » du concept même de Smart, à l’origine voulue comme collaboration entre Swatch et Mercedes autour de l’ART de vivre l’automobile en ville à travers une micro-citadine biplace.

Ultra citadine

L’intérêt de ce concept est donc de découvrir l’allure générale qu’arborera la future Smart à 4 places : les porte-à-faux sont minimes, les roues sont repoussées aux quatre coins, et l’empattement est par conséquent le plus long possible. Les dimensions de la FourJoy sont les suivantes (L/l/h en mm) : 3,494/1978/1494. La largeur (près de 2 m!) comprend les rétroviseurs. Le rayon de braquage profite de la petitesse du véhicule : 9,1 m est le diamètre nécessaire pour faire un tour complet. Ces dimensions se retrouveront sur la Twingo III, dont les premiers prototypes sont apparus ces derniers jours.

Esthétiquement, la FourJoy se remarque à l’absence de portières, qui laisse l’intérieur béamment ouvert sur l’extérieur. Le biton traditionnel de la carrosserie est ici un mix de blanc/aluminium poli, ce dernier matériau mettant en avant la cellule de sécurité baptisée Tridion. Les optiques ont un design plus précis que sur les précédents concepts, avec une lame de diodes dans la partie inférieure pour souligner le regard, tandis que la partie haute est figurée par une paupière. A l’arrière, les feux hésitent là encore entre rondeur et angles, avec une alliance de rouge et d’argent pour les couleurs… avec une forme et un positionnement similaires à celles de la Twingo III. L’intérieur est constitué de deux sièges à l’avant et d’une banquette aux dossiers séparés à l’arrière ; le mobilier est fixé à la structure Tridion avant d’être attaché au châssis. Très organique, le tableau de bord est tout en rondeurs ; c’est grâce à un smartphone que sont affichées les informations principales.

La propulsion de la FourJoy est assurée par un moteur électrique de 55 kW, soit à peu près 75 chevaux. La recharge des batteries Lithium-Ion, d’une capacité de 17.6 kW/h, nécessite 7 heures de patience sur secteur ou moins d’une heure si vous la branchez sur une Wallbox. La prise est située sur le côté gauche de la FourJoy. Et si les batteries tombent à plat plus vite que prévu, Smart a prévu des planches de skate installées sur le toit, et pour lesquelles deux casques équipés de caméras sont embarqués dans le coffre à l’arrière ! Ces skateboard sont électriques eux-aussi.

Pour Gordon Wagener, chef du design de l’ensemble du groupe Daimler, « la Smart FourJoy est la parfaite icône de la philosophie du design Smart qui entre dans une nouvelle ère. Pour la première fois, nous montrons le caractère sportif de la quatre places de la nouvelle famille Smart ».

Vers la ForFour II

La future ForFour, dont nous aurons le loisir de reparler d’ici son lancement en 2014, ne sera plus à proprement parler une citadine « chic » telle que l’était la première génération. En effet, les récents clichés volés de la Twingo III font apparaît une silhouette et des choix techniques proches des citadines les moins chères du marchés, à savoir les triplettes Toyota/PSA et celles du Groupe VW. Fenêtres arrière à ouverture par compas, charnières de hayon visibles, il s’agit pour Renault et Daimler de proposer à un coût de développement aussi bas que celui de ses concurrents un produit rentable mais aussi légèrement plus qualitatif que ceux des marques précédemment citées.

La véritable innovation du duo sera sa propulsion à moteur arrière, le positionnement moteur historique de Smart, qui est aussi une architecture qu’avait envisagé VW pour sa Up! avant d’en juger l’investissement trop onéreux. L’offre moteur sera restreinte au 3 cylindres turbo-essence TCe 0.9 l de 90 chevaux, tandis que l’alternative diesel sera inexistante à cause des contraintes dues aux normes Euro 6. Une déclinaison électrique d’environ 75 chevaux, à l’image de ce concept, est envisageable. Les ForFour II et Twingo III seront produites côte à côte à Novomesto en Slovénie.

Via Smart, YouTube & WorldScoop

Bonus

Le teaser avait été amené par un sketch de la FourJoy : espérons que d’autres illustrations préparatoires seront divulguées par le constructeur.

Smart FourJoy Concept Francfort 2013 (2)