Eric Besson, ministre de l’industrie et du commerce inaugurait ce matin le salon Equip’Auto et alors que personne ne s’y attendait, l’heureux ministre a profité de son discours officiel pour dévoiler la nouvelle grille du Bonus/Malus 2012. Et ça va faire mal… au marché et aux portefeuilles des acheteurs de voitures neuves !

Bien évidemment et comme attendu (cf https://blogautomobile.fr/bonusmalus-acologique-nouveau-tour-de-vis-annonca-barame-125730#axzz1aTcENgWp ), l’état a bien sur mis un premier tour de vis en diminuant les seuils qui peuvent profiter du bonus mais ce n’est pas tout puisque le second effet Bonus/Malus vient de la nouvelle échelle de tarification qui risque bien de mettre un gros coup de bambou (vert) sur la tête des automobilistes mais aussi des constructeurs.

 

Du coté des Bonus, ceux qui incitent à acheter des petites autos… diesel, on constate qu’ils perdent tous 100 ou 200€, par contre on note l’arrivée d’un Super Malus qui touchera dès le 1er janvier toutes les autos qui émettent plus de 230 g de CO2/km. Ce dernier sera facturé 3600€… oui  vous avez bien lu, ce sera 3600€ si, par exemple, vous achetez la plus puissante des voitures françaises produites c’est à dire le coupé Renault Laguna V6 3.5 L .

Le Malus annuel qui touchait jusqu’alors les autos émettant plus de 245 g de CO2/km voit son seuil perdre d’un coup 55 g pour passer à 190 g de CO2/an… Gasp !

Mais finalement ne soyons pas étonnés de ces derniers changements par rapport à ce qui avait été annoncé cet été car ce système Bonus/malus mis en place à la va-vite ( une fois de plus) dans la foulée du Grenelle de l’environnement est encore déficitaire de 100 millions en 2011. C’est certes bien moins qu’en 2010 et 2009 où le système perdait 250 millions d’euros/an mais dans le cadre de la politique d’austérité mise en place pour garder la notation AAA et préserver notre IRPP, le ministre dit qu’il fallait bien trouver une solution pour réduire le déficit et assurer l’équilibre budgétaire du dispositif. Eric Besson de poursuivre ( avec malice ou ignorance ? ) : ” Cette nouvelle grille vise aussi à accompagner la large diffusion des véhicules électriques et hybrides !”. La bonus de 5000€ pour les voitures non émettrices de CO2 perdure jusqu’au 31 décembre 2012. La prime à la casse est reconduite mais elle passe de 300€ à 200€ et concerne les autos de plus de 15 ans.

Voilà des éléments qui ne vont pas rassurer le marché ni encourager les acheteurs qui doivent déjà faire avec des banquiers qui ne veulent quasiment plus prêter. On pensait que 2011 serait une année difficile pour l’automobile, ce fut correct, par contre 2012 risque bien d’apporter son lot de surprises désagréables aussi bien pour les clients que pour les vendeurs mais indirectement pour l’état qui risque de percevoir bien moins de TVA du fait d’une réelle baisse du marché. On ne perdra pas de vue que cette évolution du Bonus/Malus nous prépare psychologiquement à l’arrivée soit d’une nouvelle taxe carbone, soit d’une taxe sur le gazole. On n’oubliera pas la nouvelle TVS (dévoilée ce début de semaine) qui devrait impacter le marché des parcs automobiles d’entreprise dès l’an prochain, une année d’élection donc une habituelle baisse ou stagnation de la consommation, une hausse générale des prix, une baisse des budgets et nous avons presque tous les éléments pour replonger dans une vraie crise qui touchera jusqu’à l’état !

Reste que le système du Bonus/malus instauré au nom du Grenelle de l’Environnement et sur le dos de l’écologie n’est en fait rien d’autre qu’une taxe de plus qui augmente avec une belle constance et grève le budget des automobilistes avec tous les effets pervers que cela comporte, à savoir : abandon des projets d’achat de voitures neuves moins polluantes ou énergivores, maintien sur la route des voitures polluantes, développement du marché VO notamment entre particuliers (donc sans TVA pour les caisses de l’état). Pas sur que ce système soit un dispositif à maintenir dans le futur aussi bien pour l’état que pour les citoyens.

Via Reuters, L’Express.