Si on pensait le préparateur maison « Polestar » disparu des modèles classiques de Volvo, pour devenir un constructeur à part entière, la bonne surprise est arrivée de Göteborg il y a quelques mois en dévoilant une version musclée de sa petite berline. Essai dès maintenant de la Volvo S60 Polestar Engineered et ses nombreux canassons !

Je ne vais pas passer des heures à vous (re)faire les présentations. La gamme Volvo, bien que réussie, est très homogène depuis le renouvellement du XC90 en 2015. Attention pour ma part, ce n’est pas une critique, chaque modèle arrive toujours à me faire de l’effet avec des lignes très réussies. A la fois bien finie, élégante, légèrement sportive, le constructeur a su révéler une personnalité propre. La S60 ici présente est donc la version berline de la V60 (oui ce n’est pas commun dans ce sens-là) que je vous ai détaillé en début d’année 2019 dans le Cotentin. Bien que très similaire à cette dernière, vous aurez probablement remarqué que le dessin arrière rappelle la grande S90, avec ses feux typiques en boomerang, et perd ici 20 cm pour s’établir à 4m76 de long. Grâce à notre ami Régis, vous pouvez en savoir un peu plus en cliquant juste ici.

Les similitudes entres les modèles sont encore plus flagrantes à l’intérieur. Même topo, je suis toujours aussi séduit en montant à bord ; les habitacles Volvo sont vraiment dans mon top 3 depuis quelques années. Côté matériaux on a ici un juste milieu entre cuir, plastique moussé, plastique laqué, plastique dur et joli tissu qui donnent à l’ensemble un aspect très qualitatif. Si pour mon exemplaire je suis plutôt déçu par cet aspect très sombre, hormis la sympathique ceinture jaune typique de cette version, on peut habituellement faire appel à de jolies garnitures beiges dont je suis extrêmement fan. La S60 Polestar Engineered a choisi la sobriété en étant disponible qu’en noir avec les sièges sport en cuir nappa. Question habitabilité, on est agréablement surpris par les places (seulement 2 hein, allé 2,5 places) arrière, que ce soit pour les jambes ou la tête on est y bien. Très accueillante pour les passagers, elle ne proposera à l’inverse que 390 litres de chargement.

Bref, je voulais surtout en venir aux sensations de conduites. Car avec le sigle Polestar Engineered et quelques 405 chevaux sous le capot on ne peut être qu’impatient de voir ce qu’elle a dans le ventre. Sera-t-elle à la hauteur de la précédente S60 Polestar essayée il y a bientôt deux ans et qui m’avait tant conquis ?

Autant vous le dire tout de suite, ce n’est pas une voiture de sport comme pouvait l’être sa devancière. Elle n’est pas aussi efficace et ne propose pas de sensations de conduite purement sportives. Pourtant il y en a sous le capot ! Le pari de miser sur l’électrification de l’ensemble des modèles est ici parfaitement illustré par la S60 disponible en France uniquement avec le moteur hybride T8. Deux configurations sont alors proposées, plutôt typées haut de gamme, avec le T8 de 390 ch et le T8 revu par Polestar de 405 ch. Pour entrer dans le détail, ce dernier englobe un bloc thermique 4 cylindres de 318 ch aux roues avant et un moteur électrique de 87 chevaux aux roues arrière. Cette transmission intégrale lui permet d’arracher le bitume avec aisance, et vous serez bluffés par ses accélérations et relances.  Ainsi, les 100 km/h sont abattus en 4,4 secondes et les dépassements sont vite transformés.

Si on ne se sent pas autant plaqué au sol qu’avec la grande sœur, sa direction toujours aussi chirurgicale et son excellente tenue de route permettent quand même d’envoyer bien comme il faut dans le sinueux. Attention tout de même à bien doser l’accélérateur sur de l’asphalte détrempé car on aura tendance à rapidement perdre le train arrière (les joies du couple électrique !). L’excellente boite Geartronic 8 gère toutes les situations et permet de se concentrer pleinement sur la route. Puis, même si la pédale de frein demande un peu d’effort – comme tout véhicule de ce type – pour commencer à vraiment débuter le freinage, les gros disques ventilés Brembo vous arrêteront sans mal en conduite musclée tout en vous redonnant un peu d’énergie pour alimenter le moteur électrique. On se fait alors ensuite une joie de bondir en direction du prochain virage, elle ne demande que ça !

Les suspensions Öhlins, réglables mais plutôt dures, permettent de bien juguler le roulis mais ne font pas de cette S60 Polestar Engineered la meilleure des berlines. Ça c’est pour chipoter, car, bien assis dans vos sièges enveloppants, vous ne sentirez pas vraiment les kilomètres défiler. Plutôt confortable, notamment sur autoroute, elle est surtout très agréable à manœuvrer et très silencieuse. En ville ou en extra-urbain, on prend plaisir à aligner les kilomètres par centaine grâce à une prise en main très facile et un mode B(rake) qui fluidifie la conduite. C’est le point fort de cette nouvelle Volvo, son tempérament peut facilement switcher entre sage ou sauvage.

Alors qu’on peut habituellement vanter les mérites des hybrides rechargeables, notre S60 ne sera pourtant pas la reine de l’écologie. Alors certes, au quotidien avec moins de 40 km par jour, vous pourrez rouler en tout électrique. Voire même peut-être encore un peu plus, car sa batterie de 11,6 kWh se recharge en trois heures seulement, sur prise domestique. Mais une fois à vide ou en se faisant un peu plus plaisir, la consommation d’essence tournera facilement aux alentours des 9 l/100 km, voire beaucoup plus.

Avec cette nouvelle Volvo S60 Polestar Engineered les tarifs ne se sont pas trop envolés depuis la précédente génération. Le tarif débute à 59 750 € en T8 390 Inscription et grimpe à 67 600 € avec notre version bodybuildée. C’est en passant par la case option que le prix commencera à bien grimper. En optant pour une peinture métallisée (1000 €), les belles jantes 20’’ (720€), un Pack Prestige avec toit ouvrant (1900 €) ou encore l’impressionnante sono Bowers & Wilkins (2460 €) on atteint facilement les 80 000 €. Homologuée à un taux d’émission de CO2 (NEDC Corrélée) de 48 g/km, notre S60 est exemptée de malus. Seule sur créneau des berlines hybrides à vocation sportives, elle pourra être opposée aux BMW M340i ou Audi S4, respectivement dès 66 850 € et 75 000 €, hors malus de plus de 10 000 € en 2020.

Avec des voitures toujours aussi soignées et agréables à vivre, Volvo fait son nid petit à petit en France. Puissante et confortable, notre jouet du jour aura su me séduire après plus de 1500 km à son volant. Indéniablement, cette S60 Polestar Engineered est née pour ceux qui veulent, en toute discrétion, être aux commandes d’une très bonne berline familiale de tous les jours tout en pouvant se faire plaisir dès que possible.

Crédit photos : Thomas D. (Fast Auto)