Mercedes tentera en 2018 de remporter un 5e titre consécutif

Le monde de la Formule 1 est en pause depuis la fin du mois de novembre et le Grand Prix d’Abou Dabi. Pourtant aujourd’hui, jamais nous n’aurons été si près du début officiel de la saison 2018. Les essais hivernaux de Barcelone sont pour demain. En attendant que le grand cirque de la Formule 1 fasse son grand retour pour la première manche du championnat 2018 en mars, nous avons préparé un Guide F1 saison 2018 en 3 volets. Nous avons ainsi consacré la première partie sur les circuits du calendrier, avec le retour notable du Grand Prix de France. La deuxième partie quant à elle, nous a permis de faire le point sur les pilotes du championnat 2018. Suite et fin de notre Guide F1 2018 : les écuries du championnat 2018.

Comme l’année dernière, il y aura 10 écuries sur la grille, avec quelques changements de nom.

Si les écuries ne se limitent qu’à 10 pour la saison 2018, de nombreux changements ont eu lieu par rapport à 2017. Des changements moteurs qui on fait parler. Honda quitte McLaren pour Toro Rosso alors que Renault a fait le chemin inverse. De son côté, Sauber qui devait rouler sous motorisation nippone a déchiré son contrat pour renforcer son lien avec Ferrari et bénéficier de la dernière spécification. D’ailleurs parlant de Sauber, celle-ci s’est alliée à Alfa Romeo pour former l’écurie Alfa Romeo Sauber permettant au constructeur italien de faire son retour en compétition 30 ans après. Dans le même genre, Aston Martin s’est allié à Red Bull et devrait prendre une place plus importante visuellement. Enfin, l’écurie indienne Force India a décidé de se donner une nouvelle jeunesse avec un changement de nom, et de logo. Focus donc sur les candidates à la succession de Mercedes, quadruple championne du monde en titre.

MERCEDES

Base : Brackley, Royaume-Uni
Directeur d’équipe : Toto Wolff
Directeur technique : James Allison
Châssis : Mercedes W09 EQ Power+
Moteur : Mercedes
Première apparition en F1 : 1970 (Tyrell 1970-1998; BAR 1999-2005; Honda 2006-2008; Brawn GP 2009)
Championnat du monde : 4
Victoires : 67
Podiums : 137
Pilotes : Lewis Hamilton et Valtteri Bottas

Avant le retour en 2010 de Mercedes, il fallait remonter à 1955 pour voir des Flèches d’Argent sur la grille d’une manche de F1. Après l’unique saison en 2009 de l’écurie Brawn GP, Mercedes rachète l’écurie et débute en 2010, mais ne confirme pas la bonne forme de 2009. Mais l’arrivée en 2014 des V6 change la donne, et pour cause : Mercedes a raflé tous les titres constructeurs et pilotes depuis 4 ans. C’est cependant Ferrari qui possède le plus de titres consécutifs : 5 entre 2000 et 2004.

Mercedes AMG F1 W09 EQ Power+

FERRARI

Base : Marenello, Italie
Directeur d’équipe : Maurizio Arrivabene
Directeur technique : Mattia Binotto
Châssis :
Moteur : Ferrari
Première apparition en F1 : 1950
Championnat du monde : 16
Victoires : 230
Podiums : 739
Pilotes : Sebastian Vettel et Kimi Raïkkönen

Qui dit F1 dit Ferrari. Les deux n’ont jamais été dissociés. La Scuderia fait partie du patrimoine historique de la F1. Elle est présente depuis 1950. La ferveur autour de l’écurie d’Enzo, son fondateur, est forte à travers le monde. Les tifosi sont toujours au rendez-vous et le Grand Prix d’Italie vaut le mérite de se vivre en rouge ! Elle fait également rêver bien des pilotes qui souhaiteraient la rejoindre. C’est tout simplement l’écurie la plus titrée et Schumacher est intimement lié à la gloire de Ferrari.

Ferrari SF71H

ASTON MARTIN RED BULL

Base : Milton Keynes, Royaume-Uni
Directeur d’équipe : Christian Horner
Directeur technique : Adrian Newey
Châssis : Red Bull RB14
Moteur : TAG-Heuer (Renault)
Première apparition en F1 : 1997 (Stewart GP 1997-1999; Jaguar 2000-2004)
Championnat du monde : 4
Victoires : 55
Podiums : 148
Pilotes : Daniel Ricciardo et Max Verstappen

Red Bull, à la base, c’est une boisson énergisante. Puis on s’est mis à la retrouver dans bon nombre d’événements sportifs et en F1 en tant qu’écurie à partir de 2005. Présente en F1 notamment sur les Sauber dans les années 90. 2010 verra la consécration. Avec la patte de Newey et le pilotage de Vettel, Red Bull gagne les titres constructeurs et pilotes de 2010 à 2013. L’arrivée des V6 et les peines de Renault avec son moteur engendre des tensions et l’écurie ne peut rien faire face à la domination de Mercedes.

Red Bull RB14

FORCE INDIA

Base : Silverstone, Royaume-Uni
Directeur d’équipe : Vijay Mallya
Directeur technique : Andrew Green
Châssis : VJM11
Moteur : Mercedes
Première apparition en F1 : 1991 (Jordan 1991-2005; Midland puis Spyker 2006)
Championnat du monde : 0
Victoires : 0
Podiums : 5
Pilotes : Sergio Pérez et Esteban Ocon

Reprenant une écurie du fond de grille, Force India débute en 2008 avec un V8 Ferrari et termine sans inscrire de points. En 2009, l’écurie marque le coup en signant une pole inespérée lors du Grand Prix de Belgique grâce à Fisichella qui terminera 2ème. L’ère des V6 permet à Force India, propulsée par Mercedes, d’inscrire quelques podiums. L’écurie indienne termine à la 4ème place du championnat constructeurs en 2016 et 2017. Mais le retour en force annoncé de McLaren ou encore de Renault pourrait rabattre les cartes et reléguer Force India plus loin. 

Force India VJM11

WILLIAMS

Base : Grove, Royaume-Uni
Directeur d’équipe : Frank Williams
Directeur technique : Paddy Lowe
Châssis : Williams FW41
Moteur : Mercedes
Première apparition en F1 : 1978
Championnat du monde : 9
Victoires : 114
Podiums : 311
Pilotes : Lance Stroll et Sergey Sirotkin

Williams, à l’instar de Ferrari ou McLaren, fait partie du patrimoine historique de la F1. L’écurie fondée par Sir Frank Williams possède un riche passé. Basée à Grove, l’écurie britannique a brillé dans les années 80 et 90, en étant régulièrement prétendante au sacre. Mais les années 2000 s’avèrent plus compliquées et une lente descente aux enfers. Dernière victoire en date ? 2012, au Grand Prix d’Espagne avec Maldonado. Le V6 Mercedes redonne bien quelques couleurs mais l’écurie semble à la peine et ses choix de pilotes font parler.

Williams FW41

RENAULT

Base : Enstone, Royaume-Uni
Directeur d’équipe : Cyril Abiteboul
Directeur technique : Bob Bell
Châssis : Renault R.S. 18
Moteur : Renault
Première apparition en F1 : 1986
Championnat du monde : 2
Victoires : 20
Podiums : 59
Pilotes : Nico Hülkenberg et Carlos Sainz Jr.

Minute “Cocorico”. La France est un des pays de l’automobile et se doit d’avoir une écurie, mais ce ne fut pas toujours le cas. Notamment lorsque Renault se concentrait en tant que motoriste. La première Renault entre en F1 en 1977 avec l’introduction du V6 turbocompressé. Elle est alors surnommée la théière jaune (“Yellow Teapot”). Renault se retire une 1ère fois en 1985 et motorise Williams ou Benetton, auxquelles elle offrira plusieurs titres. C’est justement cette dernière qui sera rachetée par Renault au début des années 2000 et basée à Enstone. Le losange obtint 2 titres constructeurs avec Alonso en 2005 et 2006. Motorisant Red Bull, elle participe au succès de la boisson énergisante entre 2010 et 2013. Après un retrait entre 2011 et 2015 au profit de Lotus, Renault revient en tant que constructeur avec de grandes ambitions.

Renault R.S.18

TORO ROSSO

Base : Faenza, Italie
Directeur d’équipe : Franz Tost
Directeur technique : James Key
Châssis : Toro Rosso STR13
Moteur : Honda
Première apparition en F1 : 1985 (Minardi 1985-2005)
Championnat du monde : 0
Victoires : 1
Podiums : 1
Pilotes : Pierre Gasly et Brendon Hartley

Si l’on devait résumer Toro Rosso, on dirait simplement que c’est la petite sœur de Red Bull. Après tout, Toro Rosso n’est que la traduction italienne de Red Bull. Elle constitue le Junior Team de Red Bull afin de trouver les futures pépites de la F1 et de l’écurie autrichienne. C’est une politique dure dans laquelle plusieurs français se sont aventurés sans grands succès : Bourdais, Vergne et le dernier en date, Gasly. Souvent en milieu ou fond de grille, sa plus belle réussite fut le Grand Prix d’Italie 2008 lors duquel Vettel signa la pole position et la victoire, la seule à ce jour pour l’écurie de Faenza. 

Toro Rosso STR13

HAAS

Base : Kannapolis, Etats-Unis
Directeur d’équipe : Guenther Steiner
Directeur technique : Rob Taylor
Châssis : Haas VF-18
Moteur : Ferrari
Première apparition en F1 : 2016
Championnat du monde : 0
Victoires : 0
Podiums : 0
Pilotes : Romain Grosjean et Kevin Magnussen

C’est l’écurie la plus “fraîche” de la grille. Une écurie américaine qui est arrivée il y a maintenant 2 ans en F1. Pourtant, de l’autre côté de l’Atlantique, Haas est une institution du sport automobile, notamment en NASCAR. Avec une politique qui fait parler. En effet, celle-ci achète le maximum de pièces autorisées à Ferrari, son motoriste. De plus, le châssis est construit par le constructeur italien Dallara. Haas marque toutefois le coup pour ses débuts grâce à Grosjean qui finit 6e en Australie et 5e à Bahreïn en 2016.

Haas VF-18

McLAREN

Base : Woking, Royaume-Uni
Directeur d’équipe : Eric Boullier
Directeur technique : Tim Goss
Châssis : McLaren MCL33
Moteur : Renault
Première apparition en F1 : 1966
Championnat du monde : 8
Victoires : 182
Podiums : 485
Pilotes : Fernando Alonso et Stoffel Vandoorne

Après Ferrari, McLaren est probablement l’une des plus plébiscitées par les fans. Pour cause, après l’écurie italienne, il s’agit de la deuxième écurie la plus titrée et présente en continu en F1. Fondée par le mythique pilote que fut Bruce McLaren au début des années 60, l’écurie a survécu au-delà de sa mort. McLaren est à son sommet au milieu des années 80 jusqu’au début des années 90 et nous a offert l’une des luttes les plus intenses de l’histoire de la F1, le duel Prost-Senna. Ces deux ont cumulés 6 titres sous la bannière McLaren et ont dominé la discipline avec comme point d’orgue 1988. Cette année là, ils remportent 15 des 16 Grand Prix au calendrier avec leur moteur Honda. Après un retour raté de Honda dans l’ère des V6, McLaren se tourne vers Renault pour un partenariat inédit.

McLaren MCL33

ALFA ROMEO SAUBER

Base : Hinwil, Suisse
Directeur d’équipe : Frédéric Vasseur
Directeur technique : Jörg Zander
Châssis : Sauber C37
Moteur : Ferrari
Première apparition en F1 : 1993
Championnat du monde : 0
Victoires : 1
Podiums : 27
Pilotes : Marcus Ericsson et Charles Leclerc

Sauber démarre son aventure en F1 au début des années 90. Fondée par Peter Sauber, l’écurie est toujours présente, malgré quelques soubresauts. En 2005, celle-ci est alors rachetée par BMW et devient BMW Sauber, avec laquelle Robert Kubica remporte sa seule victoire en 2008. Mais Sauber en tant que telle, entre 1993 et 2005, puis depuis 2010, n’a jamais remporté un Grand Prix. L’arrivée de Fred Vasseur au sein de l’organigramme permet d’éviter l’accord avec Honda pour 2018 et de renforcer son partenariat avec Ferrari. Ce partenariat se confirme alors avec l’arrivée d’Alfa Roméo comme partenaire principal.

Sauber C37