J’ai dix ans

Nous y voilà. Le 22 novembre 2012 marquait la mise en ligne de mon premier article sur BlogAutomobile. Dix ans jour pour jour et 275 articles plus tard…je suis toujours là. Qu’est-ce qu’il s’est passé entre-temps ?

La quintessence du rêve automobile

Pour être tout à fait honnête, mon tout premier article sur le site remonte au 12 octobre 2012, mais c’était sous un profil invité vu que je n’étais pas encore “officiellement” intégré à la bande. C’était un test (relu et corrigé par le grand manitou de l’époque) de la Renault Zoé, alors dévoilée en première mondiale au Mondial de l’Auto. La marque avait dépêché quelques protos sur feu leur circuit d’essai ZE de l’île Seguin à Boulogne et j’avais réussi à me faufiler pour faire un tour au volant d’un d’entre eux. Est-ce que la marque avait apprécié, j’en sais rien, toujours est-il que cet article fut ma clef d’accès à BlogAutomobile.

SAM_00392
La quintessence du rêve automobile pt.2

Ce premier “vrai” article, donc, paru un mois après, reste dans la continuité : je relate mon utilisation d’Autolib, ce fameux service d’autopartage de Bolloré présent à Paris entre 2011 et 2018. Un article…ou plutôt deux, m’étant d’abord intéressé à la voiture (nazissime) avant de parler du service en lui-même (que je trouvais top). Le premier essai, en février 2013, resta dans le thème avec l’essai d’une citadine électrique -et quelle citadine électrique : il s’agissait de la Lumeneo Neoma, une sorte de Smart 4 places développée dans les Yvelines et qui tient encore aujourd’hui la palme de la pire voiture jamais essayée par mes soins. Une journée pleine de souvenirs, d’abord grâce aux mille défauts de ce…truc, mais aussi parce que c’était ma première rencontre avec mon cher Ugo, qui nous abreuve de ses magnifiques photos depuis bien longtemps.

IMG_1521-BA
La quintessence du rêve automobile pt.3 (oui, j’ai essayé quelques bouses)

Vous l’aurez donc compris : depuis le début, mon truc, c’est l’électrique. Et dieu que les choses ont changé en dix ans. Alors que je m’exclamais dès que je dépassais les 200 km d’autonomie après une conduite de papi sans chauffage ni rien, je me retrouve désormais à chouiner lorsque je ne fais pas 250 km d’une traite sur autoroute. Dans le même état d’esprit, une borne de recharge de 22 kW représentait le Graal à mes yeux (alors une borne AC de 50 kW, n’en parlons pas !) alors que j’utilise désormais des simulateurs (ABRP ou Chargemap, entre autres) pour voir si je peux aller dans le Cotentin sans trop m’arrêter à des stations délivrant 250 kW. Les choses ont changé, mon avis reste le même : que ce soit en Twizy, en Mia, en Ami (ou même en Neoma si elle n’avait pas été conçue avec le cul), je reste partisan absolu des petites voitures légères, simples, frugales et futées pour le quotidien.

dix ans
Rien ni personne ne pourra altérer la pureté de l’amour que je porte à la Mia

A la place… Ces dix ans auront vu l’avènement absolu du SUV. Alors oui, il y en avait déjà pas mal en 2012, mais il devient difficile de trouver autre chose maintenant. Du micro-SUV citadin au méga-SUV d’une arrogance monstre, on trouve de tout…mais pas pour toutes les bourses. Les citadines à 9 000 € ? Oubliez, c’est fini depuis longtemps. Un gros break à 30 000 € ? Pff ! Rajoutez au moins 10 000 €. Et vous aurez un trois cylindres essence de 130 ch. Une voiture, aujourd’hui, c’est cher. C’est cher parce qu’un nombre incalculable de normes (écologiques ou de sécurité pour la plupart) dictent leurs lois, c’est également cher parce qu’une voiture doit être rentable. Mieux que ça, elle doit générer une marge, à deux chiffres de préférence. Et elle doit être louée, aussi. Que ce soit en location longue durée ou avec option d’achat, peu importe, tant qu’elle donne l’impression de rendre la facture plus digérable -et de rendre le commercial heureux.

dix ans
Être blogueur, c’est avant tout donner de sa personne

C’est cher aussi parce que le contenu technologique à bord de nos voitures devient d’une omniprésence touchant à l’absurde. Parce qu’il y a une demande pour des voitures toujours plus connectées, parce qu’il y a un besoin de répondre auxdites normes : des radars, des capteurs, des caméras, des airbags, des renforts de carrosserie et tant d’autres choses sont là pour rendre nos voitures toujours plus sûres, tandis que les indénombrables filtres de dépollution et des astuces d’une ingéniosité absolue ont rendu, en dix ans, nos voitures bien plus propres qu’elles ne l’ont jamais été.

Anecdote : on m’a hurlé “FILS À PAPA” alors que je me garais avec cette Camaro – en même temps j’avais 19 ans

Plus propres, mais paradoxalement (et logiquement, en fait) plus lourdes. Car sont arrivées des sources de poids considérables : les batteries. Je vous parlais des VE plus haut, dont les autonomies ont été multipliées par 2 voire 3 en dix ans, et qui nécessitent forcément des batteries toujours plus grosses & lourdes, mais il faut également noter l’arrivée massive des hybrides rechargeables et leurs batteries de ~10/15 kWh s’ajoutant à tout le tintouin des moteurs thermiques qui pèsent déjà le poids d’un âne mort.

Les PHEV, ça peut aussi être cool -en témoigne cet essai de la BMW i8 sur le circuit de Mortefontaine en 2014

Il faut se rendre à l’évidence : la voiture n’est plus qu’un objet parmi d’autres dans notre société actuelle. La bagnole, autrefois objet de rêve et de fantasmes, se retrouve totalement désacralisée, et doit désormais répondre à des questions qui n’auraient pas traversé l’esprit de grand monde il y a encore peu de temps. Le tout-voiture est-il raisonnable ? Peut-on faire autrement, peut-on faire sans ? Des questions sociétales et environnementales s’invitent au débat, invitant chacun à se faire sa propre opinion. Une démarche intéressante et nécessaire, selon moi.

TOUS EN TWIZY

Tiens ! Et moi d’ailleurs, comment ça va ? Ça va bien, merci. Moi aussi, j’ai évolué -enfin, j’ai suivi le mouvement. J’ai vu les marques entrer en contact avec des médias de plus en plus diversifiés : des “simples” blogs 100 % bagnoles -qui ont parfois eu du mal à s’imposer selon les goûts des responsables de communication-, j’ai vu apparaître les blogs lifestyle, les youtubers, les instagrammeurs (et les instagrammeuses, source infinie d’anecdotes pour nous autres blogueurs auto bas du front) ; on en revient donc à ce que je disais plus haut : l’automobile est un produit comme un autre, qu’il faut vendre sur le plus de canaux possibles pour toucher le plus de cibles possibles.

❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️❤️

Ces dix dernières années ont parfois été assez intenses sur le plan perso, mais BlogAutomobile a toujours été là. Parfois compagnon encombrant, parfois bouée de sauvetage, toujours présent. La recette n’a pas changé en dix ans : BlogAutomobile reste pour moi un terrain de jeu merveilleux, un espace de liberté totale, un fabuleux moyen d’extérioriser ma passion de toujours, d’en parler, d’échanger, de découvrir, d’apprendre. Dix ans dans la sphère des blogs auto, c’est également le moyen de faire de belles rencontres, de la personne qu’on aime saluer à l’ami précieux. Écrire ici m’a apporté tant de belles choses que m’arrêter représenterait un vide difficile à combler. Alors vous savez quoi ? Je vais continuer. Aux dix prochaines années !

Merci du fond du coeur pour votre fidélité tout au long de ces dix ans. Si l’envie vous prend, tous mes articles sont disponibles ici 🙂

Total
0
Shares
Previous Post

Essai Volkswagen ID.Buzz : tentative néo-rétro, acte 2

Related Posts