DUSTER Provence nov13 033

Quoi de mieux que le Duster, le petit SUV sympa et pas cher siglé Dacia? Le Nouveau Duster, bien sûr ! Encore plus stylé et toujours aussi abordable, il va être difficile de ne pas l’adorer . J’ai testé le Duster dans ses nouveaux habits avec l’inédit TCe 125.

DUSTER Provence nov13 031

 

Dacia c’est l’histoire d’un succès industriel, celui d’une marque jusqu’alors moribonde qui, grâce à un modèle emblématique, la Logan, est revenue comme un éclair sur le devant de la scène automobile. Entre 2004 et 2012, les ventes de Dacia n’ont pas seulement doublé, elles n’ont pas seulement triplé, elles ont été multipliées par 15 ! Hallucinant non ? Oui, au moins autant que ce petit SUV de génie qui a su faire venir à Dacia des clients à priori peu enclin à acheter du low cost automobile. Malgré des défauts, comme une présentation intérieure franchement toc et certaines lacunes d’équipement, le Duster a su séduire sur ses seules qualités physiques. Le premier critère d’achat d’un Duster est son look ! Canon, le petit baroudeur Dacia retourne les têtes sur son passage et conclue en abattant ses arguments financiers, un vrai piège à filles, mecs, et familles. Le SUV Dacia ne connait aucune limite, il a la capacité peu ordinaire de séduire un éventail très large de clients, il unit à sa cause les cheveux blonds, les cheveux gris, les clos bleus et les cols blancs. En politique il serait un formidable outil d’union.

 

Aujourd’hui Dacia dévoile une évolution de son top model lancé en 2010. Ceux qui attendaient un lifting inspiré des nouvelles Logan et Sandero restent sur leur faim. Dacia crée la surprise en ne changeant rien … ou presque. Son physique étant son principal atout, les évolutions portent essentiellement sur la technique et le niveau d’équipement. Extérieurement quelques menus détails renforcent une allure plus raffinée. En présentation, c’est l’intérieur  qui bénéficie de la plus grosse refonte et on pousse tous un grand ouf de soulagement !

 

Le nouveau Duster ce n’est pas un énorme lifting mais c’est presque partout du Mieux et du Plus !

En mieux on notera le nouveau dessin (intérieur seulement) des projecteurs avant et des feux arrière. La calandre chromée adopte un dessin plus complexe, une nouvelle canule d’échappement perce le bouclier et les barres de toit siglées Duster évoluent vers un dessin plus cossu. L’ensemble apparaît plus moderne et encore plus robuste mais il est légitime de craindre qu’un restylage aussi timide puisse faire vieillir prématurément le design global du Duster. On en reparle dans deux ans … La nouvelle face avant est facilement reconnaissable, mais à l’arrière, il est difficile de distinguer spontanément le nouveau de l’ancien. Un peu plus d’audace dans la signature lumineuse arrière aurait été bienvenue.

 

 

Le mieux c’est aussi l’évolution remarquable de l’habitacle. L’architecture générale ne change pas, les coûts de développement d’une nouvelle planche de bord sont faramineux et incompatibles avec le niveau de prix de vente du Duster. Heureusement le look et les matériaux affichent une ambiance plus contemporaine qu’auparavant. Les lignes sont plus tendues et le dessin général est plus cohérent avec l’extérieur. Globalement il fait bon vivre dans cette nouvelle mouture du SUV Dacia. Évidemment les matériaux n’ont rien de flatteur mais ils font ( et sont ?) robustes. Évidemment l’ergonomie n’est pas des plus soignée ( l’écran tactile central est trop bas pour être facilement utilisable) mais à ce prix on sourit quand même, gagné par le plaisir de disposer de tant d’équipements qui améliorent le quotidien, et seulement le quotidien. A bord d’une Dacia il n’y a en effet que de l’Utile, le Superflu ne fait pas partie du vocabulaire automobile roumain. Et on oublie que le volant ne se règle qu’en hauteur sur une course réduite, que les sièges au dessin trop plat se règlent à l’aide de manettes rugueuses, que le compte tours sans zone rouge, identique en essence et en diesel, ne sert qu’au décor d’un combiné d’instruments qui aurait gagné à être à fond clair voire bleu comme le logo maison pour insuffler le fun qui manque à ce véhicule typé loisirs. La visibilité extérieure demeure toujours excellente, notamment vers l’arrière grâce à une vitre de hayon particulièrement généreuse. La modularité est très sommaire et ne revendique en rien les prouesses affichées par les monospaces. Les clients qui délaissent de plus en plus la catégorie des monovolumes pour les crossovers en seront pour leurs frais, les SUV, stars actuelles du marché, ne sont pas toujours aussi ingénieux que leurs aïeuls. Le volume du coffre varie de 475 à 1636 dm3 grâce à des dossiers de banquette rabattables 2/3 1/3. Rien de nouveau, rien de bluffant.

 

09

d 040

 

Enfin, le mieux c’est bien sûr sous le capot ( à ouverture par vérin !) avec une offre moteur plus large et inédite.

En essence Dacia propose le 1.6l 16V 105 en BM5 (4X2) et BM6 (4X4) et le nouveau TCe 125 BM6 ( 4X2).

Le diesel propose le choix de deux puissances avec les dCi 90 BM6 (4X2) et 110 BM6 ( 4X2 et 4X4). Tous deux améliorent leur niveau d’émission de CO2.

Notez enfin une offre GPL avec le 1.6l 16V 105 BM5 (4X2).

Au chapitre du Plus, Dacia propose un Duster presque aussi chargé en nouveaux équipements que la hotte du Père Noël ! Les cadeaux sont variés et inégaux et vont de l’anodin mais utile affichage de la température extérieure à l’écran tactile gérant musique et navigation, en passant par les quatre vitres électriques, le régulateur-limiteur de vitesse ou l’aide au parking arrière.

Le plus c’est également une nouvelle insonorisation qui permet de diviser les bruits par 2 grâce à de nouveaux joints de portes et vitres ainsi qu’un nouveau tablier pour isoler l’habitacle du compartiment moteur.

 

DUSTER Provence nov13 097

 

C’est l’heure de l’assaut, pardon de l’essai, je vous embarque pour une virée provençale à la découverte du nouveau 1.2 TCe 125 en version 4×2.

Avec une grosse dizaine de collaborateurs, Blogautomobile peut compter sur l’ampleur de son équipe pour essayer à peu près tout ce qui roule, de la Mia Electric à la nouvelle Classe S, du Kangoo ZE à l‘Infiniti M35h.

De fait il y a donc des essais très excitants, et il y a les autres … Heureusement pour moi, l’essai d’une Dacia est à classer dans la 1ère catégorie! On n’a pas tous les jours l’occasion de conduire une voiture unique, sans concurrence directe à son prix. Il en faut parfois très peu pour m’en mettre plein les yeux, et Dacia est de ceux là avec des produits essentiels, pragmatiques et intelligents. Si en plus c’est l’occasion de découvrir une nouvelle petite motorisation essence, c’est presque Byzance. Déjà conquis sur le papier? Non, pas encore, mais j’arrive à Marseille avec un degré d’excitation maximum!

Par rapport aux motorisations Diesel qui risquent de truster le gros des ventes du Duster, le petit 1.2 à suralimentation Turbo et injection directe apporte une douceur d’utilisation inédite, particulièrement appréciable sur un SUV d’apparence plutôt pataude. Il y a beaucoup de couple dès les bas régimes, les relances sont bonnes, et surtout, par rapport à ses cousins diesel, le TCe a l’avantage de jouer une partition qui soigne les oreilles et permet d’apprécier les progrès acoustiques accomplis lors du restylage. L’insonorisation a nettement progressé sur ce nouveau Duster et le meilleur moyen de s’en convaincre, puis de l’apprécier, est encore de conduire cette version essence. La boîte BM6 sert plus à maîtriser la consommation qu’à favoriser les performances, mais, je roule en Dacia, tout est logique ! La consommation moyenne revendiquée est de 6.3l/100km. Parfait pour la politique maison du « politiquement correct ». Sauf qu’avec des rejets de CO2 de 145gr/km le bonus actuellement de 300€ passera à 500€ en 2014 …

Le 0 à 100 s’effectue autour des 10s, le couple est de 205 Nm à 2000 tr/mn , mais il parait que la clientèle Dacia est assez hermétique à ses chiffres, elle apprécie plus l’onctuosité, la discrétion et la frugalité du moteur que ses performances pures. Le TCe n’est pas particulièrement puissant mais pour l’avoir testé sur différents circuits routiers, autoroutes, nationales, et lacets montagneux, je le déclare apte à satisfaire un chauffeur qui n’est pas animé par le désir d’éprouver des sensations de pilotage fortes à chacun de ses déplacements quotidiens. Le Duster est un véhicule dynamique pour une conduite détendue.

Mais le Duster a aussi une botte secrète! Il ne se cantonne pas aux routes bitumées et peut affronter les terrains les plus hostiles, dans sa version 4X4. Je ne vous ai pas encore tout dit sur le SUV Dacia. Le meilleur est à venir !

 

Si la Provence recèle de paysages grandioses, même en automne où les vignes s’embrasent dans des gerbes infinies de rouge et d’or, le clou de l’essai c’est l’arrivée nocturne au workshop Dacia installé au pied des Baux-de-Provence. Après avoir parcouru des centaines de kilomètres dans les Alpilles peignant ainsi de jolis lacets routiers autour de la sainte Victoire, Dacia nous convie sur un terrain de boue ! Changement de braquet, fini de minauder le long des champs d’oliviers. Cette fois je grimpe dans un Duster 4X4 et mon copilote n’est plus une délicieuse blogueuse Enjoliveuse mais un instructeur tout ce qu’il y a de plus viril et parfaitement aguerri aux techniques de franchissement extrême.

Je passe la première et on ne rigole plus ! La première sera d’ailleurs la seule vitesse utilisée pour me sortir des embûches qui suivent. Le premier obstacle est face à moi. C’est un mur de terre, une pente très raide vers un podium à peine visible dans la nuit glacée et humide. Le Duster aborde avec beaucoup de sérénité ( plus que moi!) cette première épreuve et se cale fièrement au sommet de la butte avant de redescendre illico vers l’attraction suivante, le gîte de la mort ( je suis passé par Marseille avant cet essai alors j’ai le droit d’exagérer un peu) ! Toujours au ralenti je progresse en respectant scrupuleusement les indications qui me sont données avec le flanc droit du véhicule presque  à 2 mètres au dessus du sol. Le véhicule est tellement incliné sur sa gauche que de jour j’aurais pu me mirer dans une flaque de boue et y compter les premiers poils blancs de ma barbe de 3 jours. Mais guère de temps ni de lumière suffisante pour un raccord maquillage! Mon Duster a changé de couleur depuis le début de notre courte virée et je ne suis pas loin d’en faire autant et de virer au vert. Pourtant, pas le temps de devenir livide, Dacia nous a concocté un parcours sans temps mort aucun et je suis déjà concentré sur la traversée d’un guet qui alterne trous et bosses. A ce jeu là c’est mon copilote et mon passager arrière qui rient jaune, moi j’ai le privilège d’être bien accroché à la jante du volant et de moins subir les secousses. Une nouvelle ascension d’un tronçon bordé de roches et d’arbres me conduit au sommet d’un précipice géant. Où sommes-nous? Devant moi le vide. Je plisse mes yeux myopes et je reconnais au loin ( et en bas) les lumières du stand du workshop Dacia. OK, je comprends ma position mais moins l’injonction qui m’est donnée :  » Allez on y va. » Où est la route ? Devant moi il n’y a rien. Je crois d’abord à une blague mais on m’invite à nouveau à avancer. En me dressant le plus possible sur mon siège je découvre alors au bout du capot une pente d’une déclinaison inouïe ! OK, on n’est pas là pour faire du toboggan mais bel et bien de la descente en rappel! Le hic? Mon véhicule n’a aucun arrimage de sécurité. Je réalise alors que l’occasion folle de voler m’est donnée et je lâche toutes les pédales comme indiqué. Le Duster plonge doucement en avant en utilisant son frein moteur pour ralentir la progression. En moins de temps qu’il n’en faut pour l’écrire et sans parachute, on arrive tous sains et sauf au fond du trou, enfin en bas de la pente. Le 4X4 Dacia qui, jusqu’ici, a excellé dans tous les domaines, me réserve une nouvelle épreuve pour conclure cette drôle de croisière: le jeu de l’hippopotame! Je me disais aussi que toute cette boue ne servait pas qu’au décor de ce parc d’attraction automobile, cette fois on y plonge ! L’épreuve? Traverser une fosse d’environ 4 mètres de profondeur remplie d’eau au premier quart sans caler ni taper le fond à la descente au risque de s’immobiliser et de boire la tasse. Avec beaucoup de minutie et une accélération régulière et constante, le Duster a tranquillement pris son bain de boue avant de resurgir de l’eau avec une facilité déconcertante.

Je pourrais me prendre pour un baroudeur de talent mais seul le Duster mérite les lauriers à la fin de ces tests de franchissement extrêmes. Le nouveau Dacia Duster n’est pas juste une voiture au look flatteur de 4X4, c’est un vrai aventurier que vous pouvez aussi utiliser comme n’importe quelle autre voiture. Le champion du workshop c’est lui ! Et c’est sans risque que vous pouvez vous reposer sur ses compétences pour vous sortir de situations quotidiennes difficiles notamment en régions enneigées.

Belle gueule et beau cul coffre, mécanique moderne et équipements généreux, le Duster représente une alternative sérieuse ( et joyeuse) aux petites citadines entre 15 et 20 000 € avec un gabarit équivalent aux compactes. Un vrai Crossover qui sait mieux que jamais allier les avantages de différentes catégories pour proposer une offre unique plus que séduisante. Au moment de changer votre vieille Clio ou d’abandonner une compacte trop sérieuse, vous auriez tort de ne pas considérer les avantages offerts par la conduite d’un tout terrain polyvalent aussi à l’aise sur routes de tous types qu’en ville pour les courses, l’école et le boulot. Le couteau Suisse en perdrait presque son légendaire patronyme. Pourquoi ne dit-on pas couteau Roumain ? En tous cas on peut déjà dire Beau comme un Duster !

  

 

 

DUSTER Provence nov13 109

 

Les test de franchissement extrêmes ont été réalisés en compagnie d’une équipe d’amis blogueurs qui ont accepté de partager leurs clichés avec blogautomobile.fr . Vous pouvez découvrir ces photos ci-dessous.

Tout d’abord quatre photo du talentueux et sympathique Raphaël Vivier.

DSC_0553

 

 

Autre comparse tout aussi talentueux et sympathique, voici, sur le même thème, les clichés de Kwamé de Planète-Gt.

 

Enfin, je vous convie à une agréable balade sur le  Flickr de Franck Lassagne.

 

En tout dernier lieu, découvrez la nouvelle Pub Duster ici :

 

 

Merci à Renault_live pour son accueil et sa confiance, Maya Vautier pour sa sympathie et sa disponibilité.

Photos Philippe Kerleroux et Dacia France (intérieurs)/Raphaël Vivier/Kwamé/Franck Lassagne.