FBI_9266

C’est sur la Côte d’Azur, que le constructeur Japonais Mitsubishi nous a présenté sa toute nouvelle citadine. Mitsubishi n’est pas qu’un constructeur de 4×4. Après la Colt, la marque continue de surfer sur le marché des citadines. A ne pas confondre avec son ancien monospace Le Space star. La Space Star trouvera toute sa légitimité en ville. D’ailleurs, More is Less est la nouvelle philosophie de la marque. Partons ensemble à la découverte de la dernière de la marque du Soleil Levant.

Quand je me suis installée au volant de ma Space Star rouge, mon scepticisme était à son paroxysme. En quoi cette citadine va bien pouvoir se différencier de ses concurrentes actuelles. Une voiture qui ne mesure que 3,71m peut se transformer en Passe-Partout en ville, certes. Mais une voiture qui mesure la même taille que la Golf1 de 1978 ne saura pas ou ne pourra pas y intégrer tous les éléments si importants à notre sens. Voyons cela.

 Quand la consommation se conjugue en économie…

Le constructeur nous avait envoyé le road book où y figurait un « Eco-Challenge ». Nous n’allons pas essayer une hybride, ils osent pourtant vouloir nous démontrer que la Space Star ne consomme pas. Allons bon, pourquoi pas. L’objectif était simple, par équipe, nous devions suivre le road book papier et consommer le minimum de carburant. Le staff de Mitsubishi avait rempli les réservoirs Full et avait averti les stations essences aux alentours afin d’éviter une petite tricherie.

FBI_9304

Non seulement, j’ai fait le trajet aller septique mais en plus ils ont décidé de prouver l’impossible sur une 3 Cylindres, 1.2l et 80ch et dans des côtes du PACA! C’est c’la même, et la marmotte met le chocolat dans le papier alu. Cependant, Mitsubishi n’est pas marque à montrer un ego démesuré, avant de me changer Juge, Roi et Pape, jouons le jeu. En voiture Simone.

J’appuie sur le Stop and Start, le moteur rugit, l’habitacle vibre d’excitation je suis collée, que dis-je scotchée au bitume. Quelle fureur ! Je m’égare, je sors de Fast and Furious 6. Revenons à notre Star du moment.

Accompagnée du fils spirituel de Daniel Elena, nous avons parcouru 75km pour une consommation de 1l53 d’essences ! C’est tout juste incroyable. Le trajet Lunel-Avignon vous coûtera 3€20 de carburants seulement. La Space Star consomme en moyenne mixte 4.1l au 100km, ce qui lui donne un argument de taille. Hors le très bon co-pilotage, nous avons pu ajuster notre conduite à l’aide du système « ClearTec». Le but est d’avoir les 4 strates éclairées en Vert. Le secret est l’anticipation afin d’éviter les freinages secs voire l’immobilisation de la voiture.

Sytéme ClearTec

Sytéme ClearTec

Pour info, nous avons gagné la 2e place du Challenge. Et Mitsubishi m’a fait tombé un préjugé. Ok, si je veux faire enrager les gros pétroliers, en m’offrant la Space Star, je réussirais à coup sûr!

L’économie c’est bien, rouler c’est mieux!

Il est évident que même si le constructeur nous soutient que la Space Star peut atteindre les 172km/h, lors du challenge nous avons fait une moyenne de 65km/h. Dans la vraie vie, l’absence d’insonorisation est vérifiable dès que l’on augmente la vitesse .

La reprise du moteur reste lourde lors des dépassements. J’ai été obligé de jouer des rapports pour donner de l’impulsion au moteur. L’absence de couple en dessous de 2500tr/min se ressent lors des franchissements de côtes. La consommation a été largement ébranlée.

L’abord des rond-points est plus qu’incertain en terme d’adhérence. Les vibrations de caisse sur route bosselée me mettent mal à l’aise. En même temps, une citadine montée sur des 14 pouces ne peut pas avoir le maintient d’une Mini One.

Avec ces 845kg, ce poids en fait une des voitures les plus légère du marché. Donc, si vous vous décidez pour l’achat de la Space Star, oubliez votre réincarnation en S.Loeb, roulez sagement et anticipez. Souvenez-vous que vous avez une 3 cylindres, 80ch entre les mains et non une Veyron de 1001ch.

FBI_9613

 Jolie carrosserie, sinon à l’intérieur ça se passe comment?

L’habitacle de la Space Star est sobre, humble sans artifices inutiles. Peut-être voire trop sobre à mon goût. Au dessus d’une Nissan Micra tout de même. Les plastiques bruts sont plus proche d’un VU. Ceci dit, les plastiques Mitsubishi sont pensés pour durer dans le temps. Dans 10 ans, vous retrouverez la même qualité de plastiques que lors de l’achat. Alors en période de récession, j’oserai vous dire… bref c’est la crise, soyons pratiques et efficaces.

La place du conducteur est sans accroc majeur et reste agréable dans la conduite. La crainte de faire un 90° dans un rond-point m’a toutefois crispé lors du déplacement, au point d’avoir mal aux jambes en sortant de l’habitacle. Le réglage du siège conducteur est basique. Le volant est fixe. Bien que tableau de bord soit bien achalandé et agréable à l’oeil, il manque toutefois le limitateur et régulateur de vitesse.

 FBI_9624

Les places arrières sont tout à fait honorables, deux adultes peuvent y entrer facilement, et gardent un confort d’espace respectable. La Space Star est au-dessus de la 107 Peugeot ou de la Fiat500 en terme d’aisance dans l’habitacle. Une surprise.

019_normal

Le rabattement 1/3- 2/3 est franchement utile lorsque l’on considère la petitesse du coffre. N’imaginez pas y entrer une poussette, des courses et tout le toutim. La Space Star est comme la vie, faut faire des choix.

Photo0212

 Sécurité sans chichi sans bavures!

Utile voire exemplaire dans sa maniabilité en ville avec son rayon de braquage de 4,6m, la Space Star se révèle parfaite dans le rôle de citadine du quotidien. Un bon compromis dans l’utile et agréable.

Niveau sécurité, bien… c’est Mitsubishi. Totalement sur-équipée en Air Bag, ABS, EBS, assistance au freinage. Le freinage est l’élément qui m’a impressionné : réactif, sec. Le seul bémol au freinage est le respect de la trajectoire.

Toutefois, la citadine de Mitsubishi a su se différencier de ses concurrentes, non pas par ses courbes, l’intérieur fashion, la personnalisation à outrance. La Space Star se caractérise par un désir de respect de son environnement , par le choix d’intégrer un maximum de sécurité dans un minimum d’espace et de se fixer sur l’essentiel nécessaire d’une voiture.

FBI_9324

Mitsubishi n’a pas l’ambition de concurrencer la Clio4 ou la 208. La fabrication dans leur nouvelle usine en Thaïlande démontre la stratégie d’implantation dans cette région qui ne demande qu’à quitter leur deux roues. Pour preuve, en terme de vente, Mitsubishi s’est fixé seulement un millier de vente sur le marché européen. Elle devra tout de même jouer sérieusement des coudes avec la Nissan Micra, Fiat Panda et la Dacia Sandero.

Mes couleurs préférées restent le Blanc Nacre, le Bleu Pop et le Vert Disco. Alliées à la ligne, la Space Star est une boule d’énergie idéale pour garder le sourire en ville.

A partir d’un prix acceptable et raisonnable de 9 690€ pour l’entrée de gamme, comptez jusqu’à 13 990€ en haut de gamme Intense.

FBI_9531

Prix : 9 690€ (1.0l Invite) et 13 990 € (1.2l Intense)
Émissions CO2 : 92 et 96 g (Bonus annuel : 200 €)
Consommation : 4,0 et 4,1 l
Boîte : manuelle à 5 rapports
Type : 3 cylindres.
Carburant: essence
Puissances : 71 ch à 6 000 tr/min et 80 ch à 6 000 tr/min
Couples : 88 Nm à 5 000 tr/min et 106 Nm à 4 000

Ce que j’ai aimé :

  • Le système ClearTec
  • Les couleurs
  • Le freinage
  • La sobriété
  • La Maniabilité

 

 

 

Ce que j’ai moins aimé :

  • L’ adhérence sur route
  • Les plastiques bruts
  • La taille du coffre
  • Choix de motorisation restreint
  • L’absence de régulateur de vitesse
  • L’emplacement de la caméra de recul

 

 

Crédit Photo: France Dholander/ Mitsubishi