Le Salon de Tokyo 2013 est l’événement automobile de cette fin d’année en Asie. Un de nos lecteurs, Yannick Hiryczuk, a pu s’y rendre et nous faire visiter le salon comme si nous y avions été. Suivez le guide !

Ouvert du 23 novembre au 1er décembre, le Salon de Tokyo 2013 est l’un des salons avec celui de Los Angeles -ouvert sur la même période- qui clôt la fin d’année automobile. C’est aussi l’occasion de découvrir les dernières nouveautés de l’année des constructeurs occidentaux avant qu’ils ne reviennent en force à Bruxelles puis surtout à Genève. Nous leur réservons donc ce second article, tandis qu’un premier traitait des constructeurs japonais.

Audi

Le programme Audi au Salon de Tokyo mettait l’accent sur le sport : SQ5, RS6, RS7, S8, R8 V10 Spider, et la dernière vainqueure des 24 Heures du Mans et du WEC R18 e-Tron Quattro, les Quatre anneaux take a look on the wild side, comme le disait Lou Reed. Il n’y a guère que la « petite » A3 Sportback e-Tron pour déparer dans cet ensemble, avec au centre de sa single frame derrière le logo Audi la prise de rechargement des batteries.

BMW & Alpina

Prix de gros pour l’Hélice et l’un de ses préparateurs spécialistes : d’un côté l’écologie, de l’autre le sport. On confronte ainsi selon les stands les derniers propositions de mobilité durable (i3 et i8, ainsi qu’ActiveHybrid 3) et les versions dévergondées des déjà peu-sages Série 6 -qui devient B6 Bi-Turbo- et autres Série 5 Touring -rebaptisée B5 Bi-Turbo. N’allez cependant pas croire que l’on parle pas sport chez BMW : une M135 i est proposée aux visiteurs.

Citroën

Les Chevrons sont au Japon avec leurs dernières nouveautés: DS3 Cabrio et C4 Grand Picasso. Notre reporter-photographe Yannick a remarqué que la voiture française ayant eu le succès d’estime le plus visible est justement la petite citadine découvrable chic. La popularité de Sébastien Loeb ainsi que l’ascendance japonaise de la ligne du concept GT de 2008 y sont peut-être pour quelque chose… Néanmoins, et notamment parce qu’aucun constructeur hexagonal ne propose de véhicules taille Kei, la présence française reste sur l’Archipel très marginale.

Jaguar

Le Félin britannique présentait en première mondiale son coupé F-Type à Tokyo. La recette est simple : prenez un roadster au design réussi et aux prestations irrésistibles, ajoutez lui un toit qui n’enlève rien à sa sportivité, exposez le tout dans une déclinaison R, et vous avez une cohue sur votre stand. Présage d’un succès idoine dans les bons de commande ?

Mercedes

L’Étoile et sa marque de micro-citadine Smart faisaient comme toujours cause commune à Tokyo. Cette dernière était représentée par une Brabus ForTwo dont le vert appliqué sur la coque extérieure signale moins son efficience que son côté « vert de rage » à chaque accélération au feu… vert. Après la grand-messe de Francfort, et pendant que toute la gamme AMG s’expose à Los Angeles (concept GLA 45 notamment), on retrouve à Tokyo les « restes » de ce que l’Etoile pouvait présenter : la SLS AMG GT Final Series, et le concept-car S-Coupé, déjà vus respectivement aux salons américain et allemand.

Mini

L’activité médiatique de Mini est différente: depuis Francfort, le constructeur d’Oxford a révélé la troisième génération de sa citadine depuis 2000 (4ème si l’on compte le coup de génie de Sir Alec Isigonis). On remarquera en outre que le Countryman s’appelle au Japon simplement « Crossover ».

Peugeot

Dire que la présence du Lion au Japon est discrète relève de l’euphémisme. Hormis une 607 repérée dans le tome 42 du Manga Détective Conan, rares sont les Peugeot sur place… Mais cela n’empêche pas le Sochalien d’exposer ses dernières 208 GTi et 2008.

Porsche

Gros programme chez Porsche : tout d’abord une première mondiale, avec le SUV Macan, puis les présences des 911 GT3 Cup et Panamera restylée. Au Japon comme ailleurs, la firme de Zuffenhausen plaît… et son stand, réservé à un public trié sur le volet, reste inaccessible.

Renault

La marque française est connue au Japon notamment à travers le succès du Kangoo : c’est inattendu, mais le Ludospace avec ses faces avant très expressives (depuis le lancement en 1997) et ses couleurs vives a rallié autour de lui des clubs de fans ! Hormis cet épiphénomène, Renault importe sur place des produits de la gamme européenne, à savoir le Captur et la Clio RS, pardon ! la Lutecia RS. On remarquera, autre curiosité, une Mégane RS… non restylée. Présenté aussi aux visiteurs Japonais, le concept-car DeZir, qui depuis plus de 3 ans maintenant incarne le renouveau stylistique de la Marque.

Volkswagen

Chez VW, on expose des petits formats pour plaire aux Japonais : ceux-ci sont soit écologiques (XL1 et Twin Up!), soit bestial, avec la Polo WRC de la paire Ogier/Igrassia. On remarquera que cette dernière est déjà pourvue du N°1 qui symbolise le gain du Championnat du Monde WRC par les deux Français cette année au volant de leur bolide allemand.

Volvo

Programme sans surprise chez le label Sino-Suédois : la dernière V40 est proposée au rayon nouveautés, et le concept Coupé qui a tant intrigué au Salon de Francfort est à la carte au rayon futur. Pour de nouveaux modèles, il faudra attendre l’an prochain avec le XC90.

Bonus : KTM & Pagani

La radicale X-Bow du fabricant de motos KTM était exposée, tandis que la Huayra était visible sur le stand Pagani. Son moteur, sa ligne, sa rareté, la beauté de son intérieur et de sa conception artisanale se passent de commentaires. Mais on ne pouvait pas ne pas mentionner sa présence au Salon de Tokyo, confirmant -s’il était encore besoin ?- que la plupart des constructeurs jusqu’aux plus petits avaient répondu présent au rendez-vous bi-annuel de l’Archipel.

Titre: les géographes, économistes et sociologues auront reconnu la patte de Suzanne Berger
Crédit photographique : Yannick Hiryczuk

Retrouvez d’autres photos sur son site 829 Japan

Retrouvez aussi : Visite du Salon Automobile de Tokyo (1/2 : Made in Japan)